14/Sep/2022 MAISON GéNéRALE

15 septembre : Journée internationale de la démocratie

« Elle est dotée de structures de gouvernement qui sont transparentes, simples, efficaces et flexibles. » (XXIIe Chapitre général)

Au XXIe siècle, il semble que la démocratie en tant que système politique soit remise en question. Nous sommes dans un monde où le populisme semble gagner en force, où il semble que de plus en plus de pays recherchent des dirigeants personnalistes, où nos politiciens semblent chercher davantage leurs propres intérêts que ceux des personnes qu’ils représentent…..

Le monde a l’expérience de systèmes politiques qui ont causé la souffrance de millions de personnes. Pensons aux nombreux exemples dramatiques du XXe siècle passé (nazisme, communisme, dictateurs, guerres civiles…). L’humanité ne semble pas disposée à apprendre des erreurs du passé, insistant pour répéter certains comportements qui ont conduit à la destruction et à la souffrance. Il y a eu et il y a encore des politiques qui remettent en cause le respect des droits fondamentaux, qui étouffent la liberté d’expression et de la presse, qui freinent la libre information, qui ne permettent pas l’association et la revendication de situations injustes…..

Dans le premier appel de notre dernier Chapitre général, nous avons une invitation claire à faire face, comme Maristes de Champagnat, à ces situations d’instabilité et de risque pour le bien-être et la sécurité de tous les êtres humains. Nous sommes appelés à être  » des phares d’espérance dans ce monde troublé « , et des phares qui offrent une certaine lumière, qui n’est autre que la lumière du Christ, l’expression de sa miséricorde pour tous ses fils et filles. Sommes-nous le visage et les mains de la miséricorde de Dieu ?

Nous devons être le visage et les mains de la miséricorde qui luttent contre la désinformation, contre les fausses nouvelles, contre le discours de haine et de séparation de certains leaders politiques, contre la confrontation directe, contre les mesures qui approfondissent la différenciation sociale (migrants, femmes, peuples indigènes…).

Comme Maristes de Champagnat nous voulons travailler pour la transformation du monde, surtout du côté des plus pauvres, en soutenant des systèmes politiques où l’autorité est basée sur la volonté des citoyens, et non sur la volonté de groupes politiques ou d’intérêts économiques, comme nous le rappelle la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (21.3).

Le Pape François lui-même, dans Fratelli Tutti (§157) nous rappelle et nous met en garde contre certaines pressions qui veulent éliminer les systèmes démocratiques de gouvernance, c’est-à-dire qui veulent éliminer le « gouvernement du peuple ».

Les Maristes de Champagnat font face à un double défi. Un premier défi vers l’intérieur, en tenant compte des appels du Chapitre général de 2017, qui nous invite à  » mettre en place et/ou renforcer des structures où tous les Maristes partagent le leadership et la responsabilité « . D’autre part, nous trouvons un défi vers l’extérieur qui doit nous amener à aider et à nous insérer dans nos sociétés, à promouvoir un changement réel, à favoriser des systèmes qui donnent réellement la participation à tous les citoyens et où les lois protègent spécialement les plus défavorisés de nos pays respectifs.

Nous vous invitons à relire le style de gouvernement,  » pour un nouveau départ « , que le XXIIe Chapitre général propose à tous les Maristes de Champagnat, en assumant surtout un leadership prophétique et serviteur dans nos communautés et nos familles, ainsi que dans nos œuvres. Prophétique parce qu’il peut annoncer le Royaume de Dieu et dénoncer les injustices de ce monde. Serviteur parce qu’il est toujours attentif et prêt à répondre aux besoins concrets qui l’entourent.


Fr. Ángel Diego García Otaola – Secrétariat de la Solidarité

RETOUR

Réunion du Conseil général avec les direct...

SUIVANT

Cours International de Formation pour Leaders...