Congo-Rwanda – Nouvelles

31/Oct/2010

Buta.

F. Etienne Matabaro qui n'avait pas pu atteindre Bangui lors de la fuite de novembre dernier, se trouve à Buta, gardé comme otage avec d'autres missionnaires. Parmi eux se trouve aussi Mgr Jacques Mbali. Les bâtiments de l'école des Frères sont occupés par les rebelles. Tout y est détruit: portes, fenêtres, bancs. Les ateliers servent pour la fabrication d'armes.

Parmi les chrétiens de Buta on a pu admirer des actes de grande fidélité. Citons, par exemple, celui de Léopold Munzikabete, chef de la ville et ancien de notre école. Jugé devant la foule, il resta calme et la tête haute, sa médaille sur la poitrine, écoutant impassible les accusations de ses ennemis. On l'accusait d'avoir volé l'argent du peuple et de s'être montré l'ami des missionnaires. Il réfuta courageusement toutes ces accusations. Il termina en disant: «J'accepte de mourir comme chrétien catholique ». On lui accorda la faveur de se confesser et de communier avant l'exécution, Puis il s'avança et dit: «Je suis prêt». Il fut fusillé et son corps brûlé.

 

Kalima.

On y vit sur le qui-vive. A 12 km, il y a un camp muléliste. Les écoles fonctionnent cependant. La population soupire après l'arrivée des Frères.

 

Kindou.

Après la mort de F. Lucien, les rebelles ont cassé les carreaux de l'habitat ion des Frères, mais ont respecté l'école. Les cours ont déjà repris, assurés par deux Frères, quelques Pères et des enseignants congolais.

 

Stanleyville.

L'école a souffert passablement des troubles passés. On a pillé le matériel mécanique; des vitres en grand nombre ont été brisées. Les sept Frères (2 Belges, 5 Congolais), qui s'y trouvent ont ouvert les classes qui fonctionnent avec 1.700 élèves aux primaires et 400 aux secondaires.

On fait des distributions de vivres à la population.

(De «Entre-Nous», mars 1965)

RETOUR

Congo-Rwanda - Pour compren­dre la situation...

SUIVANT

Ecole d Warragul - Australie...