Pour mieux connaître, mieux aimer, mieux imiter Saint Joseph !

21/Oct/2010

En avril 1940, on lisait au Bulletin de l'Institut (T. XVII, p. 72-73) : « Pour la Compagnie de Jésus, la dévotion à saint Joseph est un legs de son fondateur. Ignace vit au moment où elle prend son grand essor. C'est sous l'inspiration de ce maitre de la vie intérieure qu'il compose les Exercices spirituels. Saint Joseph y est proposé aux considérations des retraitants. Saint Ignace garde une image du Père virginal de Jésus dans son oratoire ; c'est devant elle qu'il aime à faire oraison et à célébrer le saint sacrifice de la messe. Tout de suite, la Compagnie de Jésus travaille largement à répandre la dévotion à saint Joseph dans l'Eglise. Ses missionnaires portent son nom jusqu'aux extrémités de la terre ; ils mettent sous son patronage leurs travaux, leurs églises, leur centres fondés, comme par exemple au Canada, au Paraguay. Les prédicateurs, directeurs de conscience, écrivains, apprennent aux fidèles à recourir à lui. Les théologiens, tels que Salmeren, Pierre Canisius, Suarez, etc., unissant la piété à l'exactitude doctrinale parlent du grand Patriarche avec science et amour. Les éducateurs font de leurs collèges des foyers d'apostolat sous le vocable de saint Joseph1. Le troisième an, cette école du cœur (schola affectus) comme l'appelle saint Ignace, devant retremper l'âme dans la vie intérieure, dans l'humilité, l'abnégation de soi, l'amour de Notre-Seigneur et de Notre-Dame, toutes vertus dans lesquelles le bon saint a excellé, se trouve placé d'une façon toute spéciale sous son patronage. »

Ajoutons à ce rappel que la traditionnelle dévotion à saint Joseph se maintient dans la Compagnie de Jésus. En effet, les Supérieurs de notre Institut ont eu l'avantage d'avoir pour prédicateur de leur retraite, en 1952, le R. P. Henri Rondet, excellent professeur de théologie et grand serviteur de saint Joseph. Il a donné dans la Nouvelle Revue Théologique (février 1953) un bel article sur l'histoire du développement de la dévotion à saint Joseph et la théologie qu'il implique et dont un tiré à part se trouve chez Casterman, à Paris. Les lecteurs du Bulletin n'ont sans doute pas oublié les pages que le Révérend Père a bien voulu écrire pour eux (T. XX, janvier 1953, p. 309), sur la mission de saint Joseph.

Cette année encore, le R. P. Charles Jacquet, Maître des-Novices dans la Compagnie, au cours de substantielles méditations présentées aux Supérieurs en retraite, a parlé avec une pénétrante onction de saint Joseph. Il a consenti lui aussi à écrire pour le Bulletin de l'Institut la magnifique méditation suivante. Puissent ces pages méditées à l'occasion des prières du Rosaire, où le Patronage du grand saint est invoqué avec le recours à Notre-Dame, nous exciter à mieux connaître, mieux aimer et mieux imiter notre Premier Patron, le très bon et très puissant saint Joseph !

1 Que de glorieuses pages pourraient s'écrire, par exemple, sur l'immense rayonnement de l'Université Saint-Joseph de Beyrouth dans tout le Proche-Orient !

RETOUR

Congrès de culture catholique - Mexique...

SUIVANT

Saint Joseph, notre modèle...