Mexique – Statistique des maisons de la Province

04/Oct/2010

Des raisons de prudence feront retarder la fin de l'historique commencé au dernier Numéro. Voici, en attendant, le tableau des maisons de la Province. Le total des élèves y a malgré toutes les difficultés de la période de persécution augmenté d'un millier depuis dix ans.

Retraite. — On sera heureux de lire le passage suivant du Trait d'Union qui donne une idée de la paix relative revenue au Mexique.

Depuis trois ans, le Trait d'Union, en consignant dans ses pages le souvenir de la retraite annuelle, commençait par nous dépeindre les difficultés que la situation régnante suscitait à la liberté, sinon indispensable, du moins très utile pour les succès du travail spirituel de ces saints Exercices. On avait soin d'ajouter, et avec raison, que, grâce à Dieu les obstacles accumulés par une administration tracassière, étaient heureusement contrebalancés par une ferveur spéciale, fruit des circonstances amères par lesquelles nous traversions. Aussi pouvait-on dire avec emphase: « Le démon, qui voudrait nous faire peur, est pris dans ses propres filets ». Rien de tout cela n'a eu lieu cette année-ci, de telle sorte que la retraite pour les Frères du District Fédéral, qui a eu lieu du 25 décembre au 1ier janvier, s'est déroulée dans une ambiance entièrement favorable : point de frayeurs, aucune altération du règlement, plus de chants en sourdine, pas d'extinction de feu, ni la moindre préoccupation d'être vus ou entendus, Notre-Seigneur visité comme toujours, non point dans l'armoire qui pendant le temps de persécution lui servait de Tabernacle, mais ouvertement, dans la coquette chapelle de la Quinta. La température elle-même, généralement assez froide pendant cette époque de l'année, paraissait s'être mise de la partie en nous procurant une délicieuse atmosphère. Inutile d'ajouter que comme toujours, le C. F. Marie-Joachim et le C. F. Pierre-Damien s'étaient mis en quatre pour nous rendre agréable notre court séjour à la maison provinciale, le premier, en aménageant la maison et en continuant les prodiges, connus de vieille date, et dus aussi bien à ses talents culinaires qu'à l'excellent cœur qu'il met à servir les Frères; le second, en mettant â contribution sa rare expérience de jardinier-fleuriste qui transforme en un délicieux parterre les plates-bandes et les allées du parc.

RETOUR

Jauja - Un record. - De plus en plus haut...

SUIVANT

La pureté dintention...