Home > News > General House: Trip to France renews Elderly Marists

 

May 8 - Br. Henri Vergès


 


 



NewsChoose

  • News
  • 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004
  • Most popular | Statistics
  • Calendar
  • The latest news

 


Social networking

Marist Brothers

RSS YouTube FaceBook Twitter

 

Today's picture

Ireland: Moyle Park College Dublin

Marist Brothers - Archive of pictures

Archive of pictures

 

Latest updates

 


Calls of the XXII General Chapter



FMSI


Archive of updates

 

Marist Calendar

19 May

Saint Joaquina Vedruna de Mas

Marist Calendar - May

Brothers in a two month course in Rome

 

Archive

Trip to France renews Elderly Marists

15/04/2015: General House

A group of 22 French speaking elderly brothers have returned to Rome spiritually renewed after a trip to France. The group who include Marists French speaking are taking part in a two month “renewal session” in Rome,  which began March 15.

The encounter included a short trip to France to visit places in relating to Saint Marcellin from March 25 to April 1.

“We had a very beautiful and very rich week in l’Hermitage and in other places of our origins like Le Rosey, Marlhes, place of the ‘Souvenez-Vous’, the site of the memory of the Young Montagne, and Fourvière,” said Brother Réal Sauvageau.

“These places are still alive, rich of Marcellin’s  presence that still awakens, stimulates, and challenges one make a comprehensive choice of God, to a renewed brotherhood and an enthusiastic commitment to the mission,” he added.

Br Sauvageau described the trip as “intense moments with personal conversions and graces experienced by the group and each of the participants.” 

“There are many things to say but I prefer to give them a voice, repeating what they were able to express during the last evening,” he said.

Below are the comments in French but they cannot be attributed by name.

  • Je pars avec une ferme intention d’être un meilleur frère, de retrouver une nouvelle ardeur, une nouvelle manière d’être frère, avec l’aide de Marie.
  • Je retiens Champagnat l’homme, ses racines. J’ai senti fort la fraternité chez Marcellin. Je retiens la profondeur, expérimentée au sous-sol de Lavalla.
  • J’ai retrouvé Marcellin dans cette grande maison de l’Hermitage, dans les groupes de partage, dans la communauté internationale si dévouée, sur les chemins vallonnés.
  • Une image m’est venue : comme une synthèse de la spiritualité, ça part de la montagne, ça franchit le barrage, ça se rend jusqu’ici. Et ça continue jusque dans le Rhône.
  • Je suis revenu visiter mes racines. Mieux connaître pour mieux m’imprégner. Nous avons les mêmes racines, nous faisons partie d’une même famille.
  • J’ai été touché par notre attitude dans la chapelle de Fourvière… Je me suis senti uni à tous les frères et aussi aux Pères Maristes, aux Sœurs Maristes, aux Sœurs Missionnaires de la Société de Marie, aux Supérieurs Généraux de la famille mariste. L’unité entre nous : c’est une richesse.
  • J’ai senti une grande grâce de pouvoir vivre dans ce reliquaire de Champagnat, entouré de confrères qui sont ma famille, cet esprit de famille, cette spiritualité mariste, si belle, si simple. Passer de ce reliquaire à Lourdes Bernadette disait : « O Marie ma mère, je viens déposer les angoisses de mon cœur dans votre cœur immaculé pour y puiser force et courage ». Je suis heureux qu’on passe d’ici à Lourdes dans un grand esprit de fraternité.
  • J’ai découvert un groupe de frères très soudés, très fraternels avec un grand désir de mieux connaître Marcellin, de mieux le rencontrer.
  • Je viens souvent dans cette maison. Ce temps m’a permis d’approfondir et d’actualiser…Quand je reviendrai pour faire visiter, je sens que je vais vibrer différemment.
  • Je suis venu avant les transformations de l’Hermitage et de Lavalla…souvent comme un touriste. Cette fois-ci je me suis senti plus concerné, par quelque chose de grand qui s’est passé ici. Deux moments importants pour moi : la lecture du testament dans la chambre de Marcellin, cela m’a touché très fort et notre rassemblement devant l’autel de la vierge à Fourvière. …Je me suis senti plus frère d’une même famille.
  • J’ai retrouvé un sentiment d’abandon et de confiance envers Marie dans le lieu du Souvenez-vous quand on s’est mis à genoux. Un deuxième temps fut à Fourvière, j’ai senti que je devais continuer et améliorer ma suite du Christ en présence de tous mes frères. Champagnat est plus présent qu’auparavant dans ma vie quotidienne.
  • J’ai découvert Marcellin surtout dans les difficultés qu’il a traversées. Cela me permet de le comprendre. J’ai le désir de transmettre cela dans le lieu je suis. C’est un commencement de réflexion pour moi.
  • Ce que j’ai appris : c’est comme un jardinier qui met ses graines en terre. Marcellin a semé et tout a grandi.
  • Je voudrais revenir sur la fraternité. La question que je me pose : ici on est dans des conditions optimales. Je me demande comment recréer ces conditions dans notre fraternité locale. C’est possible ici ; pourquoi ce n’est pas possible ailleurs ? Peut-être qu’on est trop centré sur ce qu’on fait, pas assez sur ce qu’on vit. Ici on vit quelque chose de beau et la fraternité vient toute seule. Dans la messe d’hier, j’ai beaucoup aimé le geste du prêtre, il a mis ses mains sur les hosties avant le souhait de la paix puis il a dit je vous donne la paix.
  • J’ai envie de dire merci pour l’esprit d’entraide, pour l’esprit de famille. Je me sens entouré d’une surabondance de grâces. Je sens que je dois apporter mon aide pour créer encore plus de fraternité.
  • Le mot qui me revient c’est AUTREMENT. Je suis venu souvent avec divers groupes mais grâce à vous, j’ai découvert de nouveaux aspects. Je pense à MAISONNETTES. J’ai découvert le frère François. J’ai envie de dire merci à tous ceux qui nous ont aidés à vivre cette session.
  • J’ai vécu ici comme les frères qui revenaient pour la retraite dans les premiers de l’Institut, pour retrouver Marcellin, pour se reposer, pour se rassembler, pour retrouver l’esprit du début comme un sentiment de désencombrement. Sentir l’origine de ma vocation, de l’appel…c’est Marcellin qui nous fait rentrer dans la maison de Lavalla, de manière personnelle. Il nous invite personnellement. J’ai fait la visite au cimetière…les premiers frères sont devenus plus vivants pour moi après avoir lu le livre de Alain Delorme sur les premiers frères. Ils étaient rustres…mais ils ont vécu une forte unité entre eux, une forte cohésion comme celle qu’on vit ici. Nous sentons que nous sommes issus du même ventre, nous avons le même père. Retourner chez soi en gardant présent le vécu d’ici.
  • J’ai beaucoup aimé la conférence de Frère Maurice Goutagny sur l’évangile retrouvé. Il a parlé de la béatitude de la pauvreté, de la croix, de la paix. Il a bien ramassé tout mon séjour ici.
  • J’ai pu vérifier ce qu’une jeune fille disait à un confrère qui se reprochait de n’avoir pas assez parlé de Marcellin : « J’ai vu Marcellin à l’œuvre chez toi, chez les frères, cela nous suffit. » Tout au long de la semaine, j’ai vu Marcellin à Marlhes, dans l’accueil ici à l’Hermitage, à Lavalla et aussi en vous regardant, en voyant votre implication, votre créativité, votre désir de vivre l’idéal de la fraternité. Je souhaiterais aussi qu’on puisse vivre davantage cela dans chacune de nos fraternités.
  • J’ai beaucoup aimé la conférence de Frère Maurice Goutagny sur l’évangile retrouvé. Il a parlé de la béatitude de la pauvreté, de la croix, de la paix. Il a bien ramassé tout mon séjour ici.
  • Pour moi, il y avait la difficulté de venir comme quelqu’un de l’extérieur. Je vis ici depuis plus de 11 ans.  Il y a un risque de s’y habituer…ou d’être des techniciens. Je me suis rappelé l’expérience de l’architecte quand la maison était pleine de trous, de construction. Il avait partagé que lui était venu le chant l’Ave Verum. J’ai pris conscience que l’Hermitage doit être la maison du pain. J’ai apprécié nos temps de partage simple.
  • C’est la troisième fois que je viens…J’ai trouvé cela extraordinaire. On a pris le temps de visiter les lieux…j’ai pensé que Marcellin devait aussi avoir mal au genou de temps en temps comme moi. Dans ma communauté, nous vivons la fraternité. Nous attendons le confrère qui arrive plus tard pour le souper. Je suis heureux de vous avoir rencontrés. C’est comme si on se connaissait depuis longtemps, il y a beaucoup d’attention les uns aux autres. 

3112 visits