La moisson Ă  Samoa

Br. Alphonsus

17/Feb/2010

On more than one occasion the Bulletin has given its readers an account of our Mission in Samoa, which, as all know, is a group of Islands in the Central South Pacific, about 2300 miles north east of Sydney ; but some account of my recent visit there, when accompanying the Rev. Bro. John, Assistant and Delegate, may be received with pleasure, especially as it concerns those missions which were so dear to our Ven. Founder, and to which lie desired to devote the most valuable portion of his life if the voice of obedience had inclined that way.

Savaii, Upolu and some islands of lesser importance form a German Colony, whilst Tutuila and Manua are under the sway of the Stars and Stripes.

As you are aware, our Society has two schools in Upolu, one at Apia, the capital, and the other at Moamoa, four miles from Apia. On Tutuila, at Leone, thirteen miles from Pago-pago, the capital and chief port of the American possessions, we have our third .school. These schools are doing excellent work for the children of the Group, who prefer them to the Government schools or to the schools of other denominations. Their one great drawback is that their staffs and accommodation are not large enough to meet the ever increasing demands made upon them. At Apia, for instance, it is not of uncommon occurrence for the Brothers, who have now a roll number of 380 pupils, to refuse admission to as many as fifteen in one week, as we witnessed during our recent visit. At Leone also the principal complaint of the Brothers is that the pupils are too numerous for to present building which is by no means small. In several other districts the people are praying for Brothers’ schools, preparing for them and convinced that they will get them. In the presence of such facts, and knowing by long experience how powerful our schools help in strengthening the faith of our Catholic children and in dissipating the false ideas, conceptions and prejudices of others in regard to it, how directly the divine appeal to pray for labourers for the vineyard strikes home ! Yes, we want many more labourers, devout, fervent, self-sacrificing labourers, who will come along ready to suffer all that may await them through love of Our Lord and to assist him in saving souls. At the present Lime, we have no longer to suffer as did the pioneer missionaries, but, if success is to attend our labours ; we must have their self-sacrificing spirit, and, like them, determine to put our hand to the plough without looking back.

His Lordship Dr Broyer, tells us that there is, at the present time, un vrai engouement for Brothers’ schools, and he hopes that we will soon be able to accept three more. When visiting Leone, we had to pass through Pago-Pago, and there we saw a large concrete structure, 80 feet by 30 feet, in the course of erection. The Reverend Parish Priest is the chief mason, carpenter and architect, and his zeal for Christian education makes it a pleasure for him to don a workman’s attire and give himself to this rude labour, under a tropical sun, with perfect grace and smiling good will. How glad we would have been if we could have given him the assurance that, as soon as the -school and residence would be complete, the staff would be forthcoming !

The Bishop desired us to visit also Safotu and Safotulafai, -on the island of Savaii, for which places he says Brothers have been promised. We acceded to His Lordship's desire. One morning, about five o'clock, after assisting at Holy Mass, making our usual thanksgiving and partaking of a light morning repast, we embarked on a motor launch, about thirty feet long, and we boldly faced the open sea which lay between Apia and Safotu. Our crew consisted of a half-caste captain and one -or two native sailors. The passenger list included His Lordship, the Bishop, his Samoan native orator, who has an astonishing facility of speech, the Rev. Brother Assistant and Companion and some catholic natives : quite enough for so frail a craft on the open sea. His Lordship had a canvas deck chair, which the natives arranged quite close to the how of the boat. From a box containing tins of benzine for the motor, they tore off a board which they split into halves, took long nails and, without further thought, nailed the cleats before and behind the legs of the deck chair to prevent the rolling of the boat causing it to slip, little heeding that the nails went right through the deck. This is a feature of native thought ; they are resourceful in an emergency, but will not bother about more remote contingencies, if that of the moment is provided for. His Lordship's position was not an enviable one. Being so now near the bow, naturally he had to bear the Brent of the fray, that is, the spray and water that occasionally leaped on deck. Again native resourcefulness was in evidence. A piece of canvas was successfully arranged as a breakwater, a box was placed under his 'Lordship's feet and then protected by an overcoat and an umbrella he was fairy secure against the inroads of the sea.

It would have appeared marvellous to one unaccustomed to the sea to notice how calm and unimpressionable the Bishop sat, come what would. Near him, squatting in native style, that is, in tailor fashion, was his Samoan orator, telling anecdote and story with an overflowing, never failing vocabulary and significant gestures, winning the attention and interest of all and keeping them in the best of good humour for seven solid hours without a break. We thus traversed Apolina strait, Balch separates Upolu from Savaii, without much difficulty and without monotony, at least, for all who could understand our orator, and our little motor kept on bravely with its continuous thud, thud, thud, heedless of the waves opposing it, a fit emblem of the resolution and courage that should animate a true missionary.

A little further on we now observed a black bare strip coursing down from one of the mountain peaks, clown, down, right to the shore in a zigzag way and along the border of the sea. This was the region devasted by the great volcanic eruption which took place about seven years ago. It destroyed several villages and buried one of the Catholic Mission stations. At present all trace of activity has disappeared but the ruined tract is there to attest its violence.

We reached Safotu at about 3 p. m. The narrow pass through the coral reef was not deep enough for our motor, but when the natives ashore espied the Bishops flag which fluttered from our masthead, they manned their long pulling boat, which was about forty feet long and propelled, when fully equipped by twenty-four rowers, and out they came through the passage and over the breakers, keeping Lime with their oars to the lilt of the songs they were singing. We were quickly transferred to their boat which, though longer than the motor, was of much lighter draught, and away we went with accompanying song and swelling waves, through the narrow pass, which our crew negotiated with great skill, into the calm water within the reef ; thence on through the coral patches of varying colour, amongst which we could discern the brightest coloured little fishes, darting and hiding, sporting and playing like fairy beings of another world.

On landing, we were struck by the great number of children in scanty attire, playing on the beach with all the zest and sprightliness of little people who have never known want Or sorrow. Hungry as we were, for we had taken no food since heaving Apia, we were obliged, by reason of etiquette to be satisfied with an entrée consisting of numerous long orations of welcome delivered by the native chiefs and suitable replies by his Lordship and his orator, before doing justice to the more substantial courses prepared for us by the zealous Pastor of the place. It would be wrong, however, to conclude that the speeches of welcome were all wind. The Samoan people are renowned for their hospitality, and though they are said to like a quid pro quo, their welcome is never confined to words. On this occasion various presentations were made to the visitors, such as roast sucking pigs, fowls, eggs, etc.

After a refreshing night's rest in a house of Samoan construction, for the existing presbytery is a ruin, and the new one is only just begun ; we examined the place in which the future school is to built Safotu is a populous district and the people are so anxious to get Brothers that the success of such a work cannot he doubted. In the morning hours we were convened to another meeting of the chiefs in which the subject uppermost in their minds — a Brothers’ school — was discussed ; wishes expressed and encouragement given, and then, at about 11 o’clock we embarked again era route pour Safotulafai.

This time we encountered a rougher sea and some blinding tropical showers which drenched most of those on board, but at about 3 p. m. we approached our destination safely and could sec the school completed and the Brothers’ residence well advanced. It is a truly picturesque spot, as are numberless other places in Samoa, surrounded by the graceful cocoanut palm trees, bread fruit trees and the brightest and most varied vegetation. In front lies the Apolima Strait on the opposite side of which Upolu is visible, and behind there is a background rising now gradually, now rapidly up to the distinctly volcanic cones in the centre of the island. To whatever point of the compass one's eyes are turned, the prospect is ever pleasing.

It was low tide at the time of our arrival and as our boat could not quite reach the shore we had to submit to the common but always amusing process of getting astride the shoulders of a native and being carried ashore, this time without misadventure however. We are warmly welcomed by the Reverend Parish Priest, his native Curate, the Priest of a neighbouring Parish, the two Sisters forming the Community there, one of them a native, and the Catholic people and children of the neighbourhood. Here again there vas a renewal of speeches of welcome, of offerings and of pleading for Brothers for the school they had just completed at great cost and much labour. Indeed they could give us no more convincing proof of their earnestness than the school and residence just Built and waiting for us. Our hearts were won to the cause, but because of the dearth of labourers we could speak but vaguely and indefinitely.

After the fatigues and impressions of the day we welcomed the hour for retiring, rose early for all the usual devotions, had a substantial breakfast and then set out once more for Apia which we reached at about three o'clock that same afternoon without any serious misadventure, but looking rosier than usual after our exposure for so many hours to the salt spray and the rays of a tropical sun.

Here then is an important field ready for us, one congenial to the spirit of our state, one calling for abnegation and self sacrifice, dear to our Ven. Founder, to our Immaculate Mother and to the Sacred Heart. Let us all unite in the prayer that our members may be preserved, increased and sanctified and that the good people who are asking for us may not been kept too long waiting.

(Br. Alphonsus, Prov.)

__________________________

 

Déjà en plus d'une rencontre, le Bulletin a entretenu ses lecteurs de notre mission de Samoa, dont le théâtre, comme chacun sait, est un groupe (Viles de l'Océanie centrale, située a 3.600 km. ou environ au N. E. de Sydney. J'aime à croire néanmoins qu'ils ne liront pas sans plaisir quelques détails sur la visite que je viens d'y faire en compagnie du C. F. John, Assistant et Délégué du Révérend Frère, étant donné surtout qu'il s'agit de ces missions que notre Vénérable Fondateur aimait tant, et auxquelles il aurait désiré de consacrer la meilleure part de sa vie, si la voix de l'obéissance eût secondé son attrait. Savaii, Upolu et quelques autres îles de moindre importance forment une colonie allemande, tandis que Tutuila et Manoa sont sous la souveraineté des Etats-Unis.

On n'aura pas oublié que notre Congrégation a deux écoles à Upolu : une à Apia, la capitale, et l'autre à Moamoa, à une distance d'environ cinq kilomètres de la première. A Tutuila, nous en avons une troisième à Leone, située à une vingtaine de kilomètres de Pangapango, capitale et principal port de la colonie américaine. Ces écoles font une œuvre excellente parmi la jeunesse de l'archipel, qui les préfère à celle du Gouvernement et à toute autre. Le grand ennui, est que leur local est trop étroit et leur personnel enseignant trop réduit pour pouvoir faire accueil aux demandes d'admission chaque jour plus nombreuses qui leur arrivent. A Apia, notamment, où les Frères ont aujourd'hui 380 élèves inscrits, il n'est pas rare qu'ils aient à refuser jusqu'à quinze demandes d'admission dans une seule semaine, comme nous en avons été témoins durant notre dernière visite. Egalement à Leone, la grande plainte des Frères, est que le nombre de leurs élèves est trop considérable, eu égard a la capacité du local actuel, qui n'est pourtant pas petite.

Dans plusieurs autres districts, on demande des Frères et on est en train de leur préparer des écoles, clans la conviction de les obtenir. En présence de tous ces faits, et sachant par une longue expérience de quel puissant secours sont nos écoles pour fortifier la foi de nos enfants catholiques, comme aussi pour dissiper les préjugés, les imaginations et les fausses idées des autres relativement à notre sainte religion, combien nous touche directement le divin appel du Seigneur demandant des ouvriers pour sa vigne ! Oui, nous avons grand besoin d'ouvriers nombreux, fervents, dévoués ; d'ouvriers animés de l'esprit de sacrifice, qui nous viennent disposés à souffrir tout ce qui peut leur arriver pour l'amour de Notre-Seigneur et pour l'aider à gagner des âmes.

Présentement, nous n'avons plus à souffrir autant que nos premiers missionnaires ; mais, si nous voulons que nos labeurs soient couronnés de succès, il faut que nous ayons leur dévouement, leur esprit de sacrifice et que nous soyons résolus comme eux à mettre la main à la charrue, sans regarder en arrière.

Sa Grandeur Monseigneur Broyer nous dit que présentement il y a un véritable engouement pour les écoles de Frères, et qu'il espère que nous pourrons bientôt en accepter trois nouvelles. Dans notre visite à Leone, nous eûmes à passer par Pangapango et nous vîmes là une grande bâtisse de 80 pieds de long sur 30 de large en cours de construction. C'est le R. Père Curé qui est à la fois maitre maçon, charpentier et architecte, et son zèle pour l'éducation chrétienne des enfants lui fait trouver du plaisir à prendre un habit d'ouvrier, à se livrer à ce rude ouvrage, sous l'ardent soleil tropical, et cela de la meilleure grâce du monde, avec une humeur toujours souriante.

Combien il nous eût été agréable de pouvoir lui donner l'assurance que les Frères seraient prêts à venir dès que l'école et la résidence seraient achevées !

Monseigneur souhaitait que nous fissions une visite à Safotu et à Safotulafaï, dans l'île de Savaii, deux postes, nous dit-il, pour lesquels des Frères avaient été promis. Nous accédâmes à ce désir. Un matin vers .les cinq heures, après avoir assisté à la sainte messe et fait notre action de grâce comme de coutume, nous prîmes un léger déjeuner, nous nous embarquâmes sur un canot automobile d'environ trente pieds de long, et nous affrontâmes hardiment le bras de mer qui s'étend entre Apia et Safotu.

Notre équipage se composait d'un capitaine mulâtre et de deux matelots indigènes ; quant à la liste des passagers, elle comprenait, Monseigneur l'Évêque, son orateur samoan, qui avait une surprenante facilité de parole, le Frère Assistant et son socius, et quelques catholiques indigènes : largement assez pour une si frêle embarcation, surtout. en pleine mer. Sa Grandeur avait un canvas, chaise de pont, que les naturels disposèrent tout près de l'avant du bateau. D'une caisse contenant des bidons de benzine pour le moteur, ils arrachèrent une planche qu'ils fendirent en deux moitiés ; prirent de longs clous, et sans réfléchir davantage, ils clouèrent les deux liteaux en avant et en arrière des pieds de la chaise pour empêcher que le roulis du bateau pût la faire glisser, peu soucieux d'ailleurs du dégât que les clous faisaient au plancher. C'est là un trait caractéristique de l'intelligence des naturels : ils sont féconds en ressources pour se tirer d'une difficulté qui se présente, mais ils ne s'inquiètent nullement des conséquences futures de leurs actes pourvu qu'ils puissent satisfaire à la nécessité du moment. Cependant la position de Monseigneur n'était pas, à beaucoup près, des plus enviables. Se trouvant si près de l'avant du bateau, il était en première place pour recevoir les flots d'écume et les vagues d'eau qui de temps en temps jaillissaient sur le ; pont ; c'est alors que les naturels donnèrent une autre preuve de leur esprit inventif : après avoir fait d'un lambeau de toile ingénieusement disposé une sorte de brise-lame, ils placèrent une caisse sous les pieds de Sa Grandeur qui, moyennant le pardessus qui le protégeait et le parapluie ouvert sur sa tête, se trouva bellement à l'abri de l'irruption des eaux.

Quelqu'un qui n'eût pas été accoutumé à la mer aurait eu peine à comprendre le calme imperturbable et la sérénité d'âme que le bon évêque ne cessa de garder, quoi qu'il arrivât. Tout près, de lui se tenait assis à la mode indigène, c'est-à-dire à la façon des tailleurs, son orateur samoan, racontant des anecdotes et des histoires avec une verve si intarissable, un vocabulaire si richement fourni et des gestes si expressifs que, pendant sept longues heures, il captiva l'attention et soutint l'intérêt sans le laisser faiblir un instant.

De la sorte, nous traversâmes le détroit d'Apolima, qui sépare Upolu de Savaii, sans grande difficulté et sans ennui, du moins pour ceux qui pouvaient comprendre notre orateur. De son côté, notre moteur faisait bravement son service, poursuivant avec constance, son régulier teuf-teuf sans souci de la résistance des flots contraires : digne emblème de la résolution et du courage que doit avoir au cœur un véritable missionnaire.

Bientôt après, notre attention était attirée pour une bande de terrain noirâtre et dénudé qui d'un des sommets de la montagne descendait en zigzag vers le rivage et s'étendait sur le bord de la mer. C'était la région .dévastée par la grande éruption volcanique qui eut lieu il y a sept ans. Elle détruisit plusieurs villages et ensevelit une des stations de la mission catholique. Toute trace d'activité a présentement disparu, mais les ruines dont elle a couvert le district témoignent encore de sa violence.

Nous arrivâmes à Safotu vers trois heures après midi. L'étroite passe qui coupe le banc de corail n'était pas assez profonde pour livrer passage à notre bateau ; mais dès que les naturels aperçurent du rivage la bannière épiscopale, qui flottait à notre grand mat, ils montèrent, an nombre de 24, sur leur longue pirogue, qui mesure environ quarante pieds, et vinrent à nous à travers la passe et par dessus les écueils, en rythmant avec leurs rames la cadence d'un air qu'ils chantaient. Nous fûmes aussitôt transbordés sur leur embarcation, qui, malgré sa longueur supérieure à celle de notre bateau, avait un tirant d'eau beaucoup moindre ; et, toujours au rythme d'une chanson et du bercement des vagues, nous prîmes le chemin du rivage à travers la passe, que notre équipage franchit avec une remarquable dextérité.

Dès lors, sur les eaux calmes situées en dedans de la ceinture de récifs, nous Ornes contempler à notre aise, parmi la mosaïque de coraux multicolores, les gracieux ébats des petits poissons peints de couleurs brillantes qui allaient, venaient, se cachaient, jouaient, en faisant songer à quelque vision féerique d'un autre monde.

En débarquant, nous fûmes frappés du grand nombre d'enfants en costume sommaire, qui s'amusaient sur le rivage avec toute l'ardeur et le plaisir d'une jeunesse qui n'a jamais connu le besoin ni le souci.

Malgré notre rude appétit, car nous n'avions rien pris depuis Apia, il fallut, pour raison d'étiquette, nous contenter d'une entrée composée de nombreux et longs discours de bienvenue prononcés par les chefs indigènes et des réponses assorties de Monseigneur et de sou orateur samoan, avant de pouvoir faire honneur au repas plus substantiel que nous avait préparé le zélé Pasteur de l'endroit.

Nous aurions eu tort, cependant, de conclure de là qu'il n'y avait que du bruit dans les discours de bienvenue que nous venions d'entendre. L'hospitalité des Samoans est renommée, et, quoique on dise qu'ils aiment à donner le change, leur bienvenue ne se borne jamais à de vains mots. Dans l'occasion qui nous occupe, divers présents, tels que cochons de lait rôtis, volailles, neufs, etc., furent offerts aux visiteurs.

Après une nuit de bienfaisant repos dans une maison samoane, — car le presbytère actuel n'est qu'une ruine et le nouveau est à peine commencé, — nous examinâmes l'emplacement où doit être bâtie la future école. Safotu est un district populeux, et les gens sont si désireux d'avoir des Frères que le succès de cette œuvre ne peut être douteux.

Dans la matinée, nous fûmes invités à une autre assemblée des chefs, où le sujet de leur grande préoccupation — une école des Frères — fut discuté, des désirs exprimés, des encouragements donnés ; et, vers 11 heures, nous nous rembarquions à destination de Safotulafaï.

Cette fois, nous trouvâmes une mer plus houleuse et nous eûmes à essuyer plusieurs de ces aveuglantes averses tropicales, dont la plupart d'entre nous furent trempés : mais vers trois heures de l'après-midi nous approchions déjà de notre destination sans avoir subi d'accident, et nous pûmes voir la maison d'école entièrement terminée, et la résidence des Frères très avancée.

C'est un endroit vraiment pittoresque, comme il y en a tant d'autres à Samoa, entouré de gracieuses plantations de cocotiers, d'arbres à pain, et d'une végétation aussi luxuriante que variée. Par devant, s'étend le détroit d'Apolima, sur le bord opposé duquel profilent vaguement les rivages d'Upolu, et en arrière, le sol se relève graduellement, par une série de pentes tantôt raides et tantôt douces, jusqu'au pied des cônes visiblement volcaniques de l'intérieur de l'île. De quelque côté que se tournent les yeux, ils se trouvent partout en face de charmantes perspectives.

C'était la marée basse, à l'heure de notre arrivée, et, comme notre bateau ne put pas atteindre entièrement la côte, nous dûmes faire usage du procédé, vulgaire s'il en fut, mais toujours amusant, de nous mettre à califourchon sur les épaules d'un indigène pour être portés à terre. Heureusement, pour cette fois, l'opération ne donna lieu à aucun fâcheux accident.

Le Prêtre de la paroisse, son vicaire indigène, le prêtre de la paroisse voisine, les deux Sœurs de la communauté, dont une est indigène, la population catholique et les enfants de l'endroit et du voisinage nous firent un chaleureux accueil. Ici encore, ce fut la réédition .des discours de bienvenue, de l'offrande de présents, et des plaidoyers en vue d'obtenir des Frères pour l'école qu'on venait d'achever au prix de tant d'argent et de sueurs.

Et de fait, pouvaient-ils nous donner une preuve plus convaincante de l'ardeur de leur désir que de nous montrer l'école et la résidence on ils venaient de mettre la dernière main et qui nous attendait ? Nos cœurs assurément n'étaient pas en cause, mais, étant donné la pénurie d'ouvriers, nous ne pûmes leur faire qu'une promesse vague et dilatoire.

Après les fatigues et les émotions de ce jour, nous vîmes arriver avec plaisir le moment de nous retirer. Levés de bonne heure, le lendemain, pour avoir le temps de faire nos dévotions ordinaires, nous prenons un substantiel déjeuné, et nous voilà de nouveau en route pour Apia, on nous arrivons vers les trois heures du soir sans avoir éprouvé aucun contretemps sérieux, mais plus rouges que de coutume, à cause de nos longues heures de stage sous l'action de l'écume salée et des rayons du soleil tropical.

Il y a donc ici un champ important tout préparé pour nous ; un champ parfaitement en rapport avec l'esprit de notre état ; un champ qui demande, à la vérité, du dévouement et de l'esprit de sacrifice, mais particulièrement cher à notre Vénérable Fondateur, à notre Immaculée Mère et au divin Cœur de Jésus.

Unissons tous nos prières pour que les membres de notre Institut bien-aimé persévèrent, se multiplient et se sanctifient, et pour que les bonnes gens qui nous demandent avec tant d'instance ne voient pas différer trop longtemps la réalisation de leurs vœux.

RETOUR

Nos défunts...

SUIVANT

Le Congrès de Malte...