Chine

04/Oct/2010

A l'Ecole Stella Maris à Wei-Hai-Wei. — Par les soins du R. P. Prosper O. F. M. qui a bâti et organisé l'école Stella maris de Wei-Hai-Wei, nos confrères chinois au nombre de ti ont pu prendre la direction de cette intéressant établissement.

Ils y sont à l'œuvre depuis deux ans.

Le bon renom de la maison au dehors n'a fait que s'accroître, et tandis que surgissent ailleurs des difficultés sans nombre, les élèves des frères, habilement sélectionnés, restent à l'abri de la tourmente et des théories révolutionnaires. Un simple fait : pour la rentrée, un policier chinois vient proposer son fils.

— Mais, lui dit-t-on, vous avez en ville une école gratuite du gouvernement pour les fonctionnaires.

— Fort bien, je le sais, mais c'est chez vous que je veux faire instruire mon fils.

— Les règlements de notre école sont très sévères, et doivent être observés à la lettre.

— Précisément c'est la raison pour laquelle je me décide à mettre mon enfant chez vous. Ici on sait ce que l'on tient, ailleurs vous savez ce qu'il en est. Je paierai ce qui est convenu, et l'enfant se conformera aux règlements.

*
*    *

Distribution des prix. — Dernièrement eut lieu la distribution des prix, avec diplômes pour ceux qui finissaient leurs études. Ce fut une mise en scène superbe d'entrain.

Pour la première fois, son Exc. le Gouverneur de Wei-Hai-We avait été invité, ainsi que l'un de ses premiers magistrats, puis, différentes notabilités chinoises.

Les salles d'études avaient été décorées avec goût par les élèves : guirlandes, drapeaux multicolores, oriflammes, verdure, rien ne manquait.

Sur une grande table, à la disposition des visiteurs, au grand jour, s'étalaient : travaux des élèves, écritures, dessins artistiques, cartes géographiques, compositions, etc. …

Ensemble des plus pittoresques ; en avant venaient soigneusement rangés et numérotés les prix pour les plus méritants.

A l'arrivée des invités, la fanfare tout à fait moderne de l'école, avec drapeau chinois en tête, remplit la salle d'une harmonie joyeusement enlevée.

On sent sous ces cœurs d'écoliers se pressant autour de leur drapeau, la jeune Chine qui monte ; elle est fière, elle est vibrante.

Et elle a raison ; pourquoi gémir sur le passé comme ces saules pleureurs qui croissent au bord des tombeaux?

Mieux vaut préparer l'avenir où la jeunesse chrétienne saura tenir son rôle.

Après la lecture des notes, la distribution des prix fut faite par son Exc. le Gouverneur, avec une distinction parfaite. Il ne cacha pas son contentement et ne ménagea pas ses louanges. En fin lettré, il sut goûter les discours des élèves tantôt en anglais, tantôt en chinois.

Deux grands élèves firent alors une démonstration scientifique au tableau noir, sur l'électricité, avec dessins et sonnerie à l'appui.

Six des plus jeunes montèrent ensuite sur la scène, portant chacun un grand caractère, lettre chinoise découpée, en papier doré ; ils formaient une inscription vivante.

Six fois ils intervertirent l'ordre des lettres, et six fois les spectateurs amusés, purent lire une signification différente à l'inscription.

Entre temps le Frère Benoît, Directeur, accompagnait à l'harmonium divers chants de sa petite chorale. Pour terminer, il remercia les invités et fit ensuite une exhortation des plus pathétiques. En quelques minutes, il eut empoigné son auditoire pour l'élever au dessus de la sphère ordinaire des préoccupations matérielles ; vers l'idéal qu'il veut faire partager à ses disciples.

On sentait que tous buvaient ses paroles, tour à tour calmes, véhémentes et démonstratives.

Quand il eut achevé, ce fut un tonnerre d'applaudissements.

*
*    *

Et le R. P. Digard, à qui nous empruntons ce compte-rendu, d'ajouter :

Quand on voit pareille œuvre si prospère, du fond du cœur on remercie la Providence.

Et puisque la Chine peut produire des maîtres tels que ceux qui dirigent cette Ecole, on sent monter au cœur une immense espérance ; oui, ce pays si cher au missionnaire, dans un avenir prochain, saura s'élever et s'anoblir, au contact de l'Evangile du Christ et de son Eglise.

RETOUR

Espagne - Une belle statistique...

SUIVANT

Mexique - Recrutement...