Marche du Procès informatif dune Cause – Fr. Rançois G. Rivat

F. Alessandro, P.G.

31/Oct/2010

PREMIERE SESSION: Formation du Tribunal.

La première session d'un Procès Ordinaire a un double but:
1. La présentation et la vérification des documents en vertu desquels doit être constitué le tribunal, et ensuite la constitution du tribunal lui-même.

2. L'émission du serment de tous ceux qui font partie du Tribunal.

Voici comment on est arrivé à la première session du Procès Ordinaire du Serviteur de Dieu F. François: Le F. Marie-Junien, Vice-Postulateur, présentait le 16 juin 1910 à l'Archevêque de Lyon, le « supplex libellus » en demandant l'ouverture dudit Procès Ordinaire, et le mandat de son élection comme Vice-Postulateur. Nous donnons un extrait des deux documents :

a) « Supplex libellus » : Eminence Révérendissime, le soussigné F. Marie-Junien, ayant été constitué par le Postulateur Général, F. Candidus, comme Vice-Postulateur de la Cause de Béatification et de Canonisation du Serviteur de Dieu, F. François, moyennant les pouvoirs nécessaires et opportuns… expose humblement à V. E. R. que ledit Serviteur de Dieu est mort à « Notre-Dame de l'Hermitage » le 22 janvier 1881. Pendant sa vie, il avait acquis une réputation de sainteté… qui continue non seulement jusqu'à présent, mais a grandi à tel point que beaucoup de fidèles doctes et prudents estiment que, avec l'intervention du Saint Siège Apostolique, il pourrait être promu aux honneurs de la Béatification et de la Canonisation.

C'est pourquoi le soussigné… supplie V. E. R. de bien vouloir constituer… le Procès Ordinaire sur la renommée de sainteté, sur les vertus et sur les miracles dudit Serviteur de Dieu, suivant la forme et la teneur des Décrets de la Sacrée Congrégation des Rites, afin que, suivant tout ce qui a été établi par le Serviteur de Dieu, le Pape Innocent XI (aujourd'hui Bienheureux), les années ne passent et, par la mort des témoins, ne disparaissent les preuves de sa sainteté… Et que Dieu… Lyon, le 16 juin 1910.

b) Mandat du Vice-Postulateur: Cette pétition était accompagnée du document par lequel le F. Candidus. Postulateur Général, empêché d'être présent à Lyon, nommait le F. Marie-Junien Vice-Postulateur en lui conférant les pouvoirs d'agir légalement et validement. « A notre cher Frère dans le Christ, F. Marie-Junien. Puisque la renommée de sainteté du Serviteur de Dieu F. François, premier Supérieur Général de notre Institut, croît de jour en jour, nous avons jugé opportun de condescendre aux vœux des nombreux fidèles qui désirent que soit introduite la Cause de Béatification et de Canonisation dudit Serviteur de Dieu. Pour cette raison, usant rie la faculté de subdéléguer, nous te nommons à la charge de Vice-Postulateur dans les procès qui se rapportent à ladite Cause, en te conférant tous les pouvoirs qui te sont nécessaires…

En foi de quoi, nous t'envoyons la présente lettre signée par nous et portant notre sceau.

Rome, le 13 février 1910 ».

 

Le Rescrit du Cardinal-Archevêque de Lyon.

Ayant reçu ces deux documents, le Cardinal-Archevêque de Lyon publia en date du 17 juin 1910 le rescrit suivant: « Pierre-Hector Coullié, Cardinal Prêtre de la Sainte Eglise Romaine, au Titre de la T. S. Trinité des Monts, par la miséricorde divine et par l'autorité du Saint Siège Apostolique Archevêque de Lyon et de Vienne, Primat des Gaules, vu le " supplex libellus " qui nous a été présenté par le Postulateur de la présente Cause, comme il résulte du mandat de Procuration présenté par le même Postulateur, nous voulons exaucer ces suppliques. Mais puisque de graves et légitimes obstacles nous empêchent d'être toujours présents au Procès, en conformité des Décrets généraux de la Sacrée Congrégation des Rites, nous déléguons à cet effet, pour la constitution de ce Procès, comme Juge le Rév. Alexis Brosse, notre Vicaire Général, et comme Juges Adjoints les Rév. Jacques Michel Bornarel, Jean-Marie Jules Chausse, Robert Ardaine, chanoines titulaires de notre Eglise Primatiale, et le Rév. Jean-Marie Boiron, recteur de la paroisse de S. Paul. En outre, nous désignons le Rév. Sébastien Buy, chanoine de notre Eglise Primatiale, comme Promoteur Fiscal, et le Rév. François Belzit, recteur du Séminaire de l'Institut Catholique comme Greffier pour transcrire les actes et les dépositions des témoins. Nous nommons comme huissier, M. Blanchet, portier du palais archiépiscopal. De plus nous arrêtons que notre Chancelier communique aux intéressés leur nomination afin qu'ils se présentent à nous le 20 juin, à 10 h, dans la chapelle de notre palais archiépiscopal pour en accepter la charge et prêter serment.

Nous citons ensuite le Promoteur Fiscal pour qu'il se présente au jour, à l'heure et au lieu dit ci-dessus, non seulement pour accepter la charge et prêter serment, mais encore pour voir ce Rescrit et lui opposer ce qui paraîtra opportun dans le Seigneur ». Suivent la date du 17 juin 1910, la signature du Cardinal-Archevêque et celle du Rév. H. Gailland, Chancelier de la Curie de Lyon.

Tous les personnages ci-dessus furent mis au courant du Rescrit du Cardinal-Archevêque, de leur désignation comme membres du futur tribunal, et furent régulièrement convoqués pour la première session du 20 juin 1910. Le Rév. H. Gailland, chancelier de la Curie, qui remplissait les fonctions de notaire instructeur, nous donne un compte-rendu officiel de cette première session historique dont le rapport est fidèlement transcrit au 1ier volume des actes du Procès Ordinaire, feuillets 7 à 15 inclus. Nous en prenons un long extrait :

Session I. Au nom de Dieu. Amen. Lyon. Cause de Béatification et de Canonisation du Frère François, premier Supérieur Général de l'Institut des Frères de Marie. Dans l'année de Notre Seigneur 1910, le 7ième du pontificat de Sa Sainteté Pie X, lundi, à savoir le 20 juin, à 10 h, par devant S. E. Pierre Coullié… qui siégeait comme Président du tribunal dans la chapelle du palais archiépiscopal, présents le Rév. Alexis Brosse, Vicaire Général comme Juge Délégué, et Juges Adjoints tes Rév. Jacques Michel Bornarel, Jean-Marie Jules Chausse, Robert Ardaine, chanoines titulaires de l'Eglise Primatiale, Jean-Marie Boiron, recteur de S. Paul; il y avait en outre le Rév. François Belzit, directeur du Séminaire de l'Institut Catholique, désigné comme Greffier et M. Blanchet, huissier. Tous avaient été antérieurement convoqués par moi, Chancelier de la Curie Archiépiscopale et informés du lieu de cette assemblée. Il y avait aussi le Rév. Sébastien Buy, chanoine titulaire et Promoteur Fiscal, cité pour cette fonction par l'huissier de la Curie sur l'ordre de l'Archevêque. Il y avait encore deux Témoins convoqués d'office. A cette assemblée comparut le F. Marie-Junien de l'Institut des Frères de Marie, constitué Vice-Postulateur par le F. Candidus, Postulateur Général, par une lettre spéciale qu'il avait présentée à S. E. l'Archevêque. Il produisit aussi Je Rescrit que S. E. l'Archevêque avait rédigé au bas du « supplex libellus » par lequel il demandait que soit ouvert le Procès Ordinaire sur la renommée de sainteté, les vertus cl les miracles du Serviteur de Dieu F. François et que pour celle fin soit acceptée la Juridiction des Juges désignés dans ledit Rescrit. Il demanda en plus que l'on daignât prêter serment… et fixer le jour el l'heure des audiences pour les actes publics et l'examen des témoins suivant les Décrets Généraux de la Sacrée Congrégation des Rites…

De son côté, le Rév. Sébastien Buy, Promoteur Fiscal, dit qu'il ne serait pas possible d'exaucer les suppliques du Vice-Postulateur si on n'examinait en premier lieu le mandat du Vice-Postulateur et le Rescrit de l'Eminentissime Juge Ordinaire afin de ne pas s'exposer à la nullité des actes. Alors S. E. ayant fait faire la lecture requise et ayant vu à nouveau le Mandat de Procuration, le fit passer au Promoteur Fiscal pour examen. Celui-ci n'y trouvant rien d'irrégulier, admit pour légitimes et authentiques… autant le «supplex libellus» du légitime Vice-Postulateur que le Rescrit de l'Eminentissime Archevêque et me remit à moi, Chancelier, lesdits documents pour leur transcription au bas de ces actes.

S. E. l'Archevêque confirma donc la désignation qu'il avait faite des membres pour la constitution du présent Procès… et tous acceptèrent l'office qui leur avait été assigné… Ensuite tous prêtèrent le serment de remplir avec fidélité et diligence leur charge propre dans ce Procès et de garder le secret sur tout ce qui serait fait et entendu au Tribunal. Le Cardinal-Archevêque prêta serment debout, la main sur le Crucifix, les autres le firent à genoux, les mains sur les Saints Evangiles… Quand tous eurent prêté serment, le F. Vice-Postulateur demanda de poursuivre et de fixer les lieux, soit pour les audiences et les actes publics du présent Procès, soit pour le serment et l'examen des témoins. Il demanda donc d'arrêter le jour, l'heure et le lieu de la prochaine Session dans laquelle on produirait la liste des témoins et les «articuli», et que dès maintenant donc soit rendue publique la convocation du Promoteur Fiscal pour qu'il y soit présent.

Le Promoteur Fiscal de son côté avertit que l'on ne fasse rien en son absence sous peine de nullité des actes.

Ensuite le Cardinal-Archevêque avec le Juge Délégué et les Juges ad joints établirent que tous les actes du Procès se dérouleraient dans la chapelle du palais archiépiscopal et fixèrent les procédés pour l'interrogation des témoins malades et des religieuses cloîtrées. Ils établirent donc que les réunions se tiendraient tous les jours dans la matinée et l'après-midi, commençant à 9 h. et à midi… les jours de fêtes exceptés. Pour l'ouverture de la II° Session on fixa le 22 juin, à 10 h. Finalement il me fut enjoint, comme Chancelier, de remettre après la présente session, tous les actes originaux faits jusqu'à présent au Notaire Rév. François Bet.zit… On me chargea, en outre, de rédiger un document officiel de tout ce qui avait été fait dans cette première Session, ce que j'ai fait et eux souscrivent ».

A la fin du rapport ci-dessus et de la 1ière Session on voit les signatures des membres du Tribunal suivies du « rogitus » et de la signature du Rév. H. Gailland. Vient ensuite la transcription fidèle de tous les documents qui ont été à l'origine du Procès et à son érection régulière, de même que les lettres patentes pour la légitime nomination des membres du Tribunal, (à suivre)

F. Alessandro, P.G.

RETOUR

Le nouvel archevêque de Glasgow, ancien él�...

SUIVANT

GABRIEL TABORIN - Fondateur des Frères de la...