Inauguration du «Home Chapagnat » – France

31/Oct/2010

Le précédent numéro du Bulletin de l'Institut nous parlait de la création à Beaucamps du « Home Champagnat », destiné aux Frères âgés et infirmes de la Province.

Le 1ier mai dernier, le local était béni, consacré à Dieu et offert aux anciens, en présence de la Communauté et des représentants des maisons de la Province.

A 10 h. 45, au chant du Vidi aquam, Monsieur l'Abbé Blondel, Aumônier de la maison asperge d'eau bénite les nouvelles salles du « Home ». A l'entrée de la chapelle, sertie au centre de l'ensemble, l'Officiant s'arrête et prie. Quelques minutes plus tard commence la messe qui installera la sainte réserve.

Après l'Evangile le prêtre prononça une homélie de circonstance dont nous reproduisons les principaux passages.

« La fête de St. Joseph Artisan, choisie pour la bénédiction du " Home Champagnat ", offre l'occasion de quelques pensées réconfortantes. Celui qui, désormais habitera cette chapelle — sous le même toit que vous — à deux pas de vos chambres, mes chers Frères… n'est-Il pas le Fils du Charpentier que vous honorez comme le premier Patron de l'Institut? …Ce Fils, n'est-ce pas sa Mère — que l'Evangile appelle Marie et que le Bienheureux Marcellin Champagnat invoquait comme sa "RESSOURCE ORDINAIRE'"? …Que faut-il de plus pour combler de joie votre cœur de Maristes… pour illuminer votre vie dans cet autre Nazareth qu'est votre " Home Champagnat "?

« Avant de parler de réconfort pour vous, les Anciens, permettez-moi de me tourner vers vos Frères plus jeunes. Ils savent qu'ils vous doivent beaucoup et sauront vous comprendre, vous aimer et vous aider.

« Lorsque la maladie ou l'âge oblige à prendre conscience que les forces diminuent, rien ne fait plaisir comme de pouvoir raconter ses souvenirs: on vit autant du passé que du présent… C'est une joie de parler de toutes les activités d'autrefois…

« Savoir écouter est une forme de charité qui ne coûte rien et fait plaisir autant que les prévenances et les attentions délicates… offertes avec le sourire aimable d'un Frère… Le mot de cette vieille Sœur infirme que Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus avait prise en charge est à retenir: "Sœur Thérèse, disait-elle, me faisait — avant de me quitter — un si beau sourire, que mon âme en était toute ensoleillée ".

« Savoir écouter… Un malade, un vieillard sera d'autant plus en sympathie avec les jeunes, qu'il se sentira davantage écouté… D'ailleurs, en écoutant, on s'enrichit… Un vieillard, c'est toute une expérience — mais c'est de la vie beaucoup plus que des idées… En écoutant, en toute sympathie, attention et respect, on progresse beaucoup plus qu'en lisant des livres… en même temps qu'on laisse à l'intéressé la joie d'avoir servi la cause pour laquelle il a usé ses forces…

« Les aimer… un peu comme Jésus aimait le Bon Saint Joseph et Marie sa Mère… avec tendresse.

« Les aimer… avec respect… on dit que " l'homme a plus besoin de respect que de pain ". Comme c'est vrai!

« Et non seulement les aimer… mais " faire sentir " qu'on les aime selon la belle expression du P. Desbuquois, dans son beau livre sur la charité… Les aimer en les aidant moralement, en priant pour eux, en leur faisant comprendre qu'ils ont un rôle à jouer, une tâche à remplir, une activité… la plus belle peut-être, la plus efficace de leur vie… qui consiste à offrir et prier pour féconder l'œuvre magnifique de l'éducation chrétienne des enfants du XX° siècle…

« Que le Seigneur vous fasse comprendre ces choses.

« S'il est ici près de vous, avec vous, c'est pour être votre lumière et votre consolation. Quand vous sentirez le poids de votre solitude… venez à Lui, avec confiance. Il vous comprendra et vous dira :

" Mon cher Frère, vous avez consacré 40, 50, 60 ans et peut-être davantage encore de votre vie au service de mon Eglise et de Ma Mère… au service de cette jeunesse que j'aime tant…, ne vous troublez pas au souvenir de vos faiblesses, de vos erreurs… J'ai pardonné, oublié, réparé et suppléé… ce qui importe, c'est votre état d'âme actuel… Venez à Moi dans la simplicité de votre cœur. Venez à Moi souvent, longuement… avec Marie comme guide… et vous pourrez encore grandir en humilité et charité. Si la lecture vous fatigue, prenez votre chapelet… il vous portera… Soyez indulgents, bienveillants, compatissants avec tous et vous serez heureux… je l'ai promis et je tiendrai ma promesse ".

 

« Bienheureux les doux;

« Bienheureux les pauvres;

«Bienheureux ceux qui sont purs;

« Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux».

La messe terminée, un vibrant Magnificat chanta au Seigneur la reconnaissance qui remplissait tous les cœurs.

De là à la salle de séjour, il n'y avait qu'un pas à faire. Le C. F. Provincial invita toute l'assistance à y entrer. Lui aussi avait quelque chose à dire :

« Je n'ajouterai que quelques mots aux paroles d'édification adressées par Monsieur l'Aumônier. C'est pour vous dire combien nous sommes heureux, nous, toute la Province de Beaucamps, d'avoir pu réaliser un plan caressé de longue date et d'offrir en ce premier mai, fête de Saint Joseph, patron des travailleurs, à nos chers Anciens ce " Home " si frais et si coquet. Ils pourront y passer paisiblement et en famille, dans une activité toute surnaturelle, ces années que Dieu leur offre et attendre avec sérénité le passage du Divin Maître.

« C'est grâce à tous les Frères de la Province d'hier et d'aujourd'hui, que vous représentez, que notre infirmerie provinciale s'est bâtie en cette terre de Beaucamps, sertie dans cette Œuvre centenaire de la Comtesse de La Granville, auprès de cette jeunesse pour laquelle ils ont vécu…

« Nous sommes bien dans la ligne tracée par notre Bienheureux Père et c'est à dessein que cette construction a été placée sous son vocable.

« Nous connaissons la sollicitude du Bx. Père Fondateur pour les vieillards et les malades, " Il n'épargnait ni soins ni sacrifices, nous dit son premier biographe, pour leur procurer ce qui leur était nécessaire. A l'Hermitage il voulut adjoindre une infirmerie commode et spacieuse, avec pharmacie et un Frère fut spécialement formé pour remplir parfaitement cet emploi. Et à un Frère âgé et malade qui lui exprimait sa confusion pour tant de prévenances et de visites il répondait: 'Un malade n'est pas une charge pour une Communauté, mais bien un sujet de bénédiction. Vous êtes plus utile à l'Institut en supportant avec foi votre maladie qu'en faisant la classe ' ",

« Merci à tous ceux qui de près ou de loin ont conseillé, dirigé les travaux, qui ont aidé à l'installation de ce " Home " accueillant…

« Notre Magnificat de reconnaissance, enfin, va surtout à Dieu, à Notre-Dame et à notre Bienheureux Père qui nous ont assistés et secourus. Nous leur demandons bien fervemment que les heureux habitants de ce "Home " fient une entrée au paradis aussi douce que Saint Joseph que nous fêtons aujourd'hui, et belle comme celle de notre Frère Paul-Donat (décédé le 17 avril 1964), premier de liste de cette route " Home Champagnat – Paradis ".

« Qu'en attendant ils participent tous à " ce sourire de Dieu en nous " en procurant de la joie, de la vraie joie à tous leurs confrères ».

RETOUR

Maison générale - Rome...

SUIVANT

Proclamation de la nouvelle Province de Caxia...