Grugliasco – Honorables visites

11/Sep/2010

Ces mois derniers, notre maison mère de Grugliasco a été honorée de trois visites dont l'agréable souvenir a droit de former une des plus chères pages de nos annales. Nous sommes Heureux de l'y consigner.

Le 7 octobre dernier, c'était celle de Son Eminence Monseigneur D. Joaquim Arcoverde de Albuquerque Cavalcanti, Cardinal Archevêque de Rio de Janeiro, dont le Bulletin a eu tant de fois à signaler la bonté toute paternelle à l'égard de nos Frères, depuis qu'il leur a confié la direction de son Collège Diocésain de São José. Déjà une autre fois, au mois de mars 1907, Son Eminence nous avait fait l'honneur d'une première visite. De Rome, où il venait d'être élevé par N. S. Père le Pape à la pourpre cardinalice, il se rendait à la grande capitale brésilienne, où l'attendait une réception vraiment triomphale; et sur sa route, entre ces deux exaltations sur le pinacle des grandeurs humaines, il n'avait pas craint de faire un détour relativement considérable pour venir demeurer tout un jour sous l'humble toit des Petits Frères de Marie, qui n'en perdront jamais la mémoire. Cette fois-ci — et ce fut notre grand regret — il ne put pas s'y arrêter si longtemps: il était pressé, et nous n'eûmes guère que le temps de l'entrevoir; mais il ne nous fut pas difficile de reconnaître en lui la même paternelle condescendance, la même estime et le même dévouement pour nos Frères et leurs œuvres. Introduit par le Révérend Frère Supérieur et les membres du Régime dans la grande salle du second noviciat où toute la communauté s'était rassemblée à la hâte, il écouta d'un air bienveillant un petit Chant de circonstance, nous parla avec une affectueuse estime du bien que font, dans sa ville archiépiscopale, les Frères du Collège São José et de l'école SAO Joaquim qui lui est annexée, donna avec effusion de cœur sa bénédiction aux grands novices, aux membres de la Communauté de la maison, aux scolastiques et aux juvénistes de Saint François Xavier; puis, pressé par le temps, il regagna son auto mobile et nous laissa pleins de reconnaissance pour sa paternelle attention, emportant en échange nos vœux de bonheur pour le long voyage qu'il était en train d'accomplir. Que la protection du Seigneur l'accompagne!

Quelques jours auparavant, une autre visite longtemps désirée était venue mettre la joie dans tous les cœurs. Il n'y a pas longtemps que le Bulletin a eu l'occasion de dire quelques mots de la naissance de notre Collège Saint François de Paule, à Saint-Louis du Maragnon, dans le Brésil du Nord, et de l'affectueux intérêt que lui porte le saint évêque du diocèse, S. G. Mgr Silva, qui en a été le fondateur. Cette affection, ce bienveillant intérêt qu'il a tant de fois traduits en actes, Sa Grandeur a tenu à venir nous les dire de vive voix et avec combien d'amabilité et de délicatesse! A l'entendre, ce serait lui qui nous doit de la reconnaissance, alors que nous lui en devons tant. Il venait aussi exprimer aux premiers Supérieurs son désir d'avoir d'autres Frères. Son immense diocèse a une étendue de 323.000 Km.2, plus de la moitié de celle de la France; il est peuplé de près d'un million d'âmes, chrétiennes dans leur très grande majorité ; pour suffire aux besoins spirituels de tout ce peuple, il n'a que 20 prêtres séculiers et un petit nombre de religieux, et l'enseignement de la religion est banni du programme des écoles officielles. Son zèle ne pouvant se consoler d'un si triste état de choses qu'il travaille de tout son pouvoir à améliorer, il voulait prier les Supérieurs de lui aider dans l'accomplissement d'une tâche si sainte, en lui donnant des Frères pour fonder quelques écoles chrétiennes notamment une école gratuite dans sa ville épiscopale et un collège dans l'importante ville de Caxias. Il va sans dire qu'il a trouvé tout le monde gagné à sa cause, en ce qui regarde la bonne volonté ; mais malheureusement les moyens ne correspondent qu'imparfaitement au désir. On lui a promis néanmoins qu'on ferait l'impossible pour lui donner satisfaction au plus tôt; et il est parti consolé, après avoir donné à toute la communauté une bénédiction que, nous l'espérons, le bon Dieu rendra féconde.

Enfin, le vendredi, 10 octobre, la maison avait le grand plaisir de recevoir dans ses murs Sa Grandeur Mgr Jeronymo Thomé da Silva, Archevêque de Bahia et Primat du Brésil, un des plus grands bienfaiteurs de notre œuvre dans cette immense contrée. En 1904, lorsque le Frère Visiteur du Brésil Nord, pressé par la nécessité de trouver un champ d'action aux Frères de la province d'Aubenas qui, pour mettre leur vocation à l'abri, avaient pris généreusement le chemin de l'exil, vint pour la première fois à Bahia, il trouva auprès de Monseigneur Thomé da Silva l'accueil le plus bienveillant; et cent fois depuis lors Sa Grandeur a donné à nos Frères de cette ville les preuves les plus obligeantes de son paternel intérêt. Aussi fut-ce avec un vrai bonheur que l'annonce de sa prochaine visite fut reçue à la maison mère, où son bon souvenir restera longtemps imprimé dans les esprits et dans les cœurs. Arrivé le vendredi soir vers les trois heures, il demeura parmi nous jusqu'au lendemain vers les neuf heures du matin. Dans la soirée du premier jour, après avoir assisté à une petite séance de réception où une adresse lui exprima en termes heureux les sentiments de la communauté, il visita, en compagnie du R. Frère Supérieur et des CC. FF. Flamien et Damien, qui ont conservé de leurs relations avec lui une impression si agréable, les diverses parties de la maison, et le samedi matin, à la sainte messe, qu'il voulut bien célébrer lui-même, tous les Frères et Juvénistes eurent le bonheur de communier de sa main.

Vers les 9 heures, il nous quitta en nous laissant une dernière et cordiale bénédiction. Que le Seigneur lui accorde un heureux voyage!

RETOUR

LEcole dArts et Métiers et le Collège St. J...

SUIVANT

Noces dargent du Frère Valentin, à Mouscron...