Nos ?uvres

02/Sep/2010

 

A cette place, nous nous proposons de publier, tous les deux mois, une petite notice sur l'origine, les progrès, et l'état actuel de quelqu'une de nos plus intéressantes œuvres: provinces, maisons de formation, externats, pensionnats, orphelinats, écoles professionnelles, etc. A mesure que nous en reconnaîtrons l'opportunité, nous ferons appel, pour avoir les renseignements nécessaires, au personnel dirigeant de ces divers établissements, en l'obligeance duquel nous avons pleine confiance.

En attendant, nous avons cru qu' il serait à la fois utile et intéressant, dans ce premier numéro, de faire passer sous vos yeux un aperçu général de nos œuvres dans les divers pays où nous sommes établis. Non seulement cela nous permettra, dans la suite, de placer plus facilement dans son cadre naturel chacune des œuvres particulières dont nous aurons à nous occuper ; mais ce sera, nous en sommes sûrs, une satisfaction pour votre piété filiale envers l'Institut de voir que, par la grâce de Dieu, l'effroyable tempête qui tout récemment s’est abattue sur lui, a eu pour effet de déplacer son activité, et nullement de la détruire.

Au mois de janvier dernier, à l'occasion du premier voyage du R. F. Supérieur à Rome, nous avons eu à dresser la statistique générale de la Congrégation, et nous sommes arrivés au consolant résultat que voici:

Le nombre de diocèses dans lequel nos Frères exercent leur zèle est actuellement de 152, dont 82 en Europe, 17 en Asie, 8 en Afrique, 32 en Amérique et 13 en Océanie; le total de nos établissements s'élève à 1.341; celui de nos élèves à 83.608 et celui des membres de l'Institut à 5149, dont 302 Frères stables, 2.835 Frères profès de vœux perpétuels, 985 Frères de vœux temporaires; 169 novices ; 165 postulants et 693 juvénistes1.

De ces totaux, établis d'après les listes nominatives qui nous ont été envoyées de toutes les provinces, il résulte que, au 1ier janvier 1907, le nombre des membres perpétuels de l'Institut n'était inférieur que de 20 à celui de 1903, et qu'en tenant compte des professions perpétuelles qui ont eu lieu à nos dernières retraites, il est aujourd'hui supérieur à ce qu'il a jamais été. Parmi les membres non perpétuels — profès de vœux temporaires, novices, postulants et juvénistes — il y a une diminution assez considérable (un peu plus d'un millier) sur le chiffre de 1903; mais, grâces à Dieu, elle tend à disparaître. Déjà le nombre des juvénistes est supérieur de 200 à ce qu'il était à cette époque ; et, si Dieu continue à bénir, nos maisons de formation, comme tout nous le fait espérer, les vides encore existants arriveront rapidement à être comblés.

Aux sept anciennes provinces de Saint-Genis-Laval, Notre Dame de l'Hermitage, St- Paul-Trois-Châteaux, Beaucamps, Aubenas, Varennes et N. D. de Lacabane, qui ont été cruellement éprouvées par la persécution des premières années du siècle, mais qui ont pu conserver leur existence et leur nom, grâce aux établissements qu'elles ont fondés en dehors des frontières françaises, et à la province des Iles Britanniques, dont les premiers établissements remontent à 1852, sont venues s'ajouter, depuis 1903, les 12 provinces nouvelles d'Australie, du Canada et Etats-Unis, d'Espagne, de l'Afrique du Sud, de Colombie, de Chine, de Constantinople, de Syrie, du Brésil Central, du Brésil Méridional, du Mexique et du Brésil septentrional, qui comprennent aujourd'hui la majorité de la population de l'Institut.

1 Depuis lors, le nombre de ces derniers s'est considérablement accru. Il dépasse aujourd'hui les mille.

RETOUR

Ce que demande notre mission de religieux Ins...

SUIVANT

Province du Canada et des Etats-Unis...