Le deuxième centenaire de la canonisation de Saint Louis de Gonzague

30/Sep/2010

Dans1 peu de jours, le 31 de ce mois de décembre, il y aura juste deux siècles que fut inscrit par S. S. le Pape Benoît XIII au catalogue des saints le Bienheureux Louis de Gonzague, qu'on peut bien regarder comme le plus sympathique jeune homme de l'époque moderne. Et, non sans raison, il a paru à tous ceux qui, à un degré ou un titre quelconque, ont le devoir de diriger et de cultiver les âmes de jeunes gens que c'était là une excellente occasion de le leur proposer de nouveau comme le type le plus accompli des vertus de leur âge.

A une jeunesse généreuse qui a soif de pureté, de dévouement, qui aspire à monter vers les cimes, à répandre l'amour, à faire œuvre d'éternité, saurait-on offrir, en effet, — comme le remarque le R. Frère Supérieur dans sa récente Circulaire — un plus séduisant modèle que le lis de Mantoue, l'ange en chair mortelle, qui non content de s'interdire, au milieu d'un entourage luxueux, toutes les jouissances du monde, sacrifie sa jeunesse et sa vie au service des pestiférés ?

C'est ce qui explique le pieux enthousiasme avec lequel les jeunes chrétiens de tous les pays ont correspondu à l'appel des comités de divers ordres qui les sollicitaient dans ce sens, et la magnificence des fêtes qui, ce 31 décembre, vont se dérouler à Rome et dans un peu toutes les parties de l'univers, en attendant celles qui leur feront écho, s'il plaît à Dieu, le 21 juin prochain.

Cette heureuse pensée de profiter du deuxième centenaire de la canonisation de saint Louis de Gonzague pour tâcher d'enrôler toute la jeunesse catholique de l'univers, dans une sainte croisade qui aurait pour fin de réaliser, dans tous et chacun de ses membres, le magnifique idéal qu'il a personnifié remonte à un peu plus d'un an.

Vers la fin de 1925, fut organisé dans ce but. à Rome, sous la présidence de S. E. le Cardinal Pompilli, Vicaire de Sa Sainteté, un Comité Central chargé d'en promouvoir l'idée, d'en élaborer le programme ; et bientôt, sous l'impulsion de ce Comité central, se formèrent, dans toute l'étendue de la Catholicité, des comités diocésains, qui, à leur tour, se donnèrent la même mission auprès des organisations de jeunes gens situés dans leur rayon d'action. C'est ainsi que le réseau de saintes invitations, s'étendant et se resserrant de proche en proche, finit par atteindre les millions de jeunes gens répandus dans l'univers entier.

En résumé, le programme qu'il fut résolu d'assigner à la croisade aloysienne, comme on l'appela, fut celui-ci : rendre et la jeunesse de notre époque — par la prière, l'action et l'exemple — la Terre Sainte de l'idéal catholique : la foi, la pureté, la force de caractère, l'amour du prochain et l'esprit d'apostolat, avec souscription par tous les "croisés" d'un formulaire où serait affirmée leur résolution de travailler de leur mieux à la réalisation de cet idéal.

Pour solenniser la date bicentenaire du 31 décembre 1926. on fixa en outre, après avoir obtenu les assentiments nécessaires, un certain nombre de pieuses manifestations telles qu'une communion générale de tous les croisés n du monde entier ; le transfert à Rome, pour quelques jours, de la tête du Saint conservée en temps ordinaire à Castiglione ; un pèlerinage à Rome de représentants du plus grand nombre possible de groupes de "croisés" ; célébration par le Saint Père, en présence de l'insigne relique, d'une messe pontificale, à la quelle assisteraient tous ces jeunes pèlerins et à la suite de laquelle seraient présentés à Sa Sainteté, avant d'être déposés près des reliques de St. Louis, les album contenant les noms de tous les ''croisés'' qui les avaient délégués.

Toutes ces dispositions du Comité central, transmises par les Comités et Sous-Comités diocésains aux groupements de jeunes catholiques, y trouvèrent en général une adhésion empressée ; et c'est déjà par centaines de mille que se comptent les noms inscrits dans les albums qui vont être présentés.

Mais, soit à cause de la distance ou des retards involontaires survenus dans la transmission aux intéressés de l'invitation qui leur était faite par le Comité central de participer à la pieuse croisade aloysienne, ces albums ne contiennent encore qu'une faible partie des noms qui devraient y figurer. Un très grand nombre d'adhésions désirées sont encore à recueillir, notamment parmi les 120.000 enfants de nos écoles, dont les plus rapprochés ont seuls pu trouver place dans les volumes présentés.

Pourtant, s'il est un milieu où cette pure et généreuse milice qui s'est donné la mission de faire refleurir dans la jeunesse chrétienne de notre temps le sympathique idéal si éloquemment prêché de parole et d'exemple par l'angélique disciple de St. Ignace doive trouver de nombreux adhérents, n'est-ce pas parmi les milliers d'enfants et jeunes gens de nos classes dont il est le glorieux patron ?… Ne manquons donc pas l'occasion de les y faire enrôler.

Et que faire pour cela ? Simplement les inviter — après les y avoir préparés par une ou plusieurs bonnes instructions où l'on tâchera de leur en montrer l'opportunité et les avantages — à souscrire de bonne foi la formule suivante placée en tête d'une feuille destinée à recevoir les noms des adhérents :

" Nous, jeunes gens, associés à la jeunesse catholique du monde entier, tous présents par la pensée à Rome et prosternés devant le tombeau de Saint Louis de Gonzague, déclarons qu'avec la grâce de Dieu nous sommes disposés à suivre joyeusement son exemple et à poursuivre vaillamment l'idéal qui a fait de notre patron l'honneur et le modèle de la jeunesse de toutes les époques et de tous les pays. En particulier, nous nous déclarons fermement résolus :

1) à sauvegarder en nous la foi catholique malgré les négations d'un monde incrédule et moqueur ;

2) à rester toujours fidèles à la Sainte Eglise, Epouse du Christ, et â fa défendre comme une tendre Mère contre ses agresseurs ;

3) à développer en nous la pleine valeur de notre catholicisme, et, dans ce but, à nous instruire de plus en plus de notre sainte religion afin d'en imprégner toute notre vie intellectuelle et morale, privée et sociale ;

4) à entretenir en nous, malgré les attraits et les séductions du monde, le culte de la pureté, surtout par la fréquentation de la Sainte Communion et par une filiale dévotion envers la Sainte Vierge ;

5) à conquérir cette fermeté de caractère qui distingue le vrai catholique, homme de principes et de convictions, de foi robuste et inébranlable, et cuirassé contre le respect humain ;

6) à rester toujours soumis à nos parents, reconnaissants envers nos bienfaiteurs, loyaux envers nos amis, chevaleresques à l'égard des faibles et compatissants pour tous les malheureux.

Nous demandons à Marie, notre Mère du ciel, et à saint Louis, notre patron, de nous obtenir du divin Cœur de Jésus la grâce de rester fidèles à ces engagements solennels, et de pouvoir coopérer dans la mesure de nos forces à établir sur la terre la paix du Christ dans le Règne du Christ.

N. B. — Par les soins du C. Frère Provincial, il sera envoyé à chacune de nos maisons une feuille portant cette formule et capable de recevoir une centaine de noms. Il suffira, après l'avoir fait garnir de la renvoyer au C. F. Provincial qui l'enverra, jointe à celles des autres maisons de la province, à notre- C. F. Procureur Général, à Rome. Là, ces feuilles, après avoir été, reliées en albums portant le nom de l'lnstitut, seront présentées au Saint Père, le 21 juin prochain, et déposées ensuite près du tombeau du Saint.

_________________

1 Article à lire avec une spéciale attention.

RETOUR

Sec. Noviciat...

SUIVANT

FĂŞtes Jubilaires Ă  Anzuola...