Noviciat Ă  Timaru

10/Mar/2010

Le plus méridional des Noviciats

Le N. 90 du Bulletin avait annoncé l'achat d'une belle et grande propriété destinée à donner à la Province de Nouvelle-Zélande le Noviciat qu'elle n'avait pas encore. C'est aujourd'hui chose faite et le Noviciat fonctionne à la satisfaction commune.

Le 29 septembre cinq postulants, après une fervente retraite, recevaient le saint habit à Tuakau, qui est le juvénat de la Province et la pieuse cérémonie, qui n'avait pas encore eu lieu sur le territoire de la Nouvelle-Zélande, ouvrait une ère nouvelle.

Dès le lendemain, les heureux petits Frères, accompagnés de 3 postulants, et conduits par le C. F. Justin, partaient à 1000 kilomètres de là pour la nouvelle maison, mise en état depuis peu, et y commençaient leur noviciat.

S. E. Mgr Brodie, si dévoué aux Frères, dont il est fier de se dire l'ancien élève, arriva peu après eux pour bénir la nouvelle demeure et y dire la première messe. Il voit avec une si grande joie un noviciat de Frères Maristes s'ouvrir dans son diocèse qu'il a voulu fournir lui-même tout le nécessaire de la chapelle, depuis l'autel jusqu'aux ornements.

La maison est complètement isolée à la campagne, étant à environ 15 kilomètres de la ville voisine: Timaru, et dans tut site tout à fait tranquille. Il faut même s'ingénier pour se procurer sur place une partie des vivres. C'est pourquoi la plus grande partie des terres, qui ont une superficie de 50 Hectares sont mises en culture et fourniront de quoi nourrir la maisonnée à moins de frais. Déjà divers arrangements avec des fermiers voisins, qui seront payés en nature, aidés de chômeurs, pour lesquels le gouvernement donne une petite allocation, permettent d'espérer de belles récoltes de blé.

 

La viande sera prise sur un petit troupeau de moutons qu'on désire porter à une trentaine de têtes au moins. Les œufs et le laitage sont déjà assurés.

La population environnante est formée de fermiers se livrant à l'agriculture et à l'élevage. Ce sont de braves gens laborieux et bienveillants.

Bref, c'est la solitude complète, loin du monde. Le service religieux est assuré par un bon Père Mariste qui vient chaque matin de Timaru.

La communauté est formée pour le moment de quatre Frères, y compris le C. F. Justin, ancien Provincial, Maître des Novices, et bientôt, si ce n'est fait à l'heure actuelle, quelques postulants viendront se joindre à ceux déjà arrivés.

D'est donc là-bas, au bout du monde, un heureux noviciat où se forment, loin du tumulte d'ici-bas, et dans l'isolement propice au recueillement, l'avenir d'une belle Province qui, grâce à Dieu, ne cesse de grandir, d'une façon bien consolante.

RETOUR

Un Ă©tudiant dautrefois...

SUIVANT

Tous à Rome - Année sainte...