Les trois angelus

R. T. de G.

20/Sep/2010

L'ANGÉLUS DU MATIN.

 

Fraiche et claire, l'aube s'irise

Dans l'azur transparent du ciel;

Les bois ont une odeur exquise,

La brise, une saveur de miel.

Sous les rameaux blancs dé rosée,

L'oiseau prélude à sa chanson

Et chaque cime balancée

Gémit sous son premier frisson.

Les cloches tintent, se répondent,

L'airain chante les Angélus;

Leurs sons dans un concert se fondent;

Tout s'éclaire, l'aube n'est plus…

Chantez aussi, chantez, les âmes!

Dans la lumière, en haut les cœurs!

Bénie entre toutes les femmes,

Marie a toutes les douceurs;

Marie, elle aussi, c'est l'aurore

Riche des promesses du jour.

Marie! Oh! c'est bien plus encore,

Dans la lumière, c'est l'amour.

 

L'ANGÉLUS DE MIDI.

 

Sous le ciel torride,

L'horizon blanchit,

La plaine se ride

Et mon œil franchit

L'espace qui vibre

En son flamboiement,

D'où mon rêve libre

Monte au firmament.

Les moissons rutilent,

La forêt s'endort,

Les routes scintillent,

Tout brille et tout dort.

De chaudes haleines

Tombent des hauteurs ;

Les landes sont pleines

De molles senteurs,

Les lointains s'estompent

En traits imprécis

El des reflets trompent

Mes yeux indécis.

Dans un calme immense,

S'étend en tout lieu

L'austère silence

Oh l'on entend Dieu.

Mais, voilà que tinte

Un son argentin,

Chant, prière ou plainte,

Au fond du lointain.

Un parfum de rose

S'exhale en mon cœur

Et ma lèvre close

En sent la fraîcheur;

Alors à Marie, .

Je dis l’Angelus,

Prière fleurie

Qu'elle aime le plus.

 

L'ANGÉLUS DU SOIR.

 

Dans l'azur profond et sans voiles

Des sons montent graves et doux:

Le ciel est parsemé d'étoiles ;

Emu, je me mets à genoux.

Dans l'espace plein de silence

La cloche chante et je me sens

Sous les voûtes d'un temple immense,

D'où tombent de divins accents.

Ai-je entendu la voix des anges

Dans ce chant pur et cadencé?

Comme un vaste écho de louanges

Soudain, dans mon cœur a passé…

Dans un long frémissement d'ailes

Et les parfums d'un encensoir,

Vers les régions éternelles,

Montent les prières du soir.

                                              R. T. de G.

                                                        (D'après la Revue Mariale)

RETOUR

A nos chers Lecteurs...

SUIVANT

La paix intérieure par la régularité...