25/Nov/2022 MAISON GéNéRALE

25 novembre : La Journée Internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des Femmes

Les Nations unies définissent la violence à l’égard des femmes comme « tout acte de violence dirigé contre le sexe féminin et causant ou pouvant causer aux femmes un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée ». Les statistiques qui en découlent révèlent qu’environ 736 millions de femmes ont été victimes de violence ou de harcèlement physique et/ou sexuel au moins une fois dans leur vie. Les histoires de viols, de coercition sexuelle, de traite des femmes et des filles à des fins d’exploitation sexuelle, de violence sexiste à l’école, de mutilations génitales féminines, de cyberharcèlement ainsi que des violences psychologiques subies par les femmes politiques sont courantes. La situation est pire dans les sociétés patriarcales.

Espérant que la quatrième conférence mondiale sur les femmes à Pékin attirerait l’attention du monde sur le sort des femmes, le pape Jean-Paul II, dans sa lettre du 26 mai 1995 à Mme Gertrude Mongella, secrétaire générale de la quatrième conférence mondiale sur les femmes, lui a dit que l’Église a toujours fait preuve d’une grande considération pour les femmes, en actes et en paroles, en leur fournissant éducation et soins de santé. La déclaration de Pékin et le programme d’action pour l’émancipation des femmes ont répondu à la prière du pape et ont attiré l’attention du monde entier.

25 novembre

En 1999, l’Assemblée générale des Nations unies a fait du 25 novembre la Journée internationale de sensibilisation à la violence sexiste dans le monde. Des progrès dans ce sens ont été réalisés dans les pays industrialisés et développés. Les femmes de ces pays peuvent lutter pour leurs droits car l’inégalité des sexes et la violence à leur égard ne sont plus tolérées. Malheureusement, ce n’est pas le cas dans les pays en voie de développement où les femmes restent silencieuses face aux normes sociales et des normes de genre qui justifient les pratiques d’inégalité entre les sexes, telles que l’autorité des hommes pour discipliner les femmes et les enfants ou la honte publique des femmes adultères.

L’Église catholique condamne toutes les formes de violence à l’égard des femmes car elles ont des répercussions négatives sur les enfants. Les recherches montrent que plus de cinquante pour cent des hommes qui maltraitent leur femme battent également leurs enfants, et que les enfants qui grandissent dans des foyers violents sont plus susceptibles de devenir des agresseurs et de perpétuer un cercle vicieux de violence. Pour remédier aux inégalités entre les sexes, l’Église enseigne que les femmes et les hommes sont égaux en dignité et en droits et présente l’attitude compatissante et respectueuse de Jésus envers les femmes comme la perspective chrétienne pour sensibiliser à la violence sexiste. À plusieurs reprises, le pape François a condamné la violence à l’égard des femmes, la qualifiant de satanique et d’insulte à Dieu. Dans l’une de ses homélies sur « la maternité et les femmes », il a invité tout le monde à promouvoir les mères et à protéger les femmes.

Maristes de Champagnat, promouvons l’égalité des sexes

En tant qu’éducateurs et défenseurs des droits de l’enfant, nous, Maristes de Champagnat, promouvons l’égalité des sexes dans nos écoles. Nous croyons que les enfants doivent grandir dans un esprit d’amour et de respect mutuel. Champagnat a toujours insisté sur le fait que l’égalité devait être la marque des écoles maristes et caractériser tous les aspects de l’éducation des enfants. Son principe éducatif « pour bien éduquer les enfants, il faut les aimer et les aimer tous également » continue à inspirer notre approche éducative. Ce principe nous invite à ne voir dans tous nos élèves que leur conduite, à les aimer et à les traiter tous comme nos enfants.


Frère Francis Lukong – Secrétariat de la Solidarité.

RETOUR

Réunion de la Commission Internationale de F...

SUIVANT

Les Maristes d'Ibérique célèbrent la semai...