Escuela climática pour garçons, à Magdalena del Mar

F. A.-A.

16/Oct/2010

On désigne par ce vocable « climática » (qui pourrait se traduire « école en plein air »), un établissement où des groupes d'enfants, pendant une période de temps déterminée, sont soumis à un régime reconstituant au physique et au moral, dans un climat marin et en des locaux appropriés.

L'Escuela climática pour garçons est située à Magdalena del Mar, près de Lima (Pérou). Elle occupe une des cinq sections du Centre de Puériculture Pérez Aranibar, donnant sur l'avenue de l'Armée et limitée en arrière par l'immensité du Pacifique.

L'édifice, d'architecture svelte, comprend de vastes dortoirs bien aérés, des cours spacieuses de récréation pour les enfants, d'immenses jardins, un magnifique réfectoire, d'amples salles de classe en plein air, des allées ombreuses d'eucalyptus, une large piscine et une installation de trente-six douches.

 

But de l'Escuela Climática. — Elle se propose de donner, aux enfants faibles des établissements scolaires de Lima, les forces dont ils ont besoin pour supporter la fatigue des études ; en même temps, on tâche de leur faire prendre des habitudes de religion, d'ordre, d'éducation et de propreté. Les enfants sont envoyés à cette institution par le médecin-chef de la Santé Scolaire, pour un séjour de trois mois environ. Ce temps expiré, on les rend à leur centre scolaire pour qu'ils continuent leurs classes. Elles ne sont pas interrompues par le passage à la Climática, car les enfants sont placés dans les mêmes cours qu'ils suivent en ville. A cet effet, l'établissement dispose de grands locaux commodes pour faire la classe au grand air.

Ces classes sont dirigées par les Frères Maristes avec le concours de maîtres spéciaux, nommés parle Ministère de l'Éducation publique et contrôlés par le Frère Directeur.

 

Influence éducatrice des Frères dans cette œuvre originale. — En veillant au développement physique des enfants qu'on leur confie, les Frères ne perdent pas de vue le but secondaire de leur vocation d'éducateurs-apôtres qui est « de procurer le salut des âmes par l'instruction et l'éducation chrétiennes de leurs élèves ».

A ces petits, venus de divers milieux, les Frères enseignent les prières et le catéchisme. Ils leur font connaître et aimer la Très Sainte Vierge, et en préparent aussi des centaines à la première communion.

Le bien réalisé dans cette école est considérable. Les enfants s'attachent à leurs maitres et leur gardent une reconnaissance dont les Frères reçoivent des témoignages touchants, même dans les rues de Lima. Des germes de vocation éclosent aussi dans cette atmosphère spéciale sous la surnaturelle influence de la grâce de Dieu.

 

Réception des enfants. — Le jour de la rentrée est fixé d'un commun accord entre le médecin-chef et le Frère Directeur de l'Escuela climática. Les enfants désignés par les médecins sanitaires sont recueillis dans leurs centres par un omnibus qui les conduit à l'Institut National de l'Enfant. Là, on les pèse, on mesure leur taille et on les examine aux rayons X pour voir s'ils ne sont pas atteints de maladies contagieuses.

Si l'examen est satisfaisant, l'enfant peut être admis à la Climática. Dans le cas contraire, il est rendu à sa maison en indiquant aux parents ce qui est le plus convenable.

La Visiteuse Scolaire qui accompagne les admis à l'École en porte la liste avec la signature obligatoire du médecin-chef. La condition indispensable pour être reçu est l'immatriculation dans un centre scolaire ou école municipale de Lima. La liste porte le nom, l'âge, la classe des enfants et l'adresse complète des parents ou du tuteur.

A l'arrivée à l'École, on examine la liste des admis laquelle est ordinairement exacte. Parfois quelque unité a essayé de s'y faufiler clandestinement ; mais le nom ne figurant pas sur la liste officielle, le petit intrus doit, malgré ses pleurnichements, retourner d'où il est venu.

Après le contrôle fait par le Frère Directeur, les enfants sont reçus en qualité d'internes pour le temps convenu.

Aucun d'eux ne pourra sortir de l'École sans la permission du Ministère (section de la Santé Scolaire) ou du Frère Directeur. Il faut une semaine environ pour que les 360 places disponibles soient toutes occupées.

Après avoir déposé leur trousseau, les enfants, accompagnés par un surveillant, se rendent à la cour pour s'amuser et raconter leurs impressions, en attendant le moment du diner. Comme on le conçoit aisément, les premières réunions sont quelque peu bruyantes….

Les parents ou responsables ont l'obligation de fournir à leurs fils ou protégés le linge personnel pour qu'ils puissent changer le samedi. Les draps de lit appartiennent à l'École.

 

Formation des groupes. Tous les enfants étant réunis dans une cour, les divers surveillants prennent leur groupe respectif composé de 25 à 40 élèves selon les dimensions des dortoirs. En quelques instants, ces petits sont répartis en onze sections. Leur taille est si uniforme que seul leur minois blanc, noir, brun ou étranger caractéristique permet de les distinguer.

 

Personnel de l'École. — Il y a un aumônier pour le service religieux. Outre les 11 surveillants, il y a 8 employés de réfectoire, 4 cuisiniers, un employé pour la direction-téléphoniste, un menuisier, un chauffeur et employé de buanderie, 4 jardiniers, 2 couturières et un concierge. La direction est assurée par quatre Frères Maristes.

 

Les classes. Le temps est partagé entre l'étude et la récréation. Le but de l'École n'est pas d'exiger des enfants un grand effort mental, mais d'employer une bonne partie du temps à améliorer leur santé et à favoriser leur développement physique. Le règlement se rapproche le plus possible du régime recommandé par le congrès médico-pédagogique de Paris qui consiste à donner à l'enfant : double ration d'air et d'alimentation et demi-ration de travail.

Sept grandes installations permettent de faire la classe au grand air. Les petits garçons y respirent à pleins poumons l'air marin qui vient du large. ils suivent les trois ou quatre classes élémentaires inférieures. Chaque division compte environ cinquante élèves. Sous la direction de leurs maîtres, ils travaillent à acquérir des connaissances qui leur permettront d'être, plus tard, utiles à la famille, à la patrie et qui les aideront aussi à tendre chrétiennement à leur fin dernière…

 

Horaire d’une journée à la Climática. — Le temps à cette École passe très vite parce que les occupations sont distribuées de façon qu'aucune ne paraisse longue. On sait que, pour les enfants, il suffit qu'un exercice soit long pour qu'ils le trouvent fatigant. Le jeu fait exception et encore faut-il qu'il soit libre. Voici l'horaire des jours de travail :

            Matin :                                                            Soir :

7 heures. Lever. Toilette.                                    13 heures. Bain dans la piscine ou douche

7 h. 30. Déjeuner. Récréation.                           14 heures. Classe.

8 h. 30. Leçon de religion.                                  14 h. 45. Récréation. Goûter.

9 heures. Récréation.

9 h. 30. Classe.                                                  15 h. 15. Classe.

10 h. 15. Récréation.                                          16 heures. Récréation. Promenade

10 h. 30. Classe. ou Gymnastique.

11 h. 15. Récréation, Diner                                 17 h. 30. Souper, Récréation jusqu'à la chute du jour

.

L'obscurité venue, on réunit les enfants dans un lieu déterminé et là, les bras croisés, ils remercient le bon Dieu des bienfaits reçus durant la journée. Ils prient la Sainte Vierge pour eux, pour leur chère famille et pour les bienfaiteurs de cette œuvre magnifique et généreuse. Puis, en ordre parfait, ils se rendent aux dortoirs où, couchés dans leurs petits lits, ils passent des moments agréables, en lisant des livrés ou revues pour enfants ou bien en écoutant de beaux morceaux de musique qu'une puissante radio leur transmet. La musique, la lecture ou les bons mots leur ferment doucement les yeux et un paisible sommeil les introduit dans le pays des songes… jusqu'à ce qu'un coup de sifflet les en tire à 7 heures du matin et les jette de nouveau dans la réalité d'une nouvelle journée.

 

Règlement du dimanche. — Étant consacré au Seigneur, on le sanctifie en le commençant par la pieuse assistance à la sainte messe. A 6 h. 45, tous les élèves, en costume, se rendent à la section Largo Herrera du même Centre de Puériculture Pérez Aranibar. Cette section possède une très belle chapelle pouvant contenir cinq cents enfants. Elle est alors pleine comme un œuf parce que à nos élèves se joignent les grands de cette section.

A 7 heures, quand tout le monde est à sa place et attend dévotement, un coup de cloche retentit; le prêtre s'avance précédé de deux petits orphelins qui servent la messe avec une ferveur angélique. Tous entendent la sainte messe avec piété. Ils retournent ensuite à l'École, quittent leur costume et vont au réfectoire où les attend un bon chocolat.

A 9 heures, on se prépare pour faire une petite promenade et jouer un peu au football sur divers champs de sport. Bien que l'Ecole soit spacieuse avec ses 30.400 mètres carrés, on en sort souvent pour aller dans ces champs ou à la mer, afin que les enfants ne se sentent pas trop enfermés, même dans la cage dorée…

Après les hourras réglementaires et non réglementaires marquant la fin des jeux, les petits bonshommes reviennent à l'École, au robinet d'eau potable et bientôt à la table convenablement préparée.

 

Les repas. —La première semaine de leur séjour, ces petits internes trouvent les assiettes trop pleines et ne touchent pas au pain. Mais dès la seconde semaine, les rations leur semblent petites et ils mangent jusqu'à sept petits pains par jour. Tel est le bel appétit que les jeux, la discipline, l'étude, la propreté et le bon air excitent en eux. Loin de diminuer, cet appétit va en augmentant. Tant et si bien que, parvenus au bout de leur séjour à la Climática, ils enregistrent au contrôle de la pesée une augmentation de poids de quatre à cinq livres. Ce gain est réalisé en trois mois souvent incomplets. Qu'en serait-il s'ils restaient plus longtemps à l'École ?

Les petits pensionnaires de la Climática ne paient rien. Tout est gratuit, y compris les cahiers, livres et crayons pour leurs études. Toutes les dépenses sont aux frais de la Société de Bienfaisance publique de Lima, ainsi que le traitement des Frères et du personnel.

 

La visite des familles. — La soirée du dimanche est consacrée à la visite que les parents ou les tuteurs doivent faire aux enfants. A 15 heures, on ouvre la porte et elle reste ouverte jusqu'à 17 heures.

Durant ces deux heures, de gentilles scènes se produisent dans le « champ des visites ». Tous les parents, même les plus pauvres, apportent quelque chose à leurs enfants : fruits de toute espèce, gâteaux de maïs, riz avec 'du canard, du poulet, du poisson, des frites…., douceurs, préparations variées multicolores, boissons du pays, etc. …

C'est un coup d'œil pittoresque que présentent ces centaines de familles, souvent au complet, y compris le petit chien, groupées sur les bancs ou étendues dans les parterres mangeant, parlant, riant… Bref ! une après-midi aux champs !

Mais l'heure du départ arrive. Ce sont les adieux, les baisers, les au-revoir, les larmes même… Les visiteurs rentrent à Lima laissant leur cœur à la Climática, tandis que les petits vont déposer au dortoir le linge propre et les mille bagatelles apportés par les parents. Puis ils restent encore un moment sur la cour pour échanger des impressions et pourquoi pas ? pour compter et recompter les petits sous, cadeaux des visiteurs…

Le dimanche, on ne fait pas trop d'honneur au repas et pour cause… Enfin le soleil descend royalement derrière l'immensité des flots de l'océan et les heureux internes de la Climática, après leur prière du soir, vont prendre un bienfaisant repos.

                                                        F. A.-A.

RETOUR

Excelsior !...

SUIVANT

Nos écoles gratuites du Liban...