Pour faire connaître le B. Fondateur

15/Oct/2010

Le Révérend Frère Supérieur Général (Circulaire du 24 mai 1939, p. 227), après l'exposé historique de la cause du Vénérable Fondateur et l'énumération des efforts réalisés dans

l'Institut constituant « un capital précieux dont le revenu nous sera servi au terme marqué par la Providence », conclut ainsi : « Et c'est à l'accroissement de ce capital que je viens vous inviter tous à travailler, au cours de cette année préparatoire au centenaire de la bienheureuse mort du Vén. Père Champagnat, par une vie plus sainte, par une fidélité plus exacte à nous acquitter de tous nos devoirs et par une grande dévotion au Sacré-Cœur de Jésus, à la Sainte Vierge et à saint Joseph. » Puis il prescrit un triduum mensuel jusqu'en juin 1940.

A lire les revues de famille qui nous arrivent de quelques provinces, l'invitation du Rév. Frère Supérieur Général est filialement accueillie. Le triduum se fait avec ferveur. Partout, le zèle inspire d'heureuses initiatives pour mieux faire connaître et aimer notre Vénérable Père. D'après de multiples échos, le 6 juin devient pour tous les membres de l'Institut et les élèves de nos établissements une fête qui, nous en avons l'intime conviction et le ferme espoir, deviendra, dans la suite une grande solennité religieuse… Dans les classes, des explications spéciales instruisent nos élèves sur la personne du Vénérable Fondateur et les ouvres de l'Institut.

L'espace manque pour reproduire ou simplement analyser ce qui se fait d'intéressant en ce sens. Ainsi, pour en donner un exemple entre cent autres, dans une importante « high school » des États-Unis, à l'occasion du triduum préparatoire au 6 juin, une feuille a été remise aux élèves, chaque jour. Elle portait en tête : Venerable Marcellin Champagnat, Founder of Marist Brothers, puis respectivement, I. Who he is. — Il. What he has done. — What he is still doing. — Chaque page condensait assez de matière pour servir de canevas ou de sommaire aux développements du maître. En outre une élégante et brève esquisse, due à la plume du Père Neil Boyton, S. J., leur permettait d'avoir un aperçu de la vie laborieuse et féconde du Vénérable Fondateur.

Dans une autre grande république américaine, l'éditorial H.M.E. de Buenos-Aires, sous le titre « Un apóstol de la juventud », offre en une plaquette artistique (comme toutes ses magnifiques éditions d'ailleurs) une gracieuse synthèse de la vie et des vertus du Vénérable serviteur de Dieu, Marcellin Champagnat, fondateur des Frères Maristes.

Certes l'action et une intense propagande en vue de promouvoir une dévotion plus raisonnée envers notre Vénérable Père sont parfaitement légitimes, mais combien il est souhaitable de ne pas perdre de vue que c'est par la sainteté de notre vie et le parfait accomplissement de la volonté de Dieu à l'imitation de Jésus, Marie, Joseph que nous attirerons sur le rayonnement de notre zèle les bénédictions du Seigneur.

RETOUR

Nos Frères mobilisés...

SUIVANT

Petite histoire de lInstitut...