Faveurs attribuées à lintercession du Bx. Fondateur

29/Oct/2010

Récemment, les Frères de la communauté de Lidcombe (Australie) étaient priés de vouloir bien s'associer à une neuvaine au Bienheureux Père Fondateur, en vue de demander la guérison de Mr. George Aungle, victime d'un terrible accident d'automobile, qui l'avait réduit à un état lamentable. Il avait trois fractures au bassin, un bras cassé, l'épaule et les côtes endommagées et de nombreuses contusions sur tout le corps. L'estomac s'était relevé et affectait le cœur. On craignait aussi que le cerveau ne fût dérangé. Un poumon avait été déchiré et il fallut opérer immédiatement à l'hôpital Prince Henry où il avait été transporté d'urgence. Quant au reste, on y pourvoirait après.

Devant cette situation lamentable, ses parents avaient commencé une neuvaine au Bienheureux Marcellin Champagnat pour en implorer la guérison, et les Frères de Lidcombe et leurs élèves furent priés de s'unir aux prières de la neuvaine.

Après plusieurs jours de soins patients et assidus, une infection se déclara; les rayons X révélèrent une grande accumulation de sang et de matières purulentes dans la région pulmonaire. On crut que le patient ne survivrait pas longtemps. Il avait une forte fièvre et délirait. On pratiqua une suture permanente dans le poumon d'où le pus coulait constamment. Or, après quelques jours, la température baissa et le malade, au grand étonnement de tous, sembla s'éveiller et revenir à lui. Cela dura un jour, le malade retombant ensuite dans son état habituel de prostration. Les médecins étaient pessimistes, mais ils firent au malade plusieurs transfusions de sang qui produisirent un effet rapide. La guérison commença et étonna les médecins traitants. Le cerveau fut examiné et trouvé normal. Le malade s'est rétabli et n'attend plus que la soudure des os brisés. Le bassin, en particulier, devra être remis en bon état.

Monsieur George Aungle et ses parents catholiques sont convaincus que le bon Dieu a entendu les prières adressées au Bienheureux Marcellin Champagnat. Ils n'ont pas manqué de remercier tous ceux qui se sont associés à leurs prières.

Un triduum de reconnaissance fut célébré à l'église paroissiale, avant la fête de l'Assomption auquel prirent part les Frères et les élèves de Lidcombe.

Nous demandons aux lecteurs de remercier Dieu avec nous.

(De «Marist Monthly». Août 1962)

RETOUR

Au sujet dun centenaire (F. François à Rome...

SUIVANT

Comment amener la jeunesse à la pratique sai...