Oeuvre des catéchismes à Salda, Syrie

26/Oct/2010

1. Un ancien élève du collège d'Alep, le R. P. Joseph També, de la Société de Jésus, neveu de deux de nos Frères, a été ordonné dernièrement, selon le rite grec-catholique. Il a voulu chanter sa première messe dans la chapelle du collège. De même, à Alep encore, a eu lieu le sacre de Mgr Georges Sayegh, Patriarche arménien-catholique, ancien élève du collège.

2. A Damas, le F. Directeur de notre collège a dû « littéralement se gendarmer pour refuser des élèves qui venaient se faire inscrire en masse. Les recommandations lui pleuvaient comme cailles au désert du Sinaï. Si l'on avait fait droit à toutes les demandes, le primaire, à lui seul, aurait eu plus de mille élèves. Ce qui montre que, malgré toutes les vicissitudes politiques, la population a maintenu sa confiance aux Frères ».

3. A Saïda, l'antique Sidon de nos livres d'Histoire, nos Frères construisent un nouvel édifice plus vaste et plus conforme aux exigences de la saine pédagogie. Dans ce collège, l'Œuvre des Catéchistes volontaires a pris une remarquable envergure. Plus de cinquante grands élèves s'y consacrent avec zèle et s'intéressent à plus de 1.900 enfants. L'Œuvre a pu faire l'acquisition d'une voiture Ford pour favoriser les déplacements des catéchistes, obligés souvent de se rendre à des distances considérables. Le chauffeur reste à la charge du collège et le C. F. Directeur a eu la complaisance de laisser, au profit de l'Œuvre, les petites sommes recueillies pour le transport éventuel d'autres personnes. Les catéchistes volontaires visitent aussi les prisons, y distribuent la parole sainte et laissent aux détenus de nombreuses publications religieuses ou édifiantes. Ils organisent aussi, avec le concours gracieux d'un religieux de Beyrouth, des messes du soir, dans des villages éloignés, dépourvus de pasteur. Certains anciens catéchistes tiennent à cœur de continuer leur apostolat auprès des pauvres. C'est ainsi qu'un ancien élève, ingénieur à Koweït, se dévoue à faire le catéchisme aux enfants chrétiens de ce pays si isolé. D'autres, employés à Damas, retournent chaque dimanche dans leur village et s'y occupent à porter la parole de Dieu aux pauvres et aux ignorants, enfants et adultes.

L'Œuvre veille à faire du travail durable. Plus qu'à la quantité, le Frère qui la dirige vise à la bonne qualité du travail réalisé. Il s'inquiète avant tout, de la formation solide des catéchistes, car, nous dit-il, « ces jeunes ne peuvent donner ce qu'ils n'ont pas. Il est urgent qu'on les forme, qu'on les documente, qu'on les porte à la pratique personnelle de ce qu'ils doivent enseigner. Le catéchiste doit être un autre Christ vivant, communiquant la vie de la grâce, travaillant comme son divin modèle, au salut des âmes par la prière, le sacrifice, l'humilité, la bonté, le zèle, la générosité, le savoir et la bonne humeur ».

Cet exemple de Saïda a été suivi dans tout le District et les collèges de Jounieh, de Jbeil et de Damas ont aussi leurs équipes catéchistiques qui font le catéchisme à quelques centaines d'enfants.

Pour compléter ces quelques mots sur l'activité apostolique au Proche-Orient, ajoutons que nos Frères de Liban-Syrie dirigent sept collèges ou écoles qui donnent l'enseignement à 4.575 enfants ou adolescents. 620 le reçoivent à titre gratuit. Les élèves se partagent en des confessions diverses : les catholiques comptent 1.972 Maronites, 700 Grecs, 314 Arméniens, 197 Syriens, 134 Latins, 44 Chaldéens. Les orthodoxes sont représentés par 1.311 Arméniens, 219 Grecs et 93 Syriens. On trouve 732 Musulmans, 9 Druzes, 5 Nossaïris, 7 Israélites.

Les nationalités sont aussi très bigarrées : il y a des Libanais, 2.456 ; des sujets de la R.A.U., 1 916 ; des Palestiniens, des Turcs, des Hellènes, des Iraquiens, des Jordaniens et quelques Européens.

RETOUR

Union de la Congrégation des Frères de Sain...

SUIVANT

Madagascar...