S. E. le Cardinal Giustini Protecteur de lInstitut

21/Sep/2010

Le 17 mars dernier, une mort inattendue enlevait à l'Église en la personne du Cardinal Giustini, une de ses plus vives lumières et à notre cher Institut un de ses plus éminents Protecteurs et de ses amis les plus dévoués.

Né le 8 mai 1852 à Cineto Romano, dans le diocèse de Tivoli, et créé cardinal par Pie X, le 25 mai 1914, en même temps que le Cardinal Jacques Della Chiesa, qui est aujourd'hui N. S. P. le Pape Benoît XV, il était très versé dans les matières ecclésiastiques, ce qui lui avait valu de prendre part pendant de longues. années aux travaux des Sacrées Congrégations romaines à titre d'Auditeur de Rote, de Consulteur très apprécié des S. Congrégations du Saint Office et du Concile, de Secrétaire des S. Congrégations des Evêques et Réguliers et des Sacrements, etc. …

Dans l'accomplissement de toutes ses charges, il se distingua par sa culture d'esprit, sa vaste compétence juridique et sa grande rectitude de pensée et de jugement : aussi, à la mort du Cardinal Ferrata, à la fin de 19I4, il fut jugé digne de le remplacer comme Préfet de la S. Congrégation des Sacrements, quoiqu'il ne fût cardinal que depuis quelques mois.

Le 25 janvier 1916, par choix de N. S. P. le Pape, il succédait également au Cardinal Ferrata comme Protecteur de notre Institut : et, bien que nous devions une grande reconnaissance tous ceux qui l'avaient précédé dans cet office, nous devons dire que nul ne l'a pris plus au sérieux et ne l'a exercé avec plus de cœur, de compétence et de dévouement que lui.

Pendant le temps trop court que la Providence nous l'a laissé, notre C. F. Procureur Gal et nos Premiers Supérieurs n'ont jamais fait appel â ses lumières, à son expérience et à sa bonté sans trouver auprès de lui, selon la circonstance, le sage conseil, la direction sure ou l'appui décidé dont ils avaient besoin. Il s'intéressait particulièrement à la cause de béatification du Vénérable Père Champagnat, dont il était "ponent" et qui perd en lui, un de ses promoteurs les plus convaincus.

Nous nous ferons un pieux et reconnaissant devoir de prier fervemment et beaucoup pour le repos de son âme, afin que le Seigneur daigne lui donner au ciel une place distinguée parmi les grands serviteurs de la Sainte Eglise.

RETOUR

Le Juvénat de Huichapan...

SUIVANT

Regina angelorum...