Gloire Ă  Dieu !

03/Sep/2010

 

Ce sont bien là, ce nous semble, très chers Lecteurs, les premiers mots qui doivent nous venir sous la plume, en tête de ce premier numéro de l'année 1910 : car nous n'en trouvons pas qui reflètent mieux l'ensemble des sentiments qui remplissent nos cœurs et que nous aimons à supposer dans les vôtres.

Gloire à Dieu ! qui, dans sa bonté a permis à notre modeste revue de famille de voir l'aurore de sa seconde année, après avoir — espérons-nous — fait un peu de bien à quelques âmes et contribué pour sa petite part à resserrer les liens de fraternelle charité qui doivent nous unir les uns aux autres !

Gloire à Dieu !, qui, pendant le cours de cette année, a répandu tant de grâces et de faveurs sur la sainte Eglise, sur notre chère Congrégation, sur nos Elèves et sur chacun de nous !

Gloire à Dieu !… Ce ne doit pas être seulement un cri de reconnaissance pour les bienfaits de l'année qui se clôt, mais un pieux souhait, une résolution et une devise pour celle qui va s'ouvrir. Oh !le bel idéal à nous proposer, pendant cette année nouvelle, que celui d'employer tout ce qu'il y a en nous d'intelligence, de cœur, d'énergie et de volonté à procurer la plus grande gloire de Dieu, soit en le faisant régner plus efficacement dans nos cœurs par une plus parfaite correspondance à ses grâces, soit eu nous appliquant de plus en plus à le faire connaître, aimer et servir autour de nous !

Gloire à Dieu !Que ce soit aussi un acte de résignation et de filial acquiescement à tout ce qu'il plaira au Seigneur d'ordonner à notre égard. Nous ne savons pas ce qui nous est réservé pendant cette année : mais ce que nous savons très bien, c'est que nous sommes entre les mains paternelles d'un Dieu aimant et bon. Gloire à Lui donc, quoi qu'il puisse nous arriver !Gloire à Lui s'il daigne nous envoyer la consolation et la joie !Gloire â Lui s'il trouve meilleur de nous visiter par la tribulation et l'épreuve !Gloire à Lui s'il nous permet de voir le commencement de l'année prochaine, et gloire encore s'il Lui plaisait de mettre fin à nos jours dans le courant de celle-ci !En toute alternative, gloire à Lui seul et à jamais !

———————————–

 

BONNE ANNEE

 

Sur la vieille année expirante,

La foule laisse, indifférente,

L'oubli replier son linceul ;

Et c'est vers la jeune inconnue

Que l'hymne fou de bienvenue

Parmi les rires monte seul.

 

Le cœur vain des hommes de joie

S'allume au feu lourd qui rougeoie

Le long des boulevards houleux ;

Ils se prédisent : Bonne année !

Sans savoir quelle destinée

Ce nouvel an garde pour eux.

 

Car personne encor ne peut dire

Si l'enfant né dans le sourire

Ne grandira pas dans les pleurs,

Et si son voile de mystère,

En s'ouvrant jettera sur terre

Plus d'épines ou plus de fleurs.

 

Bouquets de fleurs, buissons d'épines,

Mon Dieu, c'est de tes mains divines

Que je les recevrai demain…

Que m'importe d'en rien connaître ?

L'année est toujours bonne, ô Maître,

Quand on la reçoit de ta main.

 

Nous la vivrons tous deux ensemble ;

Si mon lime s'émeut et tremble

De marcher toujours dans la nuit,

Je songerai, clarté sereine,

Que la lumière est plus prochaine

A chaque heure du temps qui fuit.

(Du Messager du Cœur de Jésus).

RETOUR

VĂŞture Ă  Mondovi...

SUIVANT

Du bon emploi du temps...