Lettre de PĂ©kin

25/Oct/2010

Il s'agit d'une lettre que le C. F. Lèce-Damien, qui fait fonction de Visiteur pour les Frères encore en Chine, adressait, le 30 août dernier, à son neveu, F. Pierre-Bosco, à Hongkong. Quelques lettres peuvent être adressées ainsi à des parents, mais visiblement elle est rédigée pour le C. F. Provincial. Le début parle d'un voyage possible dans l'avenir, mais voici ce qui peut intéresser tous les Frères :

« Je vous prie d'avertir le F. Provincial que je suis en rapports avec tous les confrères qui sont en Chine ; ils me consultent sur toutes les affaires qui regardent l'Institut. A ceux qui ont de la peine à vivre, je cherche le moyen d'envoyer quelque secours en argent. Cette année, avant la fête de l'Assomption, tous les confrères qui sont à Pékin et à Tientsin se sont réunis pour une retraite de trois jours ; nous avons invité un prêtre âgé pour nous donner les exercices. J'ai lu aux retraitants la circulaire du Révérend Frère, proposant à tous comme fruit spécial de cette retraite la fidélité à notre vocation. J'ai recommandé aux confrères de bien garder le vœu de pauvreté (c'est pour le moment ce sur quoi nous devons porter notre attention), — d'être fidèles aux exercices de piété, — de répéter souvent cette invocation (en français dans le texte de la lettre) : « Jésus, Marie, Joseph, faites que je vive et que je meure en bon Petit Frère de Marie », de faire de fréquentes oraisons jaculatoires.

« Cette retraite a été courte, mais il y avait quatre ans que nous n'en avions pas fait et nous en avons tiré une grande consolation. Pour l'année prochaine, je me propose de faire venir à Pékin tous les confrères qui sont en Chine pour une retraite de huit jours. J'espère que la Sainte Vierge nous accordera cette grande faveur.

« Récemment j'ai reçu une demande de retour d'un postulant qui avait été forcé de nous quitter (Shih Yung-teh) ; je m'attends à recevoir encore plusieurs demandes pareilles, et c'est très encourageant. Nous examinerons cela petit à petit.

« Actuellement de très nombreux Ordinaires des diocèses nous demandent des Frères pour enseigner dans leurs séminaires. C'est là pour nous une bénédiction puisque nous n'avons plus d'écoles à nous, et nous pouvons ainsi travailler directement au service de la Sainte Eglise. Dans plusieurs endroits, les confrères enseignent le catéchisme comme vous savez que le F. Adon fait à Canton. C'est là une belle œuvre, tout à fait conforme au but que s'est proposé notre Bienheureux Fondateur en fondant notre Institut.

« Depuis deux ans que je suis responsable des Frères et des affaires de l'Institut dans le secteur, je n'ai pas encore pu avoir de relations directes avec les Supérieurs. Vous pouvez être rassurés : nous nous efforçons de maintenir l'esprit de l'Institut et d'être de vrais Petits Frères de Marie. Nos confrères qui sont à la « Réforme par le Travail » (en prison), vont bien. Chaque mois nous leur envoyons quelque argent et des articles de première nécessité. Pour ceux qui sont dans la région de Pékin, nous pouvons les voir chaque mois et causer. Ne soyez pas trop inquiets à notre sujet : pour beaucoup de questions, j'agis aussi prudemment que possible. Dans l'Eglise, nous ne sommes que des religieux non prêtres et non des personnages d'importance. Il nous est ainsi plus facile d'éviter les faux pas. »

RETOUR

Afrique du Sud - Statues érigées au B. P. F...

SUIVANT

Vêture à Tudella, Ceylan, le 15 août...