Grugliasco

03/Sep/2010

 

Le dimanche, 22 août, a été, pour notre communauté de Grugliasco, une date à mentionner dans les annales de la maison.

Le matin, dans une réunion intime, se sont d'abord échangés les adieux occasionnés par le départ du Révérend Père Tronche, notre aumônier depuis six à sept ans, appelé, comme professeur de dogme, au scolasticat de la Société de Marie, à Differt (Belgique). Un Frère Assistant, se faisant l'interprète du R. F. Supérieur Général présent, et de toute la communauté, a dit, en termes émus, comment par ses services, ses vertus et ses qualités aimables le digne aumônier avait gagné tous les cœurs des Frères qui l'ont connu ; et, à l'expression de vifs regrets, il a joint celle d'une affectueuse reconnaissance et des vœux de bonheur les plus sincères. Dans sa réponse pleine de tact et de délicatesse, le bon et cher Père a dit son attachement aux Frères, les a remerciés de celui qu'ils lui avaient témoigné en toutes circonstances, et, en leur exprimant ses regrets de les quitter, il a ajouté, que si l'obéissance ne l'eût appelé ailleurs il se serait estimé heureux de pouvoir leur continuer longtemps encore son ministère, et leur donner des preuves de •son affection et de son dévouement.

Le C. F. Assistant, s'adressant ensuite au Révérend Père Hilléreau, appelé à remplacer le R. P. Tronche, lui dit que, s'il y avait pour les Frères de Grugliasco un adoucissement à leurs justes regrets, c'était de posséder en sa personne, comme aumônier, un ami des anciens jours ; un aumônier qui, pendant plus de seize ans, avait prodigué aux Frères de St Genis-Laval et de San Maurizio, les trésors de sa charité, de son zèle, de son dévouement et de sa sagesse dans la direction des âmes. Après que lui eurent été exprimés les souhaits de bienvenue, le R. Père dit, entre autres choses, qu'il s'efforcerait d'être pour les Frères ce qu'il avait toujours été, un véritable ami, de leur faire tout le bien possible, et de se rendre digne des regrets si bien mérités par son excellent confrère.

Le soir de ce même dimanche, a eu lieu l'ouverture des exercices du second noviciat. Après le chant du Veni Creator le R. P. Hilléreau, s'adressant aux Frères venus pour y prendre part, commença par leur parler des progrès matériels dont le monde se glorifie. Ces progrès sont louables, dit-il, en ce qu'ils ont d'utile, d'honnête et de conforme aux desseins de Dieu. a Mais qu'il est petit le nombre de ceux qui connaissent et mettent en pratique cette parole de l’Evangile : Soyez parfaits comme votre Pare céleste est parfait ! Pour vous, mes Frères ; vous les connaissez, et ces autres : Si vous êtes justes et saints, justifiez-vous et sanctifiez-vous encore ; et vous voulez en faire la règle de votre conduite. Courage ! Dieu sera avec vous ; et vous trouverez ici des guides et des aides dans ce saint travail.

RETOUR

Bom Principio - Vèture...

SUIVANT

Nos défunts...