Maison généralice

26/Oct/2010

Visites de délégation.

Ces derniers temps, plusieurs Frères Assistants étaient de retour à la Maison Généralice après avoir visité divers secteurs de l'Institut : le C. F. Roque Maria, les Provinces de Santa Catarina et du Brésil Méridional ; le C. F. Lorenzo, celle de Lévis (Canada) et le C. F. Louis-Martin, la Nouvelle-Calédonie, le Liban, la Syrie et la Grèce.

A l'heure de cette brève chronique, on attend le prochain retour des CC. FF. Leoncio Martín, vicaire général, et Mary Justinian qui reviennent respectivement du Mexique et de l'Afrique du Sud.

Le 22 janvier, les CC. FF. Hilary Mary et Paul Ambrose sont partis : le premier, pour la visite canonique des deux Provinces d'Australie (Melbourne et Sydney) ; le second, pour celle de la Province de Poughkeepsie (Etats-Unis) et des secteurs des Iles Philippines et du Japon.

Un autre Frère Assistant vient de partir en visite de délégation : le C. F. Lucinio María, à la Province d'Argentine et au District de l'Uruguay.

 

Visite épiscopale.

Le 25 février dernier, la Maison Généralice avait l'honneur de recevoir Mgr Baud, Capucin, évêque de Berberati (Afrique Centrale) où la Province de Saint-Genis-Laval a pris en charge en 1958 le Cours Normal d'Elèves-Moniteurs, puis, en 1959, à Bangui, l'inspection des écoles primaires de la ville.

Après avoir été accueilli par les Supérieurs, Monseigneur a bien voulu adresser la parole aux divers secteurs de la Maison : noviciat, scolasticat et communauté, ainsi qu'aux deux juvénats de Saint-Genis-Laval et de Saint-Martin-la-Plaine.

Dans ces causeries familières, agrémentées au juvénat par des projections sur les Missions des Pères Capucins, « au cœur de l'Afrique Noire », Monseigneur a exprimé sa joie de prendre contact avec les Frères et la jeunesse en formation de la Province de Saint-Genis à laquelle le diocèse de Berberati est redevable d'une aide efficace pour l'évangélisation du pays et l'éducation chrétienne de sa jeunesse.

S'adressant aux scolastiques et aux Frères de Saint-Genis, Son Excellence, après avoir exposé succinctement les origines de la fondation mariste à Berberati et brossé un tableau de la situation religieuse actuelle et des perspectives d'avenir de l'Afrique Centrale, a exhorté son auditoire à redoubler de ferveur et de zèle pour contribuer, par la prière et par l'action, à la christianisation de ce continent vers lequel tous les regards convergent à l'heure actuelle.

Avant de nous quitter, Mgr Baud est allé à Notre-Dame de l'Hermitage pour y prier devant la châsse du B. P. Champagnat et lui recommander les besoins spirituels et matériels de son vaste diocèse et tout particulièrement l'œuvre mariste dont les heureux débuts font augurer de bons résultats pour l'avenir auprès de la jeunesse qui lui est confiée.

 

UN REGRETTÉ BIENFAITEUR

En octobre dernier, les diverses communautés de Saint-Genis avaient la douleur de conduire à sa dernière demeure M. l'abbé Ernest Vuitton qui, depuis un bon nombre d'années, remplissait les fonctions d'aumônier du juvénat. Il avait souvent manifesté le désir d'être inhumé au milieu des Frères qu'il avait tant aimés. On se fit un plaisir de le lui accorder, et c'est au milieu des Frères, dans notre cimetière de famille, qu'il repose en paix.

Sa disparition rapide a laissé bien des regrets dans des cœurs qui lui vouaient une affection bien sincère. Très attaché à notre Institut, auquel il avait été régulièrement affilié, tout dévoué aux Frères et aux adolescents dont il avait la charge, il ne ménageait ni son temps ni sa peine. Les juvénistes de Grugliasco ont eu, eux aussi, l'avantage de l'apprécier, lors de plusieurs retraites que ce bon prêtre leur prêcha à diverses reprises. Une crise cardiaque l'emmena rapidement vers le Seigneur, mais ne le prit pas au dépourvu : il s'y attendait : « Le sacrifice, comme dit le Bulletin paroissial de Saint-Genis, avait été accepté depuis des années. Jamais on ne l'avait vu plus joyeux qu'en ces derniers mois. Il accédait déjà à la Lumière… Deux ans auparavant, dès les premiers symptômes du mal, il s'était assombri. Petit à petit, cependant, la bonne humeur qui faisait le fond de sa nature, aidée par son courage, reprit le dessus. »

 Dans sa jeunesse, il avait fréquenté une école professionnelle dirigée par les Frères des Ecoles Chrétiennes. Muni de son diplôme, il s'était placé avantageusement, lorsque l'appel de Dieu se fit entendre. Sans hésiter, il abandonna sa position et entra dans un établissement pour vocations tardives. La guerre de 1914 l'obligea à interrompre. Mais une fois les hostilités terminées, il rentra courageusement au Grand Séminaire de Lyon pour terminer sa formation ecclésiastique. Ordonné prêtre en 1925, M. l'abbé Vuitton se vit confier l'administration de diverses paroisses jusqu'au moment où sa santé souffrante l'obligea à demander une position de moindre responsabilité. C'est alors qu'il devint aumônier du Pensionnat Saint-Joseph d'abord et du Juvénat de Saint-Genis ensuite. Là, il devait laisser un souvenir ineffaçable. « Toujours au service d'autrui, nous dit un Frère qui l'a bien connu, son habituel bonheur était de faire plaisir, de rendre service. Artiste et mélomane averti, il payait à l'occasion de sa personne pour agrémenter les fêtes de famille. Il ne craignait pas d'aider quiconque de ses conseils ou de ses dons généreux. Sous sa direction, plus d'un fut introduit à la connaissance musicale.

« Il était plus qu'heureux de recevoir chez lui et de causer. La parole lui était moyen de communier à autrui. C'était sa charité. Là où il se sentait le plus à l'aise, et il l'a répété pendant son court séjour à l'hôpital, c'était avec les Frères. Il avait choisi de vivre avec eux comme il désirait y mourir et être enterré parmi eux.»

C'est au milieu des Frères qu'il repose. Sa tombe ne se distingue en rien des autres : une croix qui porte un cœur pour tout ornement. Sur ce cœur de simples indications sur le défunt. Mais en revanche, que de bons Frères iront assidûment prier pour le repos de son âme. Il ne saurait être oublié.

RETOUR

Ceylan...

SUIVANT

N.-D. de lHermitage - Centre Champagnat...