Inicio > Biblioteca > Circulares > H. Marcellin Champagnat - 05/08/1830

 

 


Para recibir noticias sobre el Capítulo en su correo, haga clic aquí y rellene el formulario

 


 



 


Emili Turú - La Valla: casa de la luz

Emili Turú
Superior general



 

FMSI

Conectarse

Hermanos maristas

RSS YouTube FaceBook Twitter

 

Foto de hoy

Costa Rica: En recuerdo del Bicentenario del Instituto

Hermanos maristas - Archivo de fotos

Archivo de fotos

 

Últimas novedades

Archivo de novedades

 

Calendario marista

21 septiembre

San Mateo, apóstol
Día Internacional de la Paz (ONU)

Calendario marista - septiembre

Circulaires 002

 

H. Marcellin Champagnat
05/08/1830 - Vol. I, n. 2
Circular 2



En otras lenguas
English  Español  Português  

Lettres de Marcellin - 016

Cette lettre est sans doute une circulaire destinée à toutes les communautés. L'original, en effet, porte des traces d'une autre lettre qu'on aurait appliquée sur la feuille avant que l'encre n'en soit séchée. Ces traces nous laissent entrevoir, au moins pour le début, le même texte que sur la lettre elle-même. On peut en conclure que M. Champagnat reproduisait lui-même, au commencement, ses lettres circulaires pour les 18 communautés que comptait alors l'Institut, sauf peut-être pour celles qu'il allait visiter dans les jours suivants, profitant alors de l'occasion pour leur en transmettre le contenu de vive voix.
Quant aux vacances, «depuis la descente de la communauté à l'Hermitage, (elles) avaient été et étaient encore de deux mois, comme auparavant» (Avit, A.A. p. 98). Or, nous savons par ailleurs que les classes reprenaient vers la Toussaint. Les vacances commençaient donc habituellement début septembre. Pourquoi, vu les troubles sociaux de l'époque, était-il préférable de retarder le début des vacances de quinze jours? nous ne le savons pas au juste. Pour avoir une idée de l'atmosphère sociale à cette époque, voir l'introduction ci-dessus, et aussi, Vie, pp. 211-214; Avit, A.A. pp. 96-98; 0M. I, pp. 48I-482.

Vive Jésus, vive Marie, vive St Joseph.

                Mes bons amis,

Je crains ne vous avoir pas averti que les vacances ne commenceroit que le quinze de septembre. Messieurs les curés le desirent tous et que la gloire de Dieu y est intéressée.

Ne vous épouventez pas, Nous avons Marie pour notre défense. Tous nos cheveux sont comptés, il n'en tombera pas un seul sans que Dieu le permette. Persuadons nous bien que nous n'avons pas de plus grand ennemi que nous memes. Nous seuls pouvons nous faire du mal, personne d'autre ne peut nous en faire. Dieu a dit au méchant: tu viendra jusque là et tu n'ira pas plus loin.

Je vous laisse dans les Sacrés Coeurs de Jésus et de Marie. Nous ne vous oublions pas dans nos prieres. Priez aussi pour nous.

J'ai lhonneur detre votre tout dévoué père en J et M, CHAMPAGNAT, sup. d.f.M.


L'ermi(tage) de Marie 5 août 1830

2288 visitas