Nouvelles de Madagascar

06/Oct/2010

Bétafo. Nous avons une moyenne de 320 à 350 élèves. Je dis une moyenne, parce que dans le courant de l'année scolaire, il y a constamment des hausses et des baisses assez considérables, amenées par les maladies qui règnent presque constamment dans le pays. Cette année, par exemple, la peste a fait des ravages de notre côté. Nous avons perdu un professeur et plusieurs élèves.

La fièvre fait aussi beaucoup de mal, et chaque jour nous avons des absences nombreuses, surtout en ce moment, où le froid du matin est suivi d'une chaleur terrible dans la journée.

Parmi nos élèves nous avons 42 pensionnaires payants. Il y en a, en plus, cinq qui sont à notre charge et qui, en compensation, aident pendant les récréations et les promenades aux travaux du jardin et de la maison. Cela porte notre internat à 47.

Nous présentons les élèves aux deux diplômes qui leur permettront d'enseigner dans les écoles indigènes du premier degré, ou de trouver une bonne situation. Après la réussite au premier examen, le candidat peut enseigner comme adjoint et après le deuxième examen, il peut être titulaire d'une école.

Ceux d'entre eux qui se destinent à enseigner chez nous contractent un engagement avec la Mission. Désormais, tous nos professeurs auront été formés par nous, ce qui n'est pas un petit avantage.

Les élèves qui ne peuvent pas entrer dans une administration quelconque, et c'est la grande majorité, choisissent un métier selon leur goût.

Nous avons la Croisade eucharistique qui marche fort bien et l'Apostolat de la Prière. Il y a très bon esprit parmi les élèves.

Tous communient fréquemment et le plus grand nombre tous les jours.

Nous sommes toujours en très bons termes avec les Pères de la Mission. Malheureusement, ils ne peuvent faire pour l'école tout ce qu'ils voudraient, faute de ressources, et c'est ce qui fait qu'il nous manque encore bien des choses, qui nous seraient très utiles pour l'enseignement. Enfin, on est en mission ! Que le bon Dieu soit béni !

Les affaires ne vont pas très bien, et nous aussi nous souffrons de la crise générale. Le commerce ne marche pas, les denrées ne se vendent pas ou à prix trop bas vu le salaire des ouvriers et le montant des impôts. C'est ce qui amène comme conséquence la baisse du nombre des pensionnaires.

Nous allons avoir des voisins, relativement, puisque les Frères du Sacré-Cœur vont ouvrir une Ecole à Ambatolampy. Nous y perdrons quelques pensionnaires venant de cette région, mais cela fera toujours une Ecole religieuse de plus, et la Grande Ile en a bien besoin.

 

Antsirabe. — Je suis allé ces jours derniers faire une visite à notre nouvelle propriété d'Antsirabe. Le Frère Bonus a fait exécuter là de vrais travaux de Romains. La bénédiction de la première pierre aura lieu le 8 septembre. Si cela continue à marcher ainsi, je crois que l'on verra vite la fin, et que nous aurons là une maison et une propriété fort convenables. J'ai fait couper 56 eucalyptus de notre propriété de Bétafo, pour fournir de l'aide aux échafaudages.

Le 19 septembre nous aurons la messe dans la nouvelle église encore inachevée, et à Noël nous quitterons définitivement l'ancienne église-grange pour la nouvelle, qui est une merveille auprès de l'actuelle. Mais il y a encore beaucoup de travaux pour qu'elle soit achevée, à moins que l'argent ne vienne vite, ce qui est fort douteux dans les temps actuels.

RETOUR

Le nouvel Internat de Rio de Janeiro...

SUIVANT

Nos Frères en Yougoslavie...