Le Juvénat Saint-Patrick à Bailieboro

14/Sep/2010

The need of a Training Centre for our Brothers in Ireland has for many years, been the subject of discussion, experiment and investigation; for the Superiors always recognised its necessity. The difficulty of finding a suitable place and many other obstacles prevented anything definite being done except in Sligo where juniors were received and trained for a few years but the want of sufficient housing accommodation, the limited area for outdoor recreation and the absence of gardening facilities led to the abandonment of the scheme and Dumfries held sway as the Centre of Juniorate, Novitiate and Scholasticate without a cornpeer. Divine Providence evidently had other designs for the future progress of the Marist Brothers in their important work of Education and prepared a place admirably designed and in every way suitable for the purpose.

The spot selected is Bailieboro Castle situated within a mile of the town of the same name in the County Cavan about 58 miles N. W. of Dublin. The nearest railway station is Kingscourt reached from Dublin by the Meath railway, thence by postcards to Bailieboro Town. À pleasant walk along the Cavan Road brings the traveller to the lodge gate which opens on to a spacious well wooded avenue half a mile long up to the Castle. The main building stands upon a gentle eminence overlooking the Castle lough surrounded by majestic trees and beautiful lawns in the midst of romantic scenery. The grounds attached to the property, including the avenue, contain 101 ac. 1 Rd. 10 po comprising wood, meadow and upland„ ail combining to make an ideal Centre for the training of the future members of the Institute. The place has a little hit of authentic history which will, no doubt, interest the readers of the Bulletin, even in the brief form I give it here.

Students of Irish History know that Cavan was formerly named East Breffni, which was under the ancient sept of the O'Reillys. This Clan successfully maintained their independence until the reign of Elizabeth when they were forced to surrender to Sir Nicholas Malby all the Barony of Clankee except Enniskeen. They had two important Castles namely, Muff within two miles of Kingscourt and Lisgar about a mile from Kilcolkie now Bailieboro. In 1610 James I granted the lands of Klankee to William Bailie, a Scottish "Undertaker’’ whose name was given to the local Town. In 1619 Capt. Pynner issued the following report on Bailie's holding : — " Upon this property there is a Bawne of lime and stone 90 ft. square, with two flankers, and in one of the flankers there is a Castle in building which is above the first storie and the length of it is twenty feet the breadth twenty-two feet being vaulted ; there is another house at one of the corners twenty feet square, also vaulted being but one stories high. In this himself with his wife and family are now dwelling. I find planted and estated upon this land of British birth and descent, ten families, consisting of 28 armed men: also good tillage’’. The Castle was fortified and highly approved by the Commission. Bailie was a faithful adherent of Charles I during the Civil War and when Cromwell invaded Ireland the Estate was transferred to Colonel Hamilton a Roundhead, in recognition of his services in the siege of Shane O' Reilly's Castle at Muff. Hamilton, like his Master Cromwell, was a tyrant and many cruel deeds are recorded of him during his occupancy of the Estate until it eventually passed out of the family in the 18th Century to a man named Stuart.

This Stuart was a Member of the Irish House of Commons and an opponent of Catholic rights. In February 1795 Grattan brought in his Bill for Catholic Emancipation, hut George III told Pitt he would never consent to such a measure. Pitt consequently decided to sacrifice his policy rather than his office, and Fitz William, the popular Viceroy, was recalled. The Bill was rejected and Stuart's vote was with the majority. He died shortly afterwards leaving the Estate to his nephew. In 1813 it was purchased by Sir William Young, an officer in the East Indian Service, who died in 1847 and was succeeded by his son Sir John Young. Sir John belonged to the old School of Liberals and as such represented County Cavan in Parliament for over 20 years. He became Chief Secretary of Ireland and later Governor of South Australia when he was raised to the peerage with the title Lord Lisgar. It is said that Adelaide, the Capital of South Australia IS named after Lady Lisgar. In 1875 Lord Lisgar rebuilt the Castle and made it what it is to day : a substantial building, not without architectural beauty, containing 23 spacious rooms, 3 kitchens, sculleries, pantries, cellars and all modern conveniences. The portico has a commanding view of the woods and dales, lake and river of the surrounding country. A local rhymester describes it thus :

 

Did the artist but stand by that portal so grand

His eye would take in a picture complete,

The fair tree-clad hills with meandering rills

Rippling on, the young infant Blackwater to meet.

 

As you lingering stand on the bright silver strand

The beech-covered lawns stretching down to your feet

See the beautiful Hand that all Things do command

Make it once and forever a royal retreat.

 

Climb up the height where the rebels showed fight

In the dark stormy days of our internal war.

Then with pride you'll review the magnificent view

That surrounds the majestic deep woods of Lisgar”.

 

The last verse refers to 1798 and Rebel Hill, then part of the estate, where the Insurgents assembled to discuss their plans and cut handles for their pikes in the surrounding woods.

Once more, in 1900, the Estate changed hands having been sold in Dublin in presence of Mr. Justice Ross, the purchaser being Sir Henry Cochrane of the well-known firm Cantrell Cochrane. In 1906 it passed to his nephew Mr : W. L. B. Cochrane, Solicitor, from whom it was bought in Dublin on Wednesday 24th. February 1915.

The acquisition of this property by the Institute gave intense satisfaction to the people of the surrounding country ; for they Mt and many expressed the fact that we, the Catholics of Ireland, are gradually coming into our own. It's a long cry from the days of the O'Reillys, when Faith and Freedom were ruthlessly trampled upon by the cruel Invader to the Religions and Political liberty we now enjoy. To mark their appreciation die Farmers came in scores to plough the land and sow the corn thus giving the Brothers a good start in their new undertaking.

His Lordship, the Most Rev. Dr. Finegan, Bishop of Kilmore graciously approved of the Brothers having their Juniorate in his Diocese and cordially blessed the Work, and the local Parish Priest, the Very Revd. Patrick Fitzsimmons gave dl the assistance possible. He blessed the House on St. Patrick's Day when it was formally occupied by the Revd. Brother 3enediet, Provincial, and Bro. Clare : Not inappropriately the future service of tins historic spot has been dedicated to and placed under the special patronage of Ireland's glorious Apostle, it, Patrick May he bless it !

 

TRADUCTION.

Le Juvénat Saint-Patrick à Bailieboro (Irlande). — La création en Irlande d'une maison de formation pour nos Frères était depuis longtemps l'objet des préoccupations des Supérieurs, qui en voyaient la nécessité ; mais la difficulté de trouver un emplacement convenable et plusieurs autres obstacles difficiles à surmonter firent qu'on dut passer par beaucoup de tâtonnements avant d'arriver à une solution définitive.

Il y a une quinzaine d'années, un essai de juvénat fut tenté Sligo, sur la baie de même nom, au N.O. de l’île ; mais l'exiguïté du local et des cours de récréation, jointe à l'absence de jardin, forcèrent bientôt à l'abandonner, et Dumfries (Ecosse) demeura le centre unique du juvénat, du noviciat et du scolasticat de la province des Iles Britanniques. La Providence avait d'autres vues pour favoriser les progrès de la belle œuvre éducative des Petits Frères de Marie de langue anglaise : elle leur préparait une situation éminemment propre sous tous les rapports à cette noble fin.

Cette situation, qu'on dirait vraiment faite exprès, est le château de Bailieboro, situé à un mille environ de la ville de ce nom, dans le comté de Cavan, à 93 Km. de Dublin, dans la direction du N.O. Cette distance est franchie en chemin de fer, sauf une douzaine de kilomètres qui se font en voiture, à. partir de Kingscourt, qui est la station la plus rapprochée.

De Bailieboro, une agréable promenade de dix minutes, le long de la Cavan Road, mène le voyageur devant le portail du château, qui s'ouvre sur une belle avenue bien ombragée aboutissant au bâtiment principal.

Celui-ci est bâti sur une éminence aux pentes douces, d'on l'on a vue sur un gracieux lac entouré de grands arbres, de fraîches pelouses et de sites pittoresques.

En y comprenant l'avenue, les terrains dépendants couvrent une étendue de plus de quarante hectares, composée de bois, de prairies et de champs cultivés, qui forment un ensemble à souhait de conditions favorables à la formation des futurs membres de l'Institut.

L'immeuble a sa petite histoire bien authentique qui, même dans les étroites limites où nous devons la renfermer, ne sera sans doute pas sans intérêt pour les lecteurs du Bulletin.

Ceux qui sont tant soit peu familiers avec l'histoire d'Irlande n'ignorent pas que le comté de Cavan s'appelait autrefois Breffni Oriental, sous la domination de l'antique tribu ou clan des O'Reillys. Ce clan réussit à maintenir son indépendance jusqu'au règne d'Elisabeth, époque où il dut abandonner à Sr Nicolas Malby toute la baronnie de Klankee, à l'exception de Enniskee. Au nombre de ses châteaux les plus importants étaient celui de Muff, à trois milles de Kingscourt, et celui de Lisgar, à un mille de Kilcolkie, aujourd'hui Bailieboro.

En 1610, Jacques Iier, donna les terres de Klankee à un colonisateur écossais, William Bailie, dont le nom est reste à Kilcolkie, le chef-lieu de la région. En 1619, le capitaine Pynner, dans un rapport, s'exprime dans les termes suivants au sujet des domaines de Bailie : Dans cette propriété, se trouve un château-fort de 90 pieds carrés, en pierre et en chaux, flanqué de deux tours, dans l'une desquelles, au dessus du 1ier  étage, on est en train de construire une résidence voutée de 20 pieds de long sur 22 de large. A l'un des coins, il y a une autre maison d'un seul étage, également voûtée, de 20 pieds carrés. C'est dans cette dernière qu'il demeure actuellement avec sa famille. J'y ai trouvé établies dix familles britanniques de naissance et d'origine, donnant un contingent de 28 hommes armés. Le domaine est dans de bonnes conditions de culture.

Baille fut un fidèle partisan de Charles Iier pendant la guerre civile ; et, lorsque Cromwell envahit l'Irlande, le domaine fut transféré au colonel Hamilton du parti des Tètes Rondes, en reconnaissance de ses services durant le Siège du Château de Jacques O’Reillys, à Muff.

Comme son maître Cromwell, Hamilton fut un tyran et on raconte de lui de nombreux traits de cruauté pendant le temps qu'il occupa le domaine, dont sa famille fut dessaisie au XVIII° siècle, en faveur d'un nommé Stuart.

Ce Stuart était membre de la Chambre des Communes d'Irlande et adversaire des droits des catholiques. Au mois de février 1795, Grattan présenta son bill pour l'Emancipation Catholique ; mais Georges III déclara à Pitt qu'il ne consentirait jamais à une pareille mesure. En conséquence, celui-ci décida de sacrifier sa politique pour conserver son emploi et Fitzwilliam, le vice-roi populaire, fut rappelé. Le bill fut rejeté et Stuart vota avec la majorité. Il ne tarda pas à mourir et laissa le domaine à son neveu.

En 1813, Sir William Young, officier au service des Indes Orientales, en fit l'acquisition, et à sa mort, en 1847, il le laissa en héritage à son fils Sir John Young, qui appartenait â la vieille école des Libéraux, et qui, à ce titre, représenta le comté de Cavan an Parlement pendant plus de 20 ans. Plus tard, il devint Secrétaire en Chef d'Irlande, Gouverneur de l'Australie Méridionale et fut élevé à la Pairie avec le titre de Lord Lisgar. D'après quelques-uns, ce serait en l'honneur de son épouse, Lady Lisgar, que la capitale de cette colonie aurait reçu le nom d'Adelaïde.

En 1875, Lord Lisgar reconstruisit le château tel qu'on le voit aujourd'hui : un bâtiment de maitre, non dépourvu d'un certain mérite architectural, avec 23 spacieuses chambres, 3 cuisines et leurs dépendances, et toutes les commodités modernes. De l'entrée principale on a, sur les vallons et les bois, la rivière et le lac de la campagne environnante, une belle vue qu'un rimeur de la contrée a célébrée en ces termes :

D'un seul regard, l'artiste placé sur ce perron majestueux, embrasserait tout le tableau des gracieux coteaux revêtus de bois, et des ruisseaux sinueux qui vont rejoindre, en plissant légèrement leur onde la jeune Blackwater encore à son berceau.

Tandis que vos yeux charmés s'attardent à contempler les grèves brillantes d'argent, et les pelouses ombragées de hêtres, votre esprit pense involontairement à la Main libérale et toute-puissante qui d'un seul geste et pour toujours créa cette royale retraite.

Montez sur la hauteur où les insurgés engagèrent la lutte, aux jours sombres et orageux de notre Guerre civile et vous reverrez avec fierté le panorama splendide qui entoure la profonde majesté des bois de Lisgar.

Cette dernière strophe est une allusion au grand soulèvement de 1798 et à Rebel Hill (la Colline du Rebelle), qui faisait alors partie du domaine, et où les Insurgés se réunissaient pour discuter leurs plans. C'est aussi dans les bois environnants qu'ils coupaient des manches pour leurs piques.

En 1900, le domaine changea de nouveau de maitre. Il fut vendu à Dublin, en présence de Me Justice Ross, à Sir Henri Cochrane de la société bien connue ‘’Cantrell et Cochrane’’ ; et en 1906 il passa à son neveu, Mr W L. B. Cochrane, dont nous l'avons acquis, à Dublin, le samedi 24 février 1015.

C'est avec une grande satisfaction que les populations des alentours apprirent cette acquisition faite par l'Institut ; car elle marquait un pas de plus, si petit fût-il, dans la voie de la rentrée progressive des catholiques d'Irlande en possession des biens qui leur furent jadis brutalement ravis avec la liberté, et qu'ils ne se sont point lasses de revendiquer depuis le temps des O' Reilly’s jusqu'à la conquête de leur émancipation religieuse et sociale, qui — an moins en principe est actuellement un fait accompli.

En témoignage de chrétienne sympathie et comme présent de bienvenue, les paysans des environs vinrent gracieusement, par équipes de vingt et trente, avec leurs animaux et leurs instruments de travail, exécuter les premiers labours et ensemencer les terres, donnant ainsi aux Frères un précieux concours pour l'initiation de leur œuvre.

Sa Grandeur Mgr Finegan, Evêque de Kilmore, approuva très volontiers l'établissement du nouveau juvénat dans son diocèse et implora sur lui les faveurs célestes en le bénissant cordialement, tandis que le T. Révérend Patrick Fitzsimmons, Curé de Bailieboro, faisait obligeamment tout son possible pour seconder et favoriser les débuts de l'œuvre.

Il vint bénir la maison, le jour de la fête de Saint-Patrick on le Frère Benedict, Provincial, et le Frère Clare en prirent officiellement possession ; et ce ne fut pas sans une raison de toute particulière opportunité que la nouvelle destination de cette historique demeure fut placée sous l'invocation et le spécial patronage du glorieux apôtre de l'Irlande. Puisse-t-il la bénir.

RETOUR

Léducation chrétienne...

SUIVANT

LAcadémie Saint-Denis, à Montréal...