Espagne – Journées dÉtudes sur les problèmes des Anciens Élèves

20/Oct/2010

Sous la présidence du Cher Frère Assistant et des Frères Provinciaux d'Espagne, une quarantaine de Frères se sont réunis à Madrid du 27 au 29 décembre 1950.

Les réunions se sont tenues à la maison de retraites des Religieuses Evangéliques, dans le recueillement, la piété et une parfaite régularité.

Les congressistes devaient étudier les questions suivantes relatives aux Associations des Anciens Élèves :

1. Les Anciens Élèves face à leurs Anciens Maîtres.

2. Apostolat postscolaire : Problèmes d'installation et fonctionnement d'une association. Programme minimum.

3. Expériences propres et étrangères dans l'organisation des Associations des Anciens Élèves.

4. Essai d'organisation d'un Centre d'Anciens Élèves universitaires.

5. Activités sociales des centres pour la classe populaire : employés et ouvriers.

6. État actuel et projets d'avenir des Associations de Norte.

7. Un essai de Fédération et fonctionnement des Associations de Levante,

8. Le présent et l'avenir des Associations de Léon.

9. Réalisations et projets dans la Province de Bética.

10. A) L'Association Pères de Famille et nos Anciens Élèves.

B) Impressions recueillies au Congrès National de Badajoz, par ladite Association (décembre 1950).

Son Exe. Mgr Zacarías de Vizcarra, Conseiller National d'Action Catholique, très au courant des Œuvres Maristes, a sa résidence chez les Sœurs Evangéliques. Cela a fourni aux congressistes l'heureuse occasion d'entendre de sa bouche une intéressante causerie sur : Les activités de l'Action Catholique et des Centres d'Anciens Élèves.

De son côté, le marquis de Vivel, Président de l'Association Nationale des Pères de Famille, vint, le jour de la clôture, donner son adhésion aux travaux du Congrès et fit une belle conférence sur : Les inquiétudes de l'apostolat séculier à l'heure présente.

 

Idées émises et préoccupations dominantes. — 1. Une conscience plus claire de notre mission d'orientation et de protection à l'égard des jeunes gens qui finissent leurs études chez nous, soit pour les continuer à l'Université ou à l'École Professionnelle, soit pour prendre un métier ou exercer un emploi.

2. Une Association d'Anciens Élèves bien orientée avec un programme d'action sociale et d'apostolat effectif, est un facteur de rayonnement pour un collège et pour les éducateurs qui la secondent et l'encouragent. Elle représente comme une récolte d'automne préparée par des semailles printanières.

3. Tout le monde est d'avis qu'il convient que les provinces abordent résolument et sans retard le problème des résidences universitaires. Le millier approximatif de bacheliers qui, annuellement, quitte les collèges maristes d'Espagne pour fréquenter les cours à l'Université, engage notre responsabilité à cet égard.

4. Il importe grandement de ne pas rompre le contact avec les élèves qui sortent de nos collèges. Une amitié fondée sur des motifs d'ordre supérieur et des relations de plusieurs années ne peuvent être interrompues, ni moins encore brusquement brisées ; car c'est le moment où les jeunes gens ont un plus grand besoin des conseils et des encouragements de leurs éducateurs.

5. Une bonne partie de nos élèves, en raison des circonstances, ou parce qu'ils fréquentent des écoles n'ayant que les cours primaires et une section des cours complémentaires, se voient obligés de quitter nos classes avant l'âge de 15 ans. L'appellation anciens élèves ne semblant pas leur convenir, il faudrait, néanmoins, une dénomination qui les rattache à l'Institut qui a guidé leurs premiers pas et qui doit continuer à former leur personnalité. On estime mieux adaptée la désignation Jeunesses Maristes qui enrôlerait tous les moins de 20 ans.

Avec ceux-là, tout particulièrement, il serait opportun de développer un programme de formation postscolaire jusqu'à ce qu'ils soient intégrés définitivement dans les cadres des Anciens Élèves.

 

Projets ébauchés. — 1. Assurer la bonne marche des Associations sans porter atteinte à leur autonomie ni grever leur budget.

2. Faire abstraction de l'organisation de Fédérations régionales, laissant d'autre part aux Conseils Provinciaux le soin d'intervenir pour orienter l'esprit des Associations.

3. Les Associations doivent trouver au Collège une chaude sympathie et une franche collaboration. On ne saurait admettre comme normale la tendance à s'écarter du Collège pour s'établir en des appartements loués. Les anciens élèves doivent pouvoir disposer au collège d'un local ad hoc pour leurs réunions, le Secrétariat, les Archives. Il est à souhaiter qu'on puisse leur offrir une salle de lecture et un Heu de récréation.

4. La Direction du collège doit s'intéresser aux Jeunesses Maristes. Il faudrait que celles-ci continuent à être encadrées dans les associations pieuses, culturelles et sportives de rétablissement, assistant régulièrement aux actes qui les concernent. On devrait, de même, organiser pour elles un cercle d'études sur le dogme, la morale, le Saint Évangile.

Parvenus à l'âge convenable et avec l'agrément de la Direction de l'Association des Anciens Élèves, les membres des Jeunesses Maristes pourront demander à faire partie de ladite Association.

5. On juge nécessaire la création d'un organisme appelé « Conseil Central Exécutif » qui fonctionnerait à Madrid, sous l'inspiration du Frère Assistant Général d'Espagne et des Frères Provinciaux ou de leurs délégués. Ce Conseil serait composé des Frères Provinciaux et d'un représentant de chaque Association, avec Madrid pour résidence. Parallèlement à cet organisme, fonctionnerait un « Conseil Central Assesseur » composé d'Anciens Élèves ayant exercé ou exerçant des emplois dans la hiérarchie ecclésiastique, dans les hautes sphères du gouvernement, la magistrature, l'enseignement ou l'armée.

6. Un Secrétariat Général, rattaché au Conseil Central Exécutif coopérerait à la bonne marche des Jeunesses Maristes et des Associations d'Anciens Élèves.

7. On accueille avec sympathie l'idée de créer un insigne et un carnet pour les membres des associations, comme moyen de les unir plus étroitement. On approuve de même le vœu que les associations aient bientôt leur hymne propre.

8. Une caractéristique de toute association d'Anciens Élèves Mariâtes doit être la dévotion filiale envers la Très Sainte Vierge Marie. Tous doivent s'appliquer à l'aimer et à la faire aimer.

RETOUR

Visite du Cher Frère Provincial aux Philippi...

SUIVANT

9ième Assemblée Nationale des Anciens Élè...