Inicio > Noticias > Hermanos fallecidos > H. Lassablière

Llamadas del XXII Capítulo General

 


 



 


Conectarse

Hermanos maristas

RSS YouTube FaceBook Twitter

 

Foto de hoy

Sudáfrica: Comunidad internacional Lavalla200> en Atlantis

Hermanos maristas - Archivo de fotos

Archivo de fotos

 

Últimas novedades


FMSI


Archivo de novedades

 

Calendario marista

18 julio

Santos: Federico, Mariana, Bruno
1860: el H. Francisco presenta la dimisión al Capítulo General

Calendario marista - julio

Hermanos fallecidos

 
2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | 2015 | 2016 | 2017 | 2018

H. Pierre Lassablière

 Fecha de la muerte: 19/06/2018
Lugar: Francia, Saint Genis-Laval
Provincia: Centre dAccueil ND de lHermitage
Edad: 74FMS
Leer el documento enviado por la Provincia


Le Seigneur a accueilli dans la paix de sa maison Frère Pierre LASSABLIÈRE décédé le mardi 19 juin 2018, à l’âge de 74 ans, dont 57 ans de profession religieuse.

Le Frère Provincial des Frères Maristes, les Frères de la Province L’Hermitage, la communauté de Saint Genis-Laval, sa famille et ses amis, vous invitent à les rejoindre par la prière. La messe de funérailles sera célébrée le vendredi 22 juin 2018, à 15h00, à la chapelle du Montet, suivie de l’inhumation au cimetière de la communauté.

Pierre naît le 26 novembre 1943, à St Symphorien-sur-Coise (69), de parents cultivateurs établis dans le village voisin de Coise où il va fréquenter l’école des Frères, avant d’entrer au juvénat de St Genis-Laval en 1954. Considéré comme un bon élève, il fait partie des latinistes. Après le postulat-noviciat en 1958-60, il est admis à faire sa première profession, le 15 août 1960. C’est au bout de trois ans de scolasticat qu’il acquiert le baccalauréat section mathématiques.

De 1963 à 1965, il est adjoint d’enseignement à Mâcon (Ozanam), collège jusque-là diocésain, dont l’institut vient de prendre la direction. Puis vient le temps du Service national qu’il effectue à Damas (1965-1967), comme professeur. Il y sera témoin des bombardements israëliens de la Guerre des Six Jours. À son retour, après sa profession perpétuelle, le 15 août 1968, il rejoint la communauté de Feillens (Ain) en tant qu’adjoint d’enseignement. En 1972, après six mois de second noviciat à Velletri, (près de Rome, en Italie), il est nommé au Russey (Doubs) où il assure la direction de l’école pendant trois ans. En 1975, il accepte la proposition d’aller à Bangui (RCA), comme professeur ; mais il n’y reste qu’un an. Il rejoint le collège de Cluses (Haute-Savoie), et il y exerce pendant sept ans.

Puis il est nommé à Saint Martin-en-Haut, comme directeur d’école, fonction qu’il assure pendant sept ans, jusqu’en 1983, pour céder la place à une directrice laïque. Il redevient professeur de mathématiques au collège de Saint Didier-sur-Chalaronne jusqu’en 2004. Durant ce séjour de treize ans, il est éprouvé par de sérieux problèmes de santé, notamment cardiaques. Il est alors nommé à Saint Genis-Laval (Le Montet) où, dans un premier temps, il participe à l’animation de la maison, s’occupant notamment de conduire les Frères dans les différents hôpitaux pour des consultations.

À partir de 2015, il commence à faire face à un cancer qui le contraint à subir une longue succession de traitements, avant d’avoir raison de ses forces.