Moderniser le Rosaire / Modernizing the Rosary

07/Jun/2010

It is not easy to pray the Rosary. It just is not easy to pray. Saying prayers may have little connection with praying prayers. To teach pupils prayers is not difficult; to teach them praying is quite another thing, especially when they reach that age when religion seems to ask so much of them and to offer them in return something which they are not altogether convinced they need.

The difficulty, then, about praying the Rosary, is related to the difficulty modern man has to pray any prayer at all. Hence, while we may be looking round for changes which make the Rosary more modern, we shall achieve nothing unless we know how to pray, realize our need to pray, and take the time to pray. When we have done all that, we may be in a position to teach others to pray.

While it belongs only to competent authority to introduce official and permanent changes in the Rosary, experimentation at a private level seems quite legitimate. If there is a move towards pluralism in the recitation of the Rosary, it has a precedent in the introduction of the three new Eucharistic prayers. The 15th September of this year is the fourth centenary of Pope Pius V's Bull defining for the first time and fixing the Rosary. Paul VI, on the 29th January 1965, returned to the Turks the standards seized at the battle of Lepanto in 1570. Perhaps his action indicates that a page has been turned in the history of the Rosary.

Two interesting experiments in praying the Rosary are being tried in France. Of course, the idea behind them is not to replace or destroy the traditional Rosary which has stood the test of time and belongs to the Church, but rather to make the Rosary a more liturgical and biblical prayer and to remedy the abuses to which the Rosary is subjected and which causes most of the "malaise" in its regard: fast, mechanical recitation, dissociation of words and ideas and so on. An outline of these experiments is offered in the hope that they will offer some guidelines for an up-dating of the Rosary.

 

I. EXPERIMENT A

This method is suggested by the Centre National du Rosaire in France and is detailed in a book entitled " Aujourd'hui, le Rosaire? ", published last year conjointly by two Dominicans, Joseph Eyquem and Jean Laurenceau.

The authors asked themselves what were the needs of the time as regards the Rosary or, alternatively, what were the main complaints against the Rosary. They came up with these two answers:

1. – The need for unity: there must be more association between the words said and the mystery contemplated.

2. – The need to put Christ back into the Rosary: the Rosary is pre-eminently a Christological prayer because it centres on Christ by making us ponder His mystery. It is not enough to stop at Mary as an end; we must pass through her as a means of reaching Christ more easily.

To meet these needs, the authors proposed the following changes:

1. – Our Father: It is suggested that this be said:

a) before the mystery is announced; or

b) after the decade is completed; or

c) once only either at the start or the end of the Rosary.

Its most disputable place is where it comes now, i.e. after the mystery has been announced, because as Guardini points out, the meditation properly so called is accomplished in the Hail Mary. Just how the Our Father came into the Rosary is a problem of history. The liturgy uses it very sparingly and with infinite respect… «We dare to say…" It is debatable whether it belongs to the Rosary at all. If it does, then its justification is that it is the prayer of the sons of God and the Rosary tells us how we have become sons.

Whatever is done with the Our Father, Guardini's warning should be heeded: «The Pater before each decade ought not to be recited like the Ave Maria, but each of its words must have only the meaning which is proper to it. It is the Lord's prayer and we must attend to it carefully."

 

2. – The Hail Mary: The basic theme of the whole Rosary is the mystery of the Incarnation announced in the Angel's greeting. Hence only the first part of the Hail Mary, as far as «Jesus" is to be said. Furthermore, attention is centred on Christ by adding after the word "Jesus" a short phrase which indicates the role of Jesus in the event contemplated. For example, in the first Joyful mystery, we might add "who chose you for His Mother" and so on.

The second part of the Ave is said only once at the end of the decade where it becomes the occasion for confidently exposing all our needs, those of parents, and friends as well as those of the Church and the entire world. It is even suggested that a phrase might be introduced after "now" or after "at the hour of our death", in order to have a sort of memento of the living and a memento of the dead. In this way the Holy Mary would become a living prayer in touch with daily life and the Rosary would escape from stereotype formulas.

No one knows exactly just how the Holy Mary came to be added to the Rosary. It was probably accidental. In any case, it put the emphasis in the Rosary on Mary and made it a prayer of intercession. Moreover, it doubled the length of the Rosary and above all it introduced a great variety of words.

3. – The Gloria: This is a "trimming" of the Rosary and one should feel free about concluding with a doxology. It might be possible even to compose one's own doxology praising the mystery that has just been contemplated.

4. – The Mysteries: The National Centre is very conservative in keeping to the traditional division of joyful — sorrowful — glorious mysteries because it can trace through this series the basic theme of the Incarnation, as announced in the words. Hence the dissociation between words said and ideas pondered, which is one of the main problems, is reduced to a minimum.

The continuity between the words of the Hail Mary and the joyful mysteries is very smooth because we consider God with us born of the Virgin Mary. The sorrowful mysteries invite us to see how Mary was associated in heart and will with the Passion and how even on the Cross Jesus remained the fruit of her womb. In the glorious mysteries we contemplate the climax of the Annunciation when Mary, because she believed, is Mother of the Risen Christ, Mother of the Church.

However, the National Centre is not opposed to a type-list of mysteries, provided that the basic approach — the Incarnation as announced by the Angel — is respected. The list proposed is as follows:

I. The Incarnation

 

1. – The Annunciation

2. – The Visitation

3. – The Nativity

4. – Jesus found in the Temple

5. – The Wedding Feast of Cana

 

II. The Redemption

1. – The Pascal Meal

2. – The Agony

3. – The Trial

4. – The Carrying of the Cross

5. – The Crucifixion and Death of Jesus

 

III. The Resurrection

1. – The Resurrection

2. – The Ascension

3. – The Cenacle1

4. – Pentecost

5. – The Assumption

 

5. – Method of Meditation: One of the great enemies of a devout Rosary is rapid, mechanical recitation. To overcome this, a method of prayerful meditation is suggested:

i. A text of scripture is quoted, bearing on the mystery considered.

ii. Brief explanatory commentary is made.

iii. Suggestions for reflexions are given, made up of scriptural and biblical texts.

If our minds directed to the mystery under consideration by the use of any of these three means are kept from wandering by a carefully selected "Jesus-phrase", then the Rosary will be more of a prayer.

The so-called "Scripture Rosary" utilizes this method in part, in as much as after every Ave, a sentence from Scripture is read out which bears on some aspect of the mystery considered. To sum up:

This experimentation has:

i. centred the Rosary on a basic theme of the Incarnation;

ii. tried to make it more of a prayer for our times;

iii. shortened it by more than half;

iv. removed what has been considered the cause of disunity and dissociation in the Rosary.

 

II. EXPERIMENT B.

 

Another attempt to modernize the Rosary is set forth in a recent book, "Evangile avec Marie," by authors P.P. Enard OP., Hugo O.P., and Dom Dumas O.S.B. They asked themselves what was lacking in the Rosary as a prayer and in the light of their findings they proposed various solutions. According to them, there are two basic problems:

1. – The Rosary has become divorced from the liturgy and is not sufficiently attached to the Gospel. For instance, there is no mystery covering the public life of Jesus, the Sermon on the Mount, the many signs that manifested his glory; there is no attempt to offer for our consideration the expectation of the return of Christ. The Paschal mystery is divided when the death of Christ occurs in the Sorrowful Mysteries and the Resurrection in the Glorious. As it developed, the Rosary, which had its origin in the liturgy of the 12th Century, came to concentrate on the persons of Jesus and Mary but only over a limited field.

2. – The Rosary, so the authors concluded, has lost a lot of its value because of the bad usage to which it has been subjected:

the repetitious Ave, recited mechanically and far too rapidly, allowed the tongue to rattle on and dispensed with personal effort to meet Christ and His Mother.

the mysteries resemble an album of familiar pictures to be mentally thumbed through in the hope of arousing sentiments, resolutions, " fruits." The effort to reflect on the content of a mystery is often reduced to reasoning, with the result that prayer in practice becomes an elaboration of ideas.

The solutions proposed to meet these two main difficulties are to change the structure of the Rosary and the method of saying it.

 

1. – Restructuring the Rosary:

 

The essential thing in up dating the Rosary is to reconnect it with the liturgy and scripture — to make it a liturgical prayer, a biblical prayer. The Rosary has to be brought back into the liturgy, that is, into the prayer of Christ who gave expression to his filial longing by the cry "Father, Thy Kingdom come!"

And so the Pater is given much importance in this Rosary experiment and serves as a basis for arranging the mysteries according to the Kingdom theme. The more the Rosary can be made an evangelical prayer, the more it will become a medium of saying " yes " to the Father's design of mercy to restore the world in his Son.

The division of the mysteries is a follows:

 

Group 1: The Coming of the Kingdom:

These correspond exactly to the traditional "Joyful Mysteries." They are retained because they correspond to important Gospel incidents and major feasts. In any case, the 4th and 5th were not joyful happenings.

 

Group 2: The Manifestation of the Kingdom:

These mysteries embrace the whole public life of Jesus.

1. – Baptism of Jesus (perhaps add Temptation).

2. – The Sign of Cana.

3. – Jesus proclaims the beatitudes (these sum all his teaching about the Kingdom).

4. – The Transfiguration.

5. – Entry into Jerusalem.

The last two mysteries both prefigure the Pasch and link up with the next group.

Group 3: The Fulfilment of the Kingdom:

1. – Jesus eats his Pasch with his disciples2.

2. – The Mystery of the Passion and the Cross.

3. – The Resurrection and Ascension (= the glorification of Jesus).

4. – Jesus sends the Holy Ghost on the day of Pentecost. (This is essentially a feast of Jesus).

5. – The Assumption. (This mystery unites the Assumption and the return of Christ).

The Rosary thus situated at the heart of evangelical prayer for the Kingdom, will have three very important benefits for our times:

a) The three divisions correspond to the three geat phases of the liturgical cycle.

b) It helps to discover Mary in a concrete existential manner, i.e. not by starting from her privileges, but from the design of God in her regard. The Rosary will thus make us discover Mary as the Apostles and the disciples discovered her, namely, in her lived relation to the will of God, in her daily faith in her Son and his Kingdom.

c) The Rosary becomes a great school of faith in which we are placed in close touch with God's merciful design to restore the world in Christ through the establishment of his Kingdom.

 

2. – Method of Saying the Rosary:

 

Again only the first part of the Ave is said and the Holy Mary is omitted until the end of the decade.

Simultaneous, attention to words and mysteries is to be achieved by the following method:

a) The Scripture passage referring to the mystery is read prayerfully.

b) Meditation on the mystery read about follows.

c) Only then is the Rosary prayed and contemplated under the impression thus built up.

 

COMPARISON OF THE TWO EXPERIMENTS

A B

1. – Theme: Incarnation The Kingdom

2. – Pater: Limited Use Stressed

3. – Ave: Holy Mary said at end of decade. Holy Mary said at end of each decade.

4. – Mysteries: Traditional division maintained. New series of mysteries.

 

Comment:

The actual recitation of these rosaries takes about half the normal time and the use of them in the classroom has decided advantages. The rhythmical alternation of " Hail Mary ", " Holy Mary " of the traditional Rosary is not missed if the class alternates the " Hail Mary " with a row or an individual. If the vesicle is being used, then all could say it aloud each time as a sort of refrain.

The fact that a decade is shortened by half means that the time for meditation on the mystery is similarly reduced and this seems to make the task harder if we set about saying the Rosary without preparation by a reading and reflection on each mystery. Such a preparation is possible in the classroom or the Community chapel, even though it may mean that only a part of the Rosary can be recited in the time allotted for it. However the fact the Rosary has been shortened by half does not necessarily mean that the time to say it is going to reduce by as much. The Hail Mary must be said more deliberately, less mechanically and with more awareness of what we are saying; in other words, it must be said more prayerfully. Even a short pause at the end of each "Je vous salue" before commencing the next one will be a considerable help to meditation. In the matter of prayer, quality is always more important than quantity. It has even been suggested that where there is little time

for saying the Rosary, then, instead of saying three decades from the one set of mysteries, one could meditate on a mystery from each of the groups and perhaps choose three mysteries which are closely related (e.g. Cana, Pasch, Calvary). Some preparation and even some homework will be necessary if the mysteries of the Kingdom are to be adopted. It will probably take another seven centuries before they become as familiar as the present Joyful, Sorrowful and Glorious mysteries.

The use of a reading from Scripture prior to reciting the prayers makes the Rosary a read prayer and limits it to some formal gathering or to some place of prayer. The same may be said about the so-called "Scripture Rosary." Perhaps there can be a remote preparation made through the liturgical celebration of the mysteries of the Rosary, such as that suggested by Dom Dumas in "L'Evangile avec Marie." His plan for a Rosary celebration is this:

1. – Entry Psalm followed by Pater Noster.

2. – Bible Reading followed by homily.

3. – Silent meditation.

4. – Singing of three Aves, finishing with Gloria and prayer of faithful.

5. – Benediction.

6. – Final Psalm.

 

Such a celebration unites the Rosary to the celebration of the Word and inserts it into liturgical prayer. It would be one method of teaching the Rosary and a very fitting way of preparing for some feast of Mary (e.g. the Visitation) or of participating in it.

If the Rosary is to be restored to its place of honour, the organisation of such celebrations, modified according to circumstances, may become necessary. Along with a better selection and division of the mysteries must go a training in the contemplation of the mysteries, especially nowadays when activism is replacing recollection and meditation. The Rosary, the school of contemplation, will not be loved where meditation is neglected. One must be prepared to take the time to pray: recitation of the Rosary must be calm and deliberate and not a mechanical gallop.

But the changes that have been suggested in the structure and formulas of the Rosary are fairly minor and will not achieve much nor interest many unless Mary is restored to her proper place in Catholic piety. This neglect, along with the abandoning of prayer, is the deep-seated evil besetting the Rosary. For some, only liturgical prayer has a right to exist and private devotions, not excluding those to the Blessed Sacrament, are frowned on. The Pharisee of old prided himself on his many devotions; perhaps it is our modern form of Pharisaism which makes us think we have no need of them at all. If the Rosary is to become once more the prayer it was, then ardent devotion to Mary must be encouraged. Her life and role must be studied and meditated on; her virtues imitated; her protection and intercession constantly sought for all this is the very substance of the Rosary. So true is this that it is reasonable to conclude that the decline in devotion to the Rosary is only a symptom, a consequence of a general swing-away from these things. For instance, when did you last hear a sermon on Our Lady or when were you last encouraged from the pulpit to have recourse to Mary? The Rosary, down through the centuries, has even been the battle-prayer of the Church in time of trouble. When did she need more than now the protection and help of Mary, the Mother of the Church?

 

 

BIBLIOGRAPHY:

 

1. – This article is mainly based on three articles by M. Trémeau, which appeared in L'Ami du Clergé:

Faut-il réformer le Rosaire? (2nd November 1967);

Le Rosaire aujourd'hui. (11th July, 1968);

"Aujourd'hui le Rosaire." (14th November, 1968).

2. – Articles in La Vie Spirituelle:

" Le Rosaire, évangile de la joie ", M.-B. Eyquem O.P. – (May 1968); "Le Rosaire, et l'Evangile", m.-l Chauvin O.P. – (October, 1968); " La Vierge Marie ", R. Laurentin – (May 1968).

3. – New Catholic Encyc: Art. on Rosary, Hail Mary, Our Father. (Bro. Valens, F.M.S. Marcellin College. Randwick – Australie).

 

APPENDIX

 

The following are offered as suggestions for versicles after the word " Jesus." It is better that one versicle be used for a decade until (a) it is known and (b) a change is needed.

 

i. Joyful.

1. – Who chose you for his Mother

2. – (Whose Mother will be blessed by all generations

(Who did great things for you

3. – Who became man for the love of us

4. – (Whom you presented in the Temple

(Who was destined for the rise and fall of many (For whose sake your heart was pierced

5. – (Who was obedient and subject to you

(Who put the will of his Father before all else

 

ii. Sorrowful.

1. – (Who accepted to do his Father's will

(Who sweated blood in his agony (Who was abandoned by his Apostles

2. – Who was scourged for our sins

3. – Who is our King and Saviour

4. – (Who carried the Cross for the love of us

(Whom you met carrying his Cross

5. – (Who died on the Cross for the love of us

(Who gave you to us as our Mother (Who, when dying, made us your sons

 

iii. Glorious.

1. – (Who rose gloriously from the dead

(Whose resurrection rewarded your faith

2. – (Who is preparing a place for us in heaven

(Who is interceding for us in heaven

(Who is with us all days until the end of the world

3. – (Who sent the Holy Spirit to strengthen us

(Who sent the Holy Spirit to comfort us

(Who sent the Holy Spirit to strengthen and comfort us

(Who sent the God of love to dwell in our hearts

4. – Whose glory you share in heaven

5. – (Who made you Mother of His Church

(Who made you Queen of Heaven and earth

 

 

 

£££

 

 

 

Moderniser le rosaire.

 

Il n'est pas facile de « prier » le rosaire. Au fait, il n'est pas facile de prier. « Dire » des prières peut n'avoir pas grand-chose à voir avec « prier » des prières. Apprendre des prières aux enfants n'est pas compliqué. Leur apprendre à prier est une autre question, spécialement quand ils arrivent à l'âge où la religion semble tant exiger d'eux et ne leur offrir en retour que des choses dont il ne leur semble guère avoir besoin.

La difficulté pour « prier » le rosaire tient donc au fait que l'homme moderne trouve difficile toute forme de prière. C'est pourquoi, dans notre recherche de modifications qui puissent moderniser le rosaire, nous n'aboutirons à rien tant que nous ne saurons pas comment il faut s'y prendre pour prier, tant que nous ne sentirons pas notre besoin de prière, et que nous ne prendrons pas le temps de prier. Après tout cela, nous pourrons être à même d'apprendre aux autres à prier.

Autant les modifications officielles et définitives relèvent de l'autorité compétente, autant, semble-t-il, les expériences semblent légitimes au niveau privé. S'il y a tendance au pluralisme dans la récitation du rosaire, le précédent existe dans l'introduction des trois nouvelles prières eucharistiques. Le 15 septembre de cette année est le 4ème centenaire de la Bulle de Pie V définissant pour la première fois le rosaire et lui donnant sa forme fixe. Mais Paul VI, le 29 janvier 1965, a rendu aux Turcs les étendards pris à Lépante en 1570. Peut-être y a-t-il là le signe qu'une page est tournée dans l'histoire du rosaire.

Deux expériences intéressantes ont été faites en France pour « prier » le rosaire. Disons tout de suite qu'elles n'ont pas l'intention de remplacer ou de détruire le rosaire traditionnel qui a subi l'épreuve du temps et appartient à l'Eglise, mais plutôt de rendre le rosaire plus biblique et plus liturgique, et de remédier aux abus auxquels le rosaire est sujet et qui sont la principale source du malaise à son égard: récitation rapide et mécanique, dissociation entre les paroles et les idées, etc. …

Voici en quelques traits ces expériences dans l'espoir qu'elles puissent offrir quelques points de repère pour une mise à jour du rosaire.

 

I. – Expérience A.

 

Cette méthode, suggérée par le Centre National du Rosaire en France, est expliquée en détail dans le livre intitulé: « Aujourd'hui le Rosaire? », publié l'année passée par deux dominicains: Joseph Eyquen et Jean Laurenceau.

Les auteurs se demandent quels sont les besoins du temps concernant le rosaire ou si l'on préfère, quels sont les principaux griefs contre le rosaire. Ils en arrivent aux deux réponses suivantes:

a) Besoin d'unité: d'où plus de liaison entre les paroles prononcées et le mystère contemplé.

b) Besoin de remettre le Christ dans le rosaire. Le rosaire est une prière avant tout christologique parce qu'elle nous centre sur le Christ en nous faisant méditer son mystère. Il n'est pas suffisant de nous arrêter à Marie comme à une fin; il faut passer à travers elle comme moyen d'atteindre le Christ plus facilement.

Pour faire face à ces besoins, les auteurs proposent les modifications suivantes:

 

1. – Le Notre Père. On suggère qu'il soit dit: a) avant l'énoncé du mystère, ou bien; b) après la fin de la dizaine, ou encore; c) une fois seulement, soit au début soit à la fin du chapelet.

Sa place la plus discutable est celle qu'il a maintenant, c'est-à-dire après l'énoncé du mystère, parce que, comme l'explique Guardini, la méditation à proprement parler s'accomplit dans le Je vous salue Marie.

Comment le Notre Père s'est-il introduit dans le rosaire? Ceci est une question d'ordre historique. La liturgie n'en use que très modérément et avec un infini respect: « Nous osons dire… ». On peut se demander s'il appartient même au rosaire. Si oui, alors sa justification est d'être la prière des fils de Dieu et le rosaire nous dit comment nous sommes devenus fils.

Quoi qu'on fasse du Notre Père, il faut tenir compte de l'avertissement de Guardini: «Le Pater avant chaque dizaine ne doit pas être récité comme les Ave Maria, mais chacun de ses mots ne doit avoir d'autre sens que son propre sens. C'est la prière du Seigneur et il faut y apporter soin et attention ».

 

2. – Le Je Vous Salue Marie. Le thème de base de tout le rosaire est le mystère de l'Incarnation annoncé dans le salut de l'ange. Donc il ne faudrait dire que la première partie du Je vous salue, Marie, jusqu'à «est béni». Par ailleurs on concentre l'attention sur le Christ si l'on ajoute à la suite une courte phrase qui indique le rôle de Jésus dans l'événement contemplé.

Par exemple: 1ier mystère Joyeux: « et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni» — lui qui vous a choisi pour mère… etc. …

La seconde partie de l'Ave ne serait dite qu'une fois à la fin de la dizaine, devenant ainsi l'occasion d'exposer avec confiance tous nos besoins, ceux des parents, des amis et aussi ceux de l'Eglise et du monde. On suggère même d'introduire une phrase après « maintenant » ou après «l'heure de notre mort» comme une sorte de mémento des vivants et de mémento des morts. De la sorte le Je vous salue Marie deviendrait une prière vivante, en pleine vie quotidienne le rosaire échapperait à la formulation stéréotypée.

On se sait pas exactement comment le Je vous salue Marie a été introduit dans le rosaire. Probablement par accident. De toute façon, il a mis l'accent du rosaire sur Marie et en a fait une prière d'intercession. Par contre, il en a doublé la longueur et il a introduit une certaine surabondance de paroles.

 

3. – Le Gloria. Il fait partie des « finitions » du rosaire, et on devrait se sentir libre de conclure avec une autre doxologie. Il serait même tout-à-fait possible de se composer soi-même sa doxologie avec une louange du mystère qu'on vient de contempler.

 

4. – Les Mystères. Le « Centre National » reste très conservateur et s'attache à la division traditionnelle de mystères joyeux — douloureux — glorieux, parce qu'elle permet de retrouver à travers ce schéma le thème de base de l'Incarnation, tel que le proclament les paroles des prières utilisées. De ce fait, la dissociation: paroles dites et idées méditées, reste réduite au minimum.

La continuité entre les paroles du Je vous salue et les mystères joyeux est très naturelle, parce nous considérons Dieu avec nous, né de la Vierge Marie. Les mystères douloureux nous invitent à voir comment Marie a été associée de cœur et de volonté à la Passion .et comment, même sur la Croix, Jésus est resté le fruit de ses entrailles. Dans les mystères glorieux, nous contemplons l'achèvement de l'Annonciation, car Marie, à cause de sa foi, est mère du Christ ressuscité, mère de l'Eglise.

Cependant, le « Centre National » n'est pas opposé à une liste-type de mystères pourvu que l'essentiel — l'Incarnation telle qu'elle est annoncée par l'Ange — soit respecté. La liste proposée est la suivante:

a) Incarnation

a.1. – L'Annonciation

a.2. – La Visitation

a.3. – La Nativité

a.4. – Jésus trouvé au Temple

a.5. – Les Noces de Cana

b) Rédemption

b.1. – Le Repas pascal

b.2. – L'Agonie

b.3. – Le Jugement

b.4. – Le Portement de la Croix

b.5. – Le Crucifiement et la Mort de Jésus

c) Résurrection

c.1. – La Résurrection

c. 2. – L'Ascension

c.3. – Le Cénacle

c.4. – La Pentecôte

c.5. – L'Assomption

N.B. – On peut mettre ensemble c3 et c4. Dans ce cas, l'Assomption deviendrait c4 et le c5 est: Marie, Mère de l'Eglise.

* * *

5. – Méthode de Méditation.

 

Un des grands ennemis d'un bon chapelet est la récitation mécanique et rapide. Pour surmonter cette difficulté on suggère une méthode de méditation priée:

a) On cite un texte de l'Ecriture, portant sur le mystère considéré.

b) On en fait un bref commentaire.

c) On suggère des réflexions, à partir des textes de l'Ecriture.

Si notre esprit est tendu vers le mystère considéré, par l'emploi de ces moyens et si on l'empêche de s'égarer par un choix soigneux de ces phrases qui concluent la première partie du Je vous salue Marie, alors le rosaire sera davantage une prière.

Ce que l'on appelle: Rosaire de l'Ecriture, utilise partiellement cette méthode. Après chaque Ave, on lit une phrase de la Bible qui porte sur quelque aspect du mystère considéré.

Résumons. L'expérience consiste:

à centrer le rosaire sur le thème de base de l'Incarnation;

à en faire davantage une prière pour tous les temps;

à le réduire de plus de moitié;

à en éloigner ce qui était un facteur de dissociation de ses éléments.

* * *

 

II Expérience B

 

Un autre essai de moderniser le rosaire se trouve dans un livre récent: « Evangile avec Marie », des auteurs: Enard, O.P., Hugo, O.P., et Dom Dumas, O.S.B. Ceux-ci se demandent ce qui manquait au Rosaire comme prière et, à la lumière de leurs recherches, ils proposent diverses solutions. Selon eux, il y a:

 

1. – Deux problèmes de base:

a) Le rosaire a été séparé de la liturgie et n'est pas assez lié à l'Evangile. Par exemple, aucun mystère n'envisage la vie publique de Jésus, le Sermon sur la Montagne, les nombreux signes qui manifestent sa gloire; on n'essaie pas d'offrir à notre considération l'attente du retour du Christ. Le mystère pascal est divisé, du moment que la mort du Christ appartient au groupe des mystères douloureux et la résurrection à celui des mystères glorieux. Au cours de son développement, le Rosaire, qui a son origine dans la liturgie du 12ème siècle, en est venu à se concentrer sur les personnes de Jésus et de Marie, mais dans un aspect limité.

b) Le rosaire, concluent donc les auteurs, a beaucoup perdu de sa valeur à cause du mauvais usage auquel on l'a assujetti:

L’ave répété, récité mécaniquement et beaucoup trop vite, a permis à la langue de tourner à vide et a laissé de côté l'effort personnel qui mène à rencontrer le Christ et sa Mère.

Les mystères ressemblent à un album de famille que l'on feuillette mentalement dans l'espoir d'éveiller des sentiments, des résolutions, des « fruits »? Or l'effort de réflexion sur le contenu du mystère se réduit souvent à raisonner, avec le résultat que la prière devient pratiquement une élaboration d'idées.

 

2. – Les solutions proposées pour lutter contre ces deux principales difficultés sont de changer la structure du rosaire et la méthode de le dire.

 

a) Restructurer le rosaire:

L'essentiel pour une mise à jour du Rosaire est de le rebrancher sur la liturgie et l'Ecriture, d'en faire une prière liturgique, biblique. Il faut remettre le chapelet dans la liturgie, c'est-à-dire dans la prière du Christ qui a exprimé son désir filial dans ce cri: Père, que ton règne arrive ! ».

Aussi donne-t-on beaucoup d'importance au Notre Père dans cette expérience; il sert de base pour grouper les mystères autour du thème du Royaume. Plus le rosaire pourra devenir une prière évangélique, plus il deviendra un moyen de dire oui au dessein miséricordieux de Dieu qui veut restaurer le monde en son Fils.

* * *

Voici des lois de division des mystères:

 

Groupe: La venue du Royaume

Ce sont pratiquement les « mystères joyeux » traditionnels. On les retient tels quels parce qu'ils correspondent à des faits importants de l'Evangile et à de grandes fêtes. On peut noter cependant que les 4ième et 5ième ne sont pas des événements joyeux.

 

Groupe: La manifestation du Royaume

Ces mystères concernent la vie publique de Jésus.

1) Baptême (peut-être aussi Tentation).

2) Le Signe de Cana.

3) Jésus proclame les Béatitudes (elles sont le résumé de son enseignement sur le Royaume).

4) La Transfiguration.

5) L'Entrée à Jérusalem.

 

Groupe: L'accomplissement du Royaume

1) Jésus mange la Pâque avec ses disciples3.

2) Le mystère de la Passion et de la Croix.

3) La Résurrection et l'Ascension.

4) Jésus envoie l'Esprit-Saint le jour de Pentecôte (Il s'agit là essentiellement d'une fête de Jésus).

5) L'Assomption (Ce mystère unit Assomption et retour du Christ).

* * *

Ainsi situé au cœur de la prière évangélique pour le Royaume, le Rosaire, comportera pour notre temps trois grands avantages:

…Le trois divisions correspondent aux trois grandes phases du cycle liturgique.

… Il aide à découvrir Marie d'une manière concrète et existentielle, c'est-à-dire non pas en partant de ses privilèges, mais du dessein de Dieu sur elle. Le Rosaire nous fait ainsi découvrir Marie comme l'ont découverte les Apôtres et les disciples, c'est-à-dire, dans sa relation vécue avec la volonté de Dieu, dans la foi quotidienne qu'elle avait envers son Fils et le Royaume.

… Le Rosaire devient une grande école de foi où nous sommes placés très au contact du dessein miséricordieux de Dieu qui veut restaurer le monde dans le Christ par l'établissement du Royaume.

* * *

6. – Méthode pour dire le Rosaire.

Là aussi on ne dit que la 1ière partie de l'Ave, et le « Sainte Marie… » n'est ajouté qu'à la fin de la dizaine.

L'attention simultanée aux paroles et aux mystères est réalisée de la façon suivante:

… On lit de façon « priée » le passage de l'Ecriture se rapportant au mystère.

… Suit la méditation sur le mystère qui vient d'être évoqué. Ce n'est qu'alors qu'on dit le chapelet de façon priée et méditée. Selon l'impression qui est créée.

* * *

Comparaison des deux expériences.

 

 

A

1. – Thème: Incarnation

2. – Pater: Usage limité

3. – « Sainte Marie » à la fin de la dizaine

4. – Mystères: Division traditionnelle

 

B

Le Royaume

Usage renforcé

idem

Nouvelle série

 

* * *

Commentaire: La récitation effective de ces rosaires prend la moitié du temps habituel et leur emploi avec les élèves a de vrais avantages. L'alternance de « Je vous salue, Marie », « Sainte Marie » du chapelet traditionnel subsiste si l'on alterne les « Je vous salue » entre la classe et une rangée (ou un seul). Si l'on dit le verset4 tous pourraient le proclamer à voix haute chaque fois comme une sorte de refrain.

Le fait qu'une dizaine soit raccourcie de moitié peut signifier que le temps pour méditer sur le mystère est réduit de même, et c'est là, semble-t-il, une tâche d'autant plus ardue, si l'on se met à réciter le rosaire sans le préparer par une lecture et une réflexion sur chaque mystère. Une telle préparation est possible en classe ou dans la chapelle de la communauté, même si cela peut vouloir dire qu'on ne récitera qu'une partie du rosaire dans le temps prévu pour cela.

A vrai dire; que le rosaire ait été réduit matériellement de moitié ne veut pas dire nécessairement que le temps pour le réciter soit réduit d'autant. Le « Je vous salue » peut en effet être récité plus tranquillement, moins mécaniquement et en se rendant mieux compte de ce qu'on dit; en d'autres termes; de façon plus priante. Même un léger arrêt à la fin de chaque « Je vous salue » avant de commencer l'autre sera une aide très importante pour la méditation.

En matière de prière, la qualité est toujours plus importante que la quantité. On a même suggéré que là où il y a peu de temps pour dire le chapelet, au lieu de dire trois dizaines d'une série des mystères, on pourrait méditer sur un mystère de chaque groupe et dans ce cas choisir peut-être trois mystères étroitement liés entre eux (par exemple Cana, le repas pascal, le Calvaire). On consacrera quelque préparation et même quelques devoirs du soir si l'on adopte les mystères du « Royaume ». Il faudra peut-être sept autres siècles pour que cette série devienne familière comme la série des mystères joyeux, douloureux et glorieux.

L'usage d'une lecture tirée de la Bible avant la récitation des prières, fait du rosaire une prière lue. Cette méthode impose un certain style de réunion, un certain lieu de prière. On peut en dire autant du « Rosaire de l'Ecriture ».

Peut-être est-il possible de penser à une préparation éloignée à travers une célébration liturgique des mystères du Rosaire, comme le suggère Dom Dumas dans « l'Evangile avec Marie ». Son plan pour une célébration du rosaire est celui-ci:

 

1. – Entrée: Psaume suivi du Notre Père.

2. – Lecture de la Bible et homélie.

3. – Méditation en silence.

4. – Chant de 3 ave, suivis du Gloria et d'une prière des fidèles.

5. – Bénédiction.

6. – Psaume final.

 

Une célébration de ce genre unit rosaire et célébration de la parole et insère le rosaire dans la prière liturgique. Ce serait une méthode d'enseigner le rosaire et un moyen très adapté de se préparer à quelque fête de Marie (par exemple, la Visitation) ou de célébrer cette fête.

Si le rosaire doit être remis à la place d'honneur, l'organisation d'une célébration de ce genre, modifiée suivant les circonstances, peut devenir nécessaire. Avec un meilleur choix et une meilleure division des mystères doit aller de pair un entraînement à la contemplation de ces mystères, spécialement de nos jours où l'activisme remplace recueillement et méditation. Le rosaire, école de contemplation, ne sera guère aimé là où l'on néglige la méditation. Il faut être prêt à prendre le temps de prier: la récitation du rosaire doit être calme et lente; non pas une mécanique emballée.

Mais les changements suggérés de structures et de formules du chapelet sont bien minces et n'aboutiront pas à grand-chose, et n'intéresseront pas grand monde tant que Marie n'aura pas retrouvé sa place dans la piété catholique. Cette négligence, jointe à l'abandon de la prière, est le mal profond qui ruine le rosaire. Pour certains, il n'y a que la prière liturgique qui ait droit de cité, et les dévotions privées, y compris la dévotion au Saint Sacrement, sont regardées d'un mauvais œil. Le pharisien de jadis se vantait de ses dévotions; peut-être est-ce notre forme moderne de pharisaïsme qui nous fait penser que nous n'avons pas besoin de dévotions du tout. Si le rosaire doit redevenir la prière qu'il a été, il faut encourager une ardente dévotion à Marie. Il faut étudier son rôle et sa vie; imiter ses vertus, demander sa protection et son intercession, car tout cela est la substance même du rosaire.

C'est si vrai qu'on peut raisonnablement conclure que le déclin de la dévotion au rosaire n'est qu'un symptôme, une conséquence de la désaffection générale pour le sacré. Dites-moi, par exemple: quand avez-vous entendu pour la dernière fois un sermon sur la Sainte Vierge, ou quand vous a-t-on exhorté du haut de la chaire à recourir à Marie? Le rosaire, à travers les siècles, a été la prière des luttes de l'Eglise dans les temps troublés. Quand l'Eglise a-t-elle eu plus besoin qu'aujourd'hui de la protection et de l'aide de Marie, Mère de l'Eglise?

———————————–

 

BIBLIOGRAPHIE

 

1. – Cet article est composé surtout à partir de trois articles de M. Trémeau, parus dans l'Ami du Clergé:

Faut-il réformer le Rosaire? (2 novembre 1967).

Le Rosaire aujourd'hui (11 juillet 1968).

« Aujourd'hui le Rosaire (14 novembre 1968).

 

2. – Articles dans la Vie Spirituelle:

«Le Rosaire, évangile de la joie» (M. B. Eyquen, O.P. mai 1968).

«Le Rosaire, et l'Evangile» (M. L. Chauvin, O.P., oct. 1968).

«La Vierge Marie», (R. Laurentin, mai 1968).

 

3. – New Catholic Encyc: Articles sur Rosary. Hail Mary, Our Father

(Bro. Valens, F.M.S. Marcellin College. Randwick).

(Bro. Valens, F.M.S. Marcellin College. Randwick – Australie).

———————————–

 

APPENDICE

 

Les bouts de phrase suivants sont offerts à titre de suggestion pour conclure la première partie du Je vous salue Marie. Il vaut mieux en employer un seul pour une dizaine jusqu'à ce qu'il soit connu et qu'un changement soit devenu nécessaire.

I. Joyeux

1 … lui qui vous a choisi pour sa mère.

2 … lui dont la mère sera bénie par toutes les générations.

3 … lui qui a fait pour vous de grandes choses.

4 … lui que vous avez présenté au Temple.

… lui qui doit amener la chute et le relèvement d'un grand nombre.

… et à cause de lui un glaive vous percera le cœur.

5 … lui qui vous a été soumis.

… lui dont la nourriture était de faire la volonté de son Père.

 

II. Douloureux

1 … lui qui a accepté de faire la volonté du Père. … lui qui a sué du sang à l'agonie.

… lui que ses apôtres ont abandonné.

2 … lui qui a été châtié pour nos péchés.

3 … lui qui est notre roi et sauveur.

4 … lui qui a porté la croix par amour pour nous.

… lui que vous avez rencontré quand il portait sa croix.

5 … lui qui est mort sur la croix par amour pour nous. …

lui qui a fait de vous notre mère.

… lui qui en mourant a fait de nous vos fils.

 

III. Glorieux

1 … lui qui est ressuscité glorieusement des morts.

… lui dont la résurrection a récompensé votre foi.

2 … lui qui nous prépare une place au ciel.

… lui qui reste avec nous tous les jours jusqu'à la fin du monde.

3 … lui qui a envoyé l'Esprit-Saint pour nous rendre forts.

… lui qui a envoyé l'Esprit-Saint pour nous réconforter.

… lui qui a envoyé le Dieu d'amour pour habiter dans nos cœurs

4 … lui dont vous partagez la gloire au ciel.

5 … lui qui vous a rendue Mère de l'Eglise. Rendue reine du ciel et de la

terre.

1 Nos. 3 and 4 of Group III could be joined; the Assumption then becomes No. 4 and No. 5 is Mary, Mother of the Church.

 

2 Roguet suggests that this mystery be called "Jesus institutes the Pasch" so that the Mystery is maintained on the historical level and not reduced to the sacramental level of the Blessed Eucharist.

 

3 Roguet suggère que ce mystère soit appelé: « Jésus institue la Pâque » de manière à maintenir le Mystère à son niveau historique, sans le réduire au niveau sacramentel de la Sainte Eucharistie.

 

4 Voir appendice.

RETOUR

Fondation au Paraguay...

SUIVANT

Recrutement chez les asociaux...