Inicio > Noticias > Hermanos fallecidos > H. Beauregard

Gracias, perdón, compromiso




Bicentenario del Instituto
2 de enero 2017

 




 



 

http://www.champagnat.org/000.php?p=432

Conectarse

Hermanos maristas

RSS YouTube FaceBook Twitter

 

Foto de hoy

Irlanda: Laico sirio marista, George Labbad, da una charla en el Marist College - Athlone

Hermanos maristas - Archivo de fotos

Archivo de fotos

 

Últimas novedades

Archivo de novedades

 

Calendario marista

27 marzo

Santos: Ruperto, Juan Damasceno y Isaac

Calendario marista - marzo

Hermanos fallecidos

 
2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017

H. Laurent Beauregard

 Fecha de la muerte: 06/10/2016
Lugar: Canadá, Château-Richer
Provincia: Canada
Edad: 81FMS
Leer el documento enviado por la Provincia


Le frère Provincial de la Province du Canada et la Communauté de Château-Richer ont le regret de vous informer du décès de Frère Laurent Beauregard (frère Charles-Laurent) décédé à l’infirmerie de Château-Richer le jeudi, 6 octobre 2016 à l’âge de 81 ans et dans sa 62e année de vie religieuse.

Depuis un bon moment, Laurent était sûrement conscient de son état. Mais in-consciemment, il l’a peut-être souhaité : terminer sa mission en octobre, mois marial et proche de la fête de saint Thérèse de l’Enfant-Jésus, patronne des missions. En effet, notre frère Laurent fut un missionnaire mariste infatigable…

Originaire de Ville-St-Pierre, Laurent connut les frères maristes à l’école de cette localité : c’est à leur contact qu’il découvrit son attrait pour l’apostolat et le don de soi. Après avoir parcouru le curriculum de l’époque, il entreprend sa carrière dans diffé-rents milieux d’éducation (écoles et juvénat) durant 10 ans. Mais un appel urgent du frère Basilio Rueda durant le Chapitre général de 1968 parvient à la Province d’Iberville : il manque un formateur au noviciat de Save, au Rwanda. L’appel est lancé par le frère Louis-Abel : Laurent répond : « Présent ! ». Ainsi commence ses 40 ans de vie missionnaire (12 ans en Afrique et 28 en Haïti), coupés par 6 ans comme adjoint à la formation internationale à Rome.

Laurent a sûrement laissé sa marque au Rwanda et au Zaïre et auprès des jeunes frères africains, mais c’est

surtout à Haïti qu’il s’est identifié : Frè Lowan était un incontournable à Dame-Marie et à Latibolière… Professeur durant presque toutes ses années en terre haïtienne, il a laissé sa marque en montant de toute pièce une bibliothèque modèle (qui porte d’ailleurs son nom) dans un milieu défavorisé, et en mettant sur pied une école pour « ti moun sèvis ou restavèk), enfants domestiques sans aucun droit : que d’efforts il a déployés pour convaincre les « maîtres » de donner cette chance à ces enfants complètement délaissés.

Entré au Canada pour une opération « de routine » à la hanche, un cancer aussi virulent qu’imprévisible vint mettre un terme à son désir de retourner sur sa terre d’adoption : s’il en a été conscient, la situation catastro-phique derniers jours, dans la Grande Anse où il a tant travaillé, a dû lui briser le coeur... Car Laurent aura été un pionnier des « nouveaux commencements » avant la lettre…