Nouvel office de la Sainte Vièrge présenté par labbaye dEncalcat.

27/Oct/2010

Beaucoup de Congrégations religieuses, vouées à Marie par leurs fondateurs, récitent quotidiennement le Petit Office de la Sainte Vierge.

Beaucoup d'entre elles, en éprouvent aujourd'hui l'insuffisance. C'est, en effet, un Office votif, destiné à s'ajouter à l'Office du jour, non à s'y substituer et où, par conséquent, ne se trouvent pas les éléments essentiels de la prière liturgique quotidienne.

Y a-t-il donc incompatibilité entre la fidélité à Marie et l'ouverture à l'esprit liturgique ? Ce serait dire qu'aller au Christ et aller à sa Mère sont deux démarches contradictoires.

En fait, ces deux démarches ne sont même pas différentes. Elles sont impliquées l'une dans l'autre.

Il suffit donc, pour concilier les deux exigences, d'expliciter ce qui est implicite : demander à Marie, à haute voix, que ce soit elle qui nous introduise dans le mystère liturgique de son Fils.

Du même coup, sa présence rayonne visiblement sur toute la prière : les Psaumes, la lecture de la Bible s'orientent doucement vers elle, non par des rapprochements superficiels, mais par un approfondissement jusqu'au cœur.

Ceci réclamera-t-il un gros effort d'invention, la création d'un formulaire neuf ? Même pas. En regroupant judicieusement les textes mariais du Bréviaire romain, des liturgies monastique et dominicaine, milanaise et mozarabe, de certaines liturgies anciennes, en les complétant par quelques emprunts, discrets mais sans timidité, à la liturgie grecque, on peut constituer un « Office de la Sainte Vierge» d'une étonnante variété, d'une doctrine très riche et purement traditionnelle, se déroulant en communion constante avec la liturgie proprement dite.

Quant à la méditation mariale de l'Ecriture Sainte et des grands mystères, elle s'est développée dans l'Eglise, depuis les premiers siècles (saint Irénée) jusqu'aux derniers papes. Bien choisies dans cet immense répertoire, des lectures adaptées à chaque temps de l'année ou à chaque étape de la lecture biblique, composent un vrai traité de mariologie, non systématique, mais vivant, harmonieux et complet.

Voilà ce que les moines d'Encalcat proposent aujourd'hui. On verra ci-dessous comment se présente leur ouvrage.

On ne s'étonnera pas d'y retrouver un air de famille avec leur précédent « Livre d'Heures ». Bien que représentant deux voies différentes pour accéder au cœur du mystère liturgique, les deux ouvrages s'inspirent de la même pensée : dégager et disposer d'une manière pratique les éléments essentiels de la prière de l'Eglise.

La Sacrée Congrégation des Religieux, qui avait fait savoir que les Congrégations de type mariai ne seraient plus autorisées désormais à quitter le Petit Office pour une autre forme de prière non mariale, a accueilli cet « Office de la Sainte Vierge» avec une satisfaction dont témoigne la lettre suivante :

 

SACRA CONGREGATIO Rome, le 17 mars 1959.

DE RELIGIOSIS

 

Révérendissime Père Abbé,

C'est avec une vive satisfaction que la Sacrée Congrégation des Religieux a pris connaissance de l’OFFICE DE LA TRES SAINTE VIERGE préparé par les moines de votre Abbaye.

Ce nouveau texte donne la possibilité d'unir la prière mariale et une attention plus grande aux richesses de l’esprit liturgique particulier à chaque période de Vannée ; la dévotion à la Très Sainte Vierge soulignera plus explicitement la présence maternelle de Marie dans tout le cycle liturgique et la liturgie du temps enrichira la dévotion mariale. Ce résultat mérite certainement les plus sincères félicitations.

La Sacrée Congrégation des Religieux appuie volontiers cette magnifique réalisation qui aidera à maintenir la prière mariale tout en permettant une plus grande variété et une plus grande union à la liturgie dans l'Office de chaque jour.

Toutes les Congrégations qui, de par leurs Constitutions, ont l'obligation de réciter le petit Office de la Très Sainte Vierge, obtiendront facilement (si elles le désirent) la permission de prendre ce nouvel Office comme récitation privée, faite en commun ou en particulier.

Veuillez agréer, mon très Révérend Père, l'assurance de mon religieux dévouement en Notre-Seigneur et Notre-Dame.

VALERIO, Cardinal VALERI, Préfet.

Au Révérendissime Père Abbé,

Abbaye d'Encalcat, par Dourgne

(Tarn)

France

 

 

CARACTÉRISTIQUES DE L'OFFICE

 

La journée se déroule, à quelques détails près, comme avec le Petit Office traditionnel. Mais on dit un seul Psaume aux Petites Heures, (y compris Prime et Complies).

*
*    *

Les Psaumes changent chaque jour, de sorte qu'on ait récité le Psautier complet en deux semaines.

*
*    *

La psalmodie ainsi allégée, on peut, sans dépasser la longueur du Petit Office, donner aux lectures une mesure un peu plus large, de manière à en faire une vraie nourriture et une vraie formation :

A Matines, les trois tronçons de lecture coupés par leurs Répons sont remplacés par une seule lecture (environ une page et demie) propre à chaque jour, suivie d'un seul Répons.

Les lectures de Matines sont prises dans la Bible au moins quatre fois par semaine ; tous les Livres principaux sont largement représentés.

Chaque section est précédée d'une introduction tirée d'un Père de l'Eglise et suivie d'une autre lecture patristique sur la Sainte Vierge, dans le prolongement de ce qui vient d'être lu.

Avec les Homélies des fêtes, ce sont ainsi environ quatre-vingt-cinq textes sur la Sainte Vierge, de saint Irénée à Pie XII, qui figurent dans ce livre.

*
*    *

Le reste de l'Office (Antiennes, Hymnes, Capitules, etc.) varie avec chacune des divisions de l'Année liturgique, de manière à exprimer l'aspect marial de la spiritualité de chaque temps :

Avent : Sion, le «petit reste» du peuple de Dieu, et Marie, le « petit reste » de Sion, attendent le Sauveur qui doit sortir de leur sein ;

Après Noël (jusqu'à la Septuagésime) : Marie a enfanté son Créateur ;

Carême : recours des pécheurs à la Femme qui a vaincu le démon et à la Mère qui intercède pour eux ;

Passion : nous sommes avec Marie sur le Calvaire, tous tournés vers la Croix ;

Temps pascal : après l'épreuve, la lumière ; la Résurrection achève l'œuvre commencée dans le sein de la Vierge ; celle-ci distribue les grâces acquises par son Fils ; après l'Ascension, attente du Saint-Esprit avec Notre-Dame du Cénacle.

En dehors de ces Temps privilégiés, les Antiennes de Laudes et Vêpres et les Répons varient encore, pour présenter successivement les aspects divers du mystère de Marie.

*
*    *

En outre, sont pourvues d'un Office entièrement propre : les fêtes du Temporal, toutes les fêtes de la Sainte Vierge, les très grandes fêtes des Saints.
Les autres fêtes (à partir de double majeur) sont simplement commémorées.

*
*    *

Quant aux dimanches, outre les Psaumes dominicaux traditionnel, ils ont en propre chacun leur oraison, ainsi qu’une homélie suivie d’un Répons propre, et les Antiennes du Benedictus et du Magnificat, faisant le lien avec l’Evangile du jour.

RETOUR

Bibliographie mariale...

SUIVANT

Pérou - Cinquantenaire de la Province...