Deuil royal – Belgique

08/Oct/2010

Les Frères de Belgique, et par conséquent tout l'Institut, ont pu considérer la mort si imprévue de S. Majesté le Roi Albert 1ier, comme celle d'un bienfaiteur insigne.

C'est pourquoi le R. F. Supérieur Général, de l'avis de son Conseil, a fait célébrer à la Maison-Mère un service solennel pour le repos de l'âme du roi défunt, à qui nous avons dû une protection si éclairée et si efficace de nos Ecoles, soit en Belgique, soit au Congo.

Les journaux de fin février ont été remplis des éloges du prince qui disparaissait si tragiquement de la scène de ce inonde, où il avait été un personnage éminent. La plupart ont fait ressortir son caractère profondément religieux et cette foi vive qu'il avait puisée dans les traditions de sa famille, spécialement sur les genoux de sa pieuse mère, la Comtesse de Flandre. Il l'a d'ailleurs passée fidèlement à ses enfants, comme un précieux héritage.

Au lieu de citer des faits déjà connus, rappelons seulement le plaisir avec lequel notre C. F. Joseph-Agathon, chargé pendant la guerre de la petite école de La Panne, si près de la ligne de feu, voyait de près le Roi et la reine Elisabeth survenir fréquemment pour visiter et encourager les enfants et de même le jeune prince héritier venir le samedi soir se confesser à l'aumônier militaire, logeant dans la maison.

Ditons encore, comme une parole à retenir, ce fragment de lettre écrite peu de jours avant sa mort, par le regretté prince, à un ami bénédictin, le R. P. Lou: « Se consacrer entièrement à Notre-Seigneur confère à ceux qui sont touchés de la grâce, la paix de l'âme qui est le bonheur suprême d'ici-bas ».

Puisse cette parole montrer à tous nos religieux ce que pense une âme royale des avantages de la vie religieuse.

*
*    *

Aux religieuses condoléances adressées par le R. F. Supérieur Général à Sa Majesté la Reine Elisabeth, celle-ci a bien voulu faire répondre par la lettre suivante.

 

Palais de Bruxelles, le 10 Avril 1934.

Monsieur le Supérieur Général,

 

La Reine a été profondément touchée de la part que vous avez prise à Son immense douleur.

Sa Majesté m'a chargé de vous exprimer Sa gratitude émue.

En s'acquittant de ce devoir, je vous prie d'agréer l'assurance de mes sentiments très respectueux et de bien vouloir transmettre aux Religieux de votre Communauté, les vifs remerciements de la Reine.

 

signé: de Lannoy.

RETOUR

Maison mère - Grugliasco...

SUIVANT

A propos de notre statistique....