Province de Cuba

F. C. M.

19/Oct/2010

Retraite fermée à Ciego de Avila. — Vingt-sept jeunes gens d'Action Catholique appartenant aux groupements fédérés « Saint Louis-de-Gonzague » et « Marcellin-Champagnat » de la ville d'Avila, ont pris part aux exercices spirituels prêchés par le R. P. Oslé, S.J., du 21 au 24 juillet 1950.

Le R. P. Oslé a affirmé que ce groupe de retraitants a surpassé en ferveur tous ceux qu'il a présidés depuis bien des années en sa qualité de Conseiller National d'Action Catholique. Il ajoute qu'à la considération des scènes de la Passion de Notre-Seigneur, plusieurs des retraitants ont versé des larmes et qu'il n'a pu retenir les siennes en entendant leur confession.

Un des jeunes adolescents de 14 ans qui prenait part à ces saints exercices comme aspirant d'A.C. et qui n'avait de blanc que les yeux et les dents, a reçu le baptême et s'est approché pour la première fois de la Sainte Table.

(De Estrella del Mar, septembre 1950.)

 

Notre-Dame de Fatima à Pontós. Pontos a vécu des heures de profonde émotion les 6 et 7 juillet de l'Année Sainte, à l'occasion du passage de la statue de Notre-Dame de Fatima. Notre Noviciat s'est pleinement associé à toutes les manifestations.

La réception était déjà préparée de longue date ; mais la veille un défilé ininterrompu de chars et de voitures déverse des branches et des fleurs dans les rues, les places et l'église paroissiale. Personne ne reste indifférent. Pontós est bientôt transformé en un Eden enchanteur : ici c'est un tunnel fantastique soutenu par plus de cinquante arcs et qui va de la Croix à la grand’ place ; là un somptueux tapis velouté aux couleurs rouge et jaune qui s'étend jusqu'à La Pobla ; ou un jet d'eau artistique traduisant l'appel angoissé que provoque la sécheresse persistante. Tout le trajet que doit parcourir la Vierge Pèlerine apparait comme un immense dais d'arcs, de banderoles, de guirlandes et de pieuses invocations.

Personne ne manque à l'arrivée de la Vierge. M. le Curé préside la réception ; M. le Maire dépose aux pieds de Marie son bâton de commandement ; d'innocents enfants récitent des poésies et offrent de jeunes pigeons, et sur l'estrade d'honneur apparaît la belle soutane mariste, jamais plus belle qu'à côté de sa Mère Immaculée, pour lui souhaiter la bienvenue en des vers d'une charmante simplicité.

La vaste église paroissiale est trop étroite pour contenir ce peuple enthousiaste qui ne cesse d'acclamer sa Souveraine et de lui tenir compagnie pendant toute la durée des longues cérémonies de la nuit et de la matinée : sermon de mission, offrande à Marie, Heure Sainte, veillée nocturne, Rosaire de l'aurore, de 3 à 6 heures du matin ; communion générale, messe solennelle dont les chants sont exécutés par la chorale de notre Noviciat.

La vénérable statue est ensuite portée en procession jusqu'à notre chapelle. Elle avance sous une voûte d'oriflammes, d'arcs, d'acclamations et d'affiches « porte-voix du message de Fatima ». Sur la façade de la chapelle; un Rosaire monumental encadre en forme de blason le monogramme mariste illuminé. A l'entrée du sanctuaire, les effigies de Notre-Dame du Pilar, de Guadalupe et de Lourdes souhaitent la bienvenue à la conquérante de Fatima et du monde.

Avec quelle ferveur on prie, on chante au cours des cérémonies qui se déroulent, six heures durant, en l'honneur du Fils et de la. Mère

Les petites colombes qui, nuit et jour, font une pacifique cour à la blanche Madone, se montrent inquiètes dans notre chapelle : c'est que les Novices, non contents d'avoir transformé le sanctuaire en un joyau, veulent faire du socle de la statue de Notre-Dame une corbeille de fleurs. Les colombes respectent nos droits de monter une garde d'honneur à notre Mère et optent pour un abri plus tranquille et plus frais sur le maître-autel, entourant la porte, les côtés et le dessus du tabernacle jusqu'au moment du départ où elles reviendront en bon ordre à leur place d'honneur.

La procession se remet en marche pour la visite des malades, au cours de laquelle toute l'assistance prie avec ferveur et chante à pleins poumons les Ave de Fatima ct le Salve Regina populaire.

Puis ce sont les adieux, précédés du sermon de persévérance, de la consécration aux saints Cœurs de Jésus et de Marie. Des centaines de bras agitent des mouchoirs blancs, des vivats et des applaudissements se font entendre et des larmes mouillent les yeux en voyant s'éloigner l'image vénérée d'une Mère tendrement aimée.

                                                                               F. C. M.

RETOUR

Distinction au coll. de Cali, Colombie...

SUIVANT

États-Unis...