Au frère Lycarion

Chanoine RĂ©vas

06/Sep/2010

Blanche fleur de seize printemps,

Fleur d'innocence et de jeunesse,

La voix de Dieu, depuis longtemps,

Doucement l'appelle et le presse.

 

Tous les matins de la Montaux,

Jusqu'au Chable, à la Grande-Ecole,

A peu près comme les oiseaux,

Tous les matins, il court, il vole.

 

Au dur travail, avec ardeur,

il livre son intelligence ;

Il prépare son jeune cour

A ce devoir de l'enfance.

 

Bientôt, au comble de ses vœux,

A la voix de Dieu qu'il l'appelle,

L'adolescent répond joyeux,

Qu'il veut lui consacrer son zèle.

 

Le voilà novice fervent

Dans la phalange de Marie,

Et pour Elle son dévouement

Ne finira qu'avec la vie.

 

Père au milieu de ses enfants,

Il portera jusqu'en Espagne,

Les vertus, les enseignements

Autrefois recueillis à Bagne.

 

Satan est sorti de l'enfer,

Et la tempête est déchainée :

Partout le feu, partout le fer,

Dans Barcelone forcenée.

 

Jusque dans le sein des tombeaux

L'impiété jette sa rage

Et les lieux du dernier repos,

Deviennent des champs de carnage.

 

La lâcheté, la trahison

A la vertu ne font pas grâce,

Et les rebuts de la prison

Triplent la vile populace…

 

La balle a respecté ton front,

Mais sur ton mur le fer se lève,

Et ce qui n'a pas fait le plomb,

C'est l'affreux couteau qui l'achève.

 

Tes yeux s'éteignent vers les cieux,

En bénissant encore l'Espagne,

Et sur ta lèvre un mot pieux

Semble prier encore pour Bagne.

 

Monte là haut, Lycarion,

Pour recevoir ta récompense.

Dieu va déposer sur ton front

La couronne de la vaillance.

 

Honneur au martyr valaisan !

Honneur au héros en soutane !

Honneur à qui verse son sang,

Quand c'est Satan qui le condamne !

 

Ta mort aura son lendemain,

Et l'avenir comme l'histoire

Sur le nom de Mex Benjamin

Chanteront un hymne de gloire.

                                                                 Chanoine Révas.

RETOUR

A Polistena...

SUIVANT

Hymne à la nativité de Marie...