Fondation Ă  Berberati (Oubangui Chari)

25/Oct/2010

Extraits de lettres de nos Frères Missionnaires :

 

Situation. — C'est le climat équatorial. La nuit tombe promptement tous les jours à 18 heures et le jour se lève à 5 h. 30. Les pluies sont torrentielles et transforment vite les chemins en ruisseaux qui stoppent les voitures pour plusieurs jours.

A 200 m de notre Mission, la forêt vierge est bordée de bananiers et d'ananas où chacun va se servir… La terre rouge est propice à la pomme de terre. Quant aux caféiers, ils encadrent notre propriété.

La région est le royaume des termites : en trois semaines, une case délaissée est littéralement dévorée.

La lèpre sévit. Les lépreux, curables à leur début, défilent au dispensaire des Sœurs, proche de l'école.

 

Les Indigènes. — Les Noirs appartiennent à des races de toutes tailles. Ils vivent pauvrement, en brousse surtout, Dans les grandes agglomérations, pour se faire une situation, ils éprouvent un besoin impérieux d'instruction. Des garçons s'imposent parfois 10, 20 ou 30 km pour rejoindre leur école, apportant au besoin leur sac de manioc. Beaucoup usent de l'hospitalité imposée par la coutume entre parentés. La mortalité infantile par sous-alimentation est élevée. Les Pères ont la charité qui ferme les yeux pour ne pas recenser leur troupeau de porcs et leurs pigeons ! La polygamie est l'obstacle n° 1 à la christianisation.

 

La Mission. — La Mission de Berberati date de 1923 et compte 5.700 catholiques et 2.300 catéchumènes. Avec 2.500 protestants et 800 musulmans, il y a encore 43.000 païens. La Mission est dirigée par les Pères Capucins de Savoie. L'évêque, Mgr Baud, est assisté, pour Berberati même, de 5 Pères, 2 Frères et 76 catéchistes répartis dans les environs. Les Sœurs tiennent l'école des filles (200 élèves) et l'école d'élèves monitrices. L'école des garçons est tenue par les moniteurs. Le Cours Normal d'élèves-moniteurs, qui nous est dévolu, était jusqu'ici à la charge des Pères.

Le grand moyen de conversion d'avenir, au jugement de tous les évêques missionnaires, c'est l'école. D'où l'importance capitale d'une excellente formation chrétienne des futurs moniteurs ou instituteurs.

La ville de Berberati dissémine ses quelque 50.000 habitants sur une grande étendue, dont les cases primitives contrastent avec de beaux édifices européens.

La Mission, éloignée du centre et des magasins, est dans un site paisible avec sa cathédrale, sa résidence, ses écoles, son dispensaire, sa ferme…

Notre collège est une belle réalisation moderne, à cinq minutes seulement de la cathédrale. Il a 08 m de long, deux étages, comprenant au second le grand dortoir, les douches, les chambres des Frères et, au premier, le réfectoire, la salle d'étude, la salle à manger, le bureau. Au-dessous, se trouve une sorte de hangar. Le bâtiment se prête aux agrandissements prévus. Tout le bois des portes, des fenêtres, des meubles, est en acajou. Les fenêtres sans vitres permettent une aération ultra-hygiénique… Les deux cuisines, pour les Frères et pour les élèves, sont à quelques mètres de là. On dispose d'une grande cour et d'un terrain de jeu.

 

L'école. — Le Cours Normal, dont nous avons assumé la charge, comprend deux années d'études préparant au C.A.P. Les 60 élèves, tous internes, viennent d'assez loin, même du Tchad et de Bangui (500 km). Ils représentent toutes les races nègres, nains et géants, de 15 à 23 ans, les âges étant par ailleurs assez élastiques, selon l'opportunité ! Ils sont « sages », même mous parfois, très propres, prodigues d'ablutions et très désireux de s'instruire. Ils aiment le chant, non moins que le foot et le volley-ball (utilisant n'importe quelle balle hypothétique). Ils ont surtout des leçons de français, de calcul et de pédagogie.

Pour l'apostolat, il y a les deux Mouvements : Légion de Marie et Scouts. Les légionnaires font le catéchisme aux jeunes catéchumènes.

Le travail, certes, ne manque pas aux Frères. Mais la joie d'être Missionnaires, à laquelle s'ajoute une si cordiale entente entre eux et avec les Pères Capucins, leur fait oublier bien des peines !

 

Bangui. — Quant à la Mission de Bangui, sur un affluent du Congo, à 500 km de Berberati, elle a reçu, le 13 septembre dernier, le Frère Jean. Mgr Cucherusset, archevêque, ancien élève d'Ecole (Doubs), lui a confié la tâche assez délicate d'inspecter les classes des écoles primaires de la ville : réunions de professeurs, inspection des classes, cours de pédagogie, occupent amplement son temps : situation provisoire en attendant une communauté complète.

RETOUR

Colombie - Frères Maristes à lhonneur...

SUIVANT

Hist. des oeuvres de Nigeria...