Sadapter ou mourir

07/Jun/2010

A « desmaristizacào » de nossas escolas deve nos levar a reconsiderar nossa acáo. A « reciclagem » e o estòrco permanente de adaptacào permitem urna boa catequese! É necessàrio dar aos pais um papel ativo de partecipalo.

O problema nào é sòmente de método ou ciencia, mas de vida de fé a intensificar pela oracào, caridade e apostolado.

A catequese marial deve também tender a um firn de imitacào e fazer de nós modelos de vida.

La « desmaristización» de nuestras escuelas debe inducirnos a reconsiderar nuestra obra.

El « recyclage y el esfuerzo constante de adaptación garantizarán una buena catequesis.

Hay que tratar de conseguir de los padres una participación activa.

El problema no es sólo asunto de método y de ciencia, sino, más bien, de vida de fe, alimentada por la oración y el apostolado.

La catequesis mañana debe tener como objetivo la imitación, para hacer de nosotros verdaderos modelos de vida de fe, alimentada por la oración y el apostolado

———————————–

Adapt or die1

 

The challenge of maintaining the Marist Catholic School in the face of decreasing numbers of Religious Vocations.

A simple examination of recent statistics2 of the Institute brings out again a factor which has been more and more in evidence in recent years3.

In 1968, there were 9621 Professed Brothers for 395,583 pupils, while in 1970; there were 9052 Brothers for 416,184 pupils. Add to this that in 1968, there were 350 Novices, and 1986 in Annual Vows, while in 1970 there were only 177 Novices and 1663 in Annual Vows.

It is equally obvious, even without knowing the exact figures, that during those same years many Brothers, while remaining in the Institute, have withdrawn from the active apostolate because of age or ill-health.

The simple conclusion is that while the number of students is increasing, the number of Brothers engaged in the active apostolate is decreasing.

According to the study referred to in Note (2) the Brother/pupil relationship:

in 1960 was 1 Brother to 32.7 pupils

in 1968 was 1 Brother to 41.1 pupils

in 1970 was 1 Brother to 46.7 pupils

Some English-speaking Provinces compared with this over-all picture, show in 1970:

Province A: 1 Brother to 43.9 pupils

Province B: 1 Brother to 40.8 pupils

Province C: 1 Brother to 44.1 pupils

Province D: 1 Brother to 34.7 pupils

Province E: 1 Brother to 31.5 pupils

If one goes a little further into the figures, it is well known that not all Brothers are engaged in teaching. Taking this into account for these same Provinces, the figures become in 1970:

Province A: 1 Brother for 63 pupils

Province B: 1 Brother for 82 pupils

Province C: 1 Brother for 56 pupils

Province D: 1 Brother for 46 pupils

Province E: 1 Brother for 45 pupils

Another factor which must be considered is that there are Brothers, increasing in numbers these latter years, who find themselves no longer able to give Religious Instruction to boys.

The increasing number of lay teachers which these figures imply, is not in itself an alarming feature, but nevertheless some questions need to be asked and answered:

Are our lay teachers sharing the task, not only of teaching secular subjects, but also of assuring the proper character of our Marist Catholic School?

Is the influence of the Brother as a Religious Teacher decreasing or increasing in the face of these increasing number of pupils?

Has our teaching of Religion and more particularly, the Religious influence of our Schools increased with the increasing numbers?

Can we expect the same results in respect to our Religious influence if our methods have not taken into account these changing numbers?

It is not the purpose of this article to treat of the general apostolate of the Brother and the personal and community qualities that are necessary in order to achieve its fulfilment. I should like simply to state from the Council Vatican II, and from our General Chapter Documents just what constitutes the special character of our Marist Catholic School, and to see how this might be maintained even by a few Brothers in each School. Far be it from me to suggest a dispersion of our effort by the indiscriminate opening of many new schools. A prudent decision by local Superiors is always necessary. But even now there are:

a. Schools where there are few Brothers,… and

b. urgent calls to open new schools in certain areas.

It would be a shame if unwillingness to change made us blind to (a) and deaf to (b).

 

The special character of the Catholic School.

 

After acknowledging the obvious fact that "no less than other schools does the Catholic School pursue cultural goals and the natural development of youth," the Vatican II Document goes on to point out the several distinctive purposes of the CATHOLIC School4: (3). It aims

i. to create for the School community an atmosphere enlivened by the Gospel spirit of freedom and charity;

ii. to help the adolescent in such a way that the development of his own personality will be matched by the growth of that new creation which he became by Baptism;

iii. to relate all human culture eventually to the news of salvation so that the life of Faith will illumine the knowledge which students gain of the world, of life, and of mankind.

The proper and legitimate form of a Catholic School must manifest the power to stimulate and encourage the formation of Christian personality. Its form of being and acting provides a model in the wide area of the "servitium scholasticum" of the Catholic Church. Its spiritual and intellectual form can be manifested in a multitude of internal and external school structures. In schools attended by non-Catholics a special missionary and apostolic responsibility is laid upon the specifically Christian elements of instruction and education. Here, above all, it must become apparent that the school is a ferment of Catholic life — even for the surrounding district. Teachers in such schools take the lead in the apos-tolate of the faithful. Their formative efforts, undertaken in a spirit of tolerance and consideration, add up to the creating of a human, brotherly, and righteous world according to the spirit of the Gospel5.

How all this is envisaged as working out in practice in our Marist Catholic Schools has been the subject of a study made by our General Chapter of 1967-68. This can be found especially in the Document on Apostolic Life, Part IV, Christian Formation of our Pupils, page 55 et. seq.

It is not necessary at this stage to go through this Document in detail. This should be a subject of study for every Brother, and each Province should see how this Document is being put into practice. Study sessions on it are necessary— first, to know it, and secondly to adapt it to practice within the local conditions.

Allow me to recall here, however, some of the Recommendations based on this Document6.

On account of the complexity of the question of modern Catechetics, the Chapter did not see it as one of its functions to produce a Document specifically on this subject. Several valuable documents have been produced by different Conferences of Bishops. These deserve our study and adaptation to actual needs, especially if we are working in those countries where they have been produced7.

The Chapter did, however, stress the importance of Catechetic, both within and outside the School8 and especially the importance of the formation of Brothers as Catechists9. This formation is envisaged for two groups of Brothers. The Chapter stressed the need for the «reformation" of those Brothers—the majority amongst us— "who were trained many years ago and for whom refresher courses would be useful and necessary." These Courses are necessary, not only to keep us in touch with the rapidly developing theological thought in the Church, but also to keep us aware of the changing needs of youth in our present world.

 

In general, «Formation" must no longer be envisaged as something you do once and for all before you begin teaching. It is a continuing process which calls for " permanent adaptation of methods, a good knowledge of the world of the young, in rapid evolution to-day, the use of new forms of group research, enquiries, debates, hearing the witness of the lives of others, encounters with other milieux10 ". Once we stop learning and adapting, we should stop teaching, especially in matters of Christian living.

 

Recommendation No. 811 touches what has always been a principle within the Church, but not always a practice in Catholic Schools. We have always defended the Parents' right to educate their children, but often enough we have put into action only half of Father Champagnat's expression that we are the substitutes for, and the co-operators with the Parents. Parents have been encouraged to support Catholic Schools, but the education given therein has been largely the preserve of the teachers. Even if it be by force of circumstances, it would be a good thing now if we encouraged Parents to take a really active part in the specifically Catholic aspects of the education of their children. A special article would be necessary to develop how this could be done, but a "home-centered" religious formation has much to recommend it as against a "school-centered" one. Several very helpful initiatives have begun in some Provinces to obtain the co-operation of Parents within the school context, while several Provincial Chapters have spoken of the possibility of giving Religious formation outside the school context,—a formation given largely through the Liturgy and based on the extra-school life of the child—that life which is not only longer in time, but in many ways less artificial.

 

Recommendation No. 1012 comes to the very heart of the question, for Religious formation is not simply a matter of instruction, but of life. Too much time has been lost, too many good friendships broken, in debates and wrangles over "Catechisms" and texts on "Christian Living." What we know is important; how we learn it is the teacher's life-long concern; but what remains essential is that" the faith of the pupils find expression in our school, through the life of prayer, reception of the sacraments, the educational and apostolic organisations." In sub-headings a, b, c, d, the Chapter Document spells out some details of this expression in terms of…

prayer, personal, community, liturgical;

the sacraments;

works of charity;

apostolic movements.

Add to this No. 1213 which speaks of the awakening of Priestly and Religious Vocations, and we have a fairly comprehensive life-programme for a Catholic School. When I say "life-programme," this implies of course, not just talking about the items listed, but providing real opportunities for the boys to practise them.

As No. 10b so wisely remarks, this will require, inter alia, that we "ensure in our schools the service of zealous priests and organise everything to facilitate the reception of the sacraments14". Notice the word «zealous," and notice the orientation of the Priest's work towards the Mass and the Sacraments. The Priest's presence in the school can only be destructive of Catholic life if he comes to give an unprepared talk on irrelevant topics, using a method ill-adapted to his youthful audience. We must seek out Priests who are sympathetic with the young people, and, if necessary, convince the Bishops that they be allowed to cross parochial and even Diocesan boundaries.

Recommendation No. 1115 reminds us of our special Marial character. Following the lead of Vatican II, we must give Mary her true place in the Church and in our life. This is more than just giving even a weekly instruction on Our Lady. We have long felt the inadequacy of the "Catechism of the Blessed Virgin," and "Behold Thy Mother," but what have we put in their place? It is not sufficient to avoid what is bad. We must actively promote what is good. Our own Constitutions set a good example, showing the place of Mary in the whole of our spiritual life. We must aim to do something similar for our students, realising that She is the perfect image of the redeemed and of the Church. If the world is to see in the Church the true face of Christ, it will be also the face of Mary, who is the image (the type) of the Church. If charisms mean anything in the Church to-day, we cannot deny that it is ours to portray the life and the virtues of Mary, which are those of Christ Himself.

Finally Recommendation No. 916 touches a crucial issue in our Religious-Teacher vocation—the importance of the Christian witness of our apostolic community. It was this that astonished the pagans of the first century—these Christians— "see how they love one another." It was the dying wish of our own Blessed Founder. The late Brother Clement used to quote someone as saying: "your actions cry out so loudly, we cannot hear what you are saying." "Faith and charity" must be "the source of personal and collective dynamism in the schools we direct and inspire17". Even if we did nothing else but maintain a rich and radiating Religious community within the school, it would be worthwhile. In fact it is probably safe to say that this should be our main concern. Better not to give Religious Instruction if we are going to give it badly, provided that the time saved is devoted to prayer and the improvement of our Religious Community life. Obviously this is not even a suggestion that we leave off Religious Instruction; but it is a plea for an authentic "witness for the Christian formation of our pupils18".

It remains to say just a few words of conclusion. We would be untrue to the tradition of our Blessed Founder, and contrary to the express wish of Our Holy Father, the Present Pope, Paul Vlth. were we to suggest that the Brothers abandon all else to devote themselves to the teaching of religion. In his message to the Institute on its 150th anniversary, the Pope saw fit to recall the words of our Blessed Founder when he said: " If it were simply a matter of teaching secular subjects, Brothers would not be necessary, for school masters will do that well enough. Were it a matter of being simply Catechists to teach religious doctrine, reunions of pupils from time to time would suffice. But we want to do much more than that. We wish to educate children, to make them understand what they must do, lead them to act from supernatural motives, help them to acquire a religious way of life—the virtues of a Christian and of a good citizen19".

To do all we have considered here, Brothers must not leave off teaching other subjects. Some may indeed concentrate on religious matters, and these will tend to teach less of the secular subjects. Others may not teach any religion. This will depend on particular situations and on individual capabilities. Even so, all Brothers should be able to organise a community prayer, a scripture reading or study session, a liturgical celebration.

 

The main thing, as Recommendation No. 1320 says, is that "one or several Brothers should be in charge of the Christian formation." How much each one will have to do, and what form it will take, will depend on local circumstances.

It remains certain, however, that if the Marist Catholic School is to maintain its " special importance21" in as much as it is a school, if it is to make its " supreme contribution22" in as much as it is Catholic, and if it is to present a " perfect model of fidelity to God and dedication to man23" in as much as it is Marist, then serious efforts must be made by the diminishing number of Brothers who find themselves confronted by more and more pupils, who expect to find in the schools " the Way, the Truth and the Life24 "

Br. Quentin Duffy, fms Vicar General

 

———————————–

 

S'adapter ou mourir

 

Un défi: maintenir l'Ecole Catholique Mariste face à la diminution du nombre des vocations religieuses.

¤

Un simple examen des statistiques récentes de l'Institut fait ressortir un facteur qui a été mis de plus en plus en évidence ces dernières années25.

En 1968, il y avait 9621 Frères profès pour 395,583 élèves, tandis qu'en 1970 il n'y en a plus que 9.052 pour 416.184 élèves. Il faut ajouter à cela qu'en 1968, il y avait 350 novices et 1986 Frères de vœux annuels, tandis qu'en 1970 il n'y avait que 177 novices et 1663 Frères temporaires.

Il est également manifeste, même sans connaître les nombres exacts, que durant ces mêmes années beaucoup de Frères, tout en restant dans l'Institut, se sont retirés de l'apostolat actif en raison de leur âge ou d'une santé chancelante.

La conclusion qu'il faut tirer: tandis que le nombre des étudiants augmente, le nombre des Frères engagés dans l'apostolat actif diminue.

Suivant l'étude indiquée en référence dans la Note26 la proportion FRERE/ELEVE était: en 1960 1 Frère pour 32.7 élèves en 1968 1 Frère pour 41.1 élèves en 1970 1 Frère pour 46.7 élèves

Voici en comparaison l'état de quelques Provinces de langue anglaise en 1970:

Province A: 1 Frère pour 43.9 élèves

Province B: 1 Frère pour 40.8 élèves

Province C: 1 Frère pour 44.1 élèves

Province D: 1 Frère pour 34.7 élèves

Province E: 1 Frère pour 31.5 élèves

Si nous étudions un peu plus les statistiques, c'est un fait connu que parmi les Frères, tous ne sont pas engagés dans l'enseignement. Si nous tenons compte de ce facteur pour les Provinces indiquées plus haut les chiffres deviennent pour 1970:

Province A: 1 Frère pour 63 élèves

Province B: 1 Frère pour 82 élèves

Province C: 1 Frère pour 56 élèves

Province D: 1 Frère pour 46 élèves

Province E: 1 Frère pour 45 élèves

Un autre facteur doit être pris en considération: Un certain nombre de Frères, augmentant ces dernières années, ne se trouvent plus capables de donner l'instruction religieuse aux étudiants.

Le nombre croissant de professeurs laïcs que ces chiffres impliquent n'est pas en lui-même une caractéristique alarmante, mais toutefois quelques questions se posent et doivent recevoir une réponse:

Nos professeurs laïcs partagent-ils la tâche, non seulement de l'enseignement des matières profanes, mais assurent-ils aussi le caractère propre de notre Ecole Catholique Mariste?

L'influence du Frère comme professeur religieux diminue-t-elle ou augmente-t-elle en regard du nombre croissant des élèves?

Notre enseignement religieux et plus particulièrement, l'influence religieuse de nos Ecoles, marquent-ils un accroissement qui va de pair avec l'augmentation des élèves?

Pouvons-nous attendre les mêmes résultats quant à notre influence religieuse si nos méthodes n'ont pas tenu compte de ces variations de statistiques?

Le but de cet article n'est pas de traiter de l'apostolat du Frère en général ni des qualités personnelles et communautaires qui sont nécessaires pour obtenir ce résultat. Je voudrais simplement présenter, suivant la doctrine du Concile Vatican II et des Documents de notre Chapitre Général, ce qui constitue le caractère particulier de notre Ecole Catholique Mariste et voir comment il peut être maintenu même s'il n'y a que quelques Frères dans chaque école. Loin de moi l'idée de suggérer une dispersion de notre effort par l'ouverture sans discernement de nombreuses nouvelles écoles. Une décision prudente des Supérieurs locaux est toujours nécessaire. Mais déjà existent:

a) Des écoles où il y a peu de Frères, et,

b) Des appels urgents pour ouvrir de nouvelles écoles en certains endroits.

Ce serait une honte si la répugnance au changement nous rendait aveugles à (a) et sourds à (b).

 

Le caractère spécifique de l'Ecole Catholique.

 

Après avoir reconnu le fait évident que « tout autant que les autres écoles, l'Ecole Catholique poursuit des fins culturelles et la formation humaine des jeunes », le document de Vatican II27 continue en indiquant plusieurs fins particulières de l'Ecole Catholique: Elle tend:

a) à créer pour la communauté scolaire une atmosphère animée d'un esprit évangélique de liberté et de charité;

b) à aider les adolescents à développer leur personnalité en faisant en même temps croître cette créature nouvelle qu'ils sont devenus par le baptême;

c) à ordonner toute la culture humaine à l'annonce du salut pour éclairer par la foi la connaissance graduelle que les élèves acquièrent du monde, de la vie et de l'homme.

La forme propre et légitime d'une Ecole Catholique doit faire ressortir l'aptitude de celle-ci à stimuler et à encourager la formation d'une personnalité chrétienne. Sa forme d'être et d'agir fournit un modèle dans toute l'étendue du « servitium scholasticum » de l'Eglise Catholique. Sa forme spirituelle et intellectuelle peut se manifester en de multiples structures scolaires internes et externes. Dans les écoles fréquentées par des non-catholiques, une responsabilité missionnaire et apostolique spéciale dépend d'éléments spécifiquement chrétiens de l'instruction et de l'éducation. Par dessus tout, il doit apparaître que l'école est un ferment de vie catholique même pour les alentours. Les professeurs dans de telles écoles ouvrent la marche dans l'apostolat des fidèles. Leurs efforts de formation, entrepris en esprit de tolérance et de déférence, se conjuguent en vue de la création d'un monde humain, fraternel et juste suivant l'esprit de l'Evangile28.

Comment tout cela se présente-t-il en pratique dans nos Ecoles Catholiques Maristes? Cela fut un sujet d'étude lors de notre Chapitre Général de 1967-68. On le trouvera spécialement dans le Document sur la Vie Apostolique, quatrième partie, la formation chrétienne de nos élèves, p. 75 et suivantes.

Il n'est pas nécessaire présentement d'étudier en détail ce Document. Chaque Frère devrait en faire l'étude et chaque Province voir comment ce Document est mis en pratique. Des sessions d'étude sont nécessaires, d'abord pour le connaître, puis pour l'adapter suivant les conditions locales.

 

Toutefois, laissez-moi vous rappeler quelques-unes des Recommandations basées sur ce Document29.

Vu la complexité de la question de la Catéchèse moderne, le Chapitre n'a pas cru qu'il devait produire un Document particulier sur ce sujet. Plusieurs documents de valeur ont été présentés par diverses Conférences épiscopales. Ils méritent que nous les étudiions et que nous les adaptions aux besoins actuels, particulièrement si nous travaillons dans les pays qui les ont fournis30.

Le chapitre, toutefois, a mis l'accent sur l'importance de la Catéchèse aussi bien à l'école qu'en dehors de l'école31 et spécialement sur l'importance de la formation des Frères comme Catéchistes32. Cette formation est envisagée pour deux groupes de Frères. Le Chapitre appuie sur le besoin de recyclage des Frères — la majorité parmi nous — « qui ont eut leur formation il y a plusieurs années déjà et pour lesquels des cours appropriés seraient utiles et nécessaires ». Ces cours sont nécessaires, non seulement pour nous tenir en contact avec la pensée théologique qui se développe rapidement dans l'Eglise, mais pour nous tenir au courant des besoins changeants de la jeunesse de notre monde actuel.

En général, « la Formation » ne doit plus être envisagée comme une chose faite une fois pour toutes avant de commencer à enseigner. Il s'agit d'un processus continu qui demande « une adaptation méthodologique permanente, une bonne connaissance du monde des jeunes en rapide évolution, une utilisation de formes nouvelles telles que les recherches en équipes, l'enquête, les débats, l'audition des témoignages, les rencontres avec d'autres milieux33 ». Dès que nous cessons d'apprendre et de nous adapter, nous devrions cesser d'enseigner, spécialement en matière de vie chrétienne.

La recommandation No. 834 se rapporte à un principe constant dans l'Eglise mais pas toujours en usage dans les écoles catholiques. Nous avons toujours pris la défense du droit des parents à éduquer leurs enfants, mais assez souvent nous n'avons mis en pratique qu'une partie des paroles du Père Champagnat que nous sommes les « remplaçants » et les « coopérateurs » des parents. On a encouragé les parents à soutenir les écoles catholiques, mais l'éducation qu'on y a donnée a été fortement la chasse-gardée des professeurs. Même si nous ne nous décidons que devant la nécessité, il serait bon maintenant que l'on encourage les parents à prendre une part active réelle dans les aspects spécifiquement catholiques de l'éducation de leurs enfants. Un article particulier serait nécessaire, pour expliquer comment cela pourrait se faire, mais on peut dire au moins qu'une formation religieuse « centrée sur le foyer » a plus d'atouts qu'une formation « centrée sur l'école ». Plusieurs initiatives très utiles ont débuté dans quelques Provinces pour obtenir la coopération des Parents dans le contexte scolaire, et par ailleurs, plusieurs Chapitres Provinciaux ont parlé de donner la formation religieuse en dehors du contexte scolaire, — une formation donnée en grande partie par la Liturgie et basée sur la vie extrascolaire de l'enfant — cette vie qui n'est pas seulement plus longue en durée, mais moins artificielle, à plusieurs points de vue.

La recommandation No. 1035 nous amène au cœur même de la question, car la Formation religieuse est non seulement une question d'instruction mais plutôt une question de vie. Trop de temps a été perdu, trop de bonnes amitiés brisées, en débats et disputes sur les « Catéchismes » et les textes de « Vie Chrétienne ». Ce que nous savons est important; comment nous l'apprenons doit être le souci du professeur toute sa vie durant; mais ce qui demeure essentiel c'est que « la foi de nos élèves doit trouver son expression dans nos écoles, à travers la vie de prière, la réception des sacrements, les mouvements éducatifs et les mouvements apostoliques ». Dans les sous-paragraphes a, b, c, d, le Document capitulaire énumère quelques détails de cette expression en termes de…

prière personnelle, communautaire, liturgique;

les sacrements;

œuvres de charité;

mouvements apostoliques.

Ajoutons à cela le No 1236 qui parle de l'éveil des vocations sacerdotales et religieuses, et nous avons alors un programme de vie suffisamment étendu pour une Ecole Catholique. Quand je dis « programme de vie », cela implique nécessairement, non seulement parier des points énumérés, mais fournir aux jeunes des occasions réelles de les mettre en pratique.

Comme le No. 10-b le fait si sagement remarquer, cela demandera, entre autre chose, que nous « assurions dans nos écoles le service de prêtres zélés et organisions toutes choses pour rendre facile la réception des sacrements37 ». Remarquez le mot « zélé » ainsi que l'orientation du travail du prêtre vers la messe et les sacrements. La présence du prêtre dans l'école ne peut être que nuisible à la vie catholique s'il y vient pour donner une causerie non préparée, sur des sujets hors de propos, employant une méthode mal adaptée à son jeune auditoire. Nous devons chercher des prêtres qui sont sympathiques aux jeunes et, s'il le faut, convaincre les évêques que ces prêtres puissent traverser les frontières paroissiales et même diocésaines.

La recommandation No. 1138 nous rappelle notre caractère spécifique mariai. Suivant l'exemple de Vatican II, nous devons donner à Marie sa vraie place dans l'Eglise et dans notre vie. Cela signifie plus que donner une instruction hebdomadaire sur Notre-Dame. Nous avons ressenti depuis longtemps l'insuffisance du « Catéchisme de la Sainte Vierge » et de « Voici ta Mère », mais qu'avons-nous mis à la place? Il n'est pas suffisant d'éviter ce qui est mal, il faut promouvoir activement ce qui est bien. Nos propres Constitutions présentent un bel exemple en indiquant la place de Marie dans l'ensemble de notre vie spirituelle. Nous devons tendre à faire quelque chose de semblable pour nos étudiants, réalisant qu'elle est la parfaite image du racheté et de l'Eglise. Si le monde doit voir dans l'Eglise le vrai visage du Christ, ce sera aussi le visage de Marie, qui est l'image (le type) de l'Eglise. Si les charismes signifient quelque chose dans l'Eglise aujourd'hui, nous ne pouvons nier que c'est le nôtre de reproduire la vie et les vertus de Marie, qui sont celles du Christ lui-même.

Pour terminer, la recommandation No. 939 touche une conséquence décisive de notre vocation de religieux enseignant: l'importance du témoignage chrétien de notre communauté apostolique. C'est ce qui étonna les païens du premier siècle — ces chrétiens — « voyez comme ils s'aiment ». C'était le désir de notre Bienheureux Père sur son lit de mort. Frère Clément, ancien assistant général, disait volontiers cette phrase originale : « Vos actes crient si fort que nous ne pouvons entendre ce que vous dites ». « La foi et la charité » doivent être « la source du dynamisme personnel et collectif dans les écoles que nous dirigeons et animons40 ». Même si nous ne faisons rien d'autre que maintenir une communauté religieuse riche et rayonnante, cela en vaut la peine. En réalité, on peut dire d'une manière presque certaine que ce devrait être notre principale recherche. Il vaudrait mieux ne pas enseigner de religion si nous devions le faire d'une manière inadéquate, pourvu que le temps ainsi épargné soit consacré à la prière ou à l'amélioration de la vie religieuse communautaire. Il est évident que cela n'est pas une suggestion de laisser de côté l'enseignement religieux; c'est un plaidoyer pour un authentique « témoignage pour la formation chrétienne de nos élèves41 ».

Quelques mots en guise de conclusion. Nous serions infidèles à la tradition de notre Bx Fondateur, et en opposition au désir formel du Saint Père, Paul VI, si nous avions l'idée de suggérer que les Frères abandonnent tout pour ne se dévouer qu'à l'enseignement de la religion. Dans son message à l'Institut, à l'occasion du 150ième anniversaire, le Pape trouva à propos de rappeler les paroles de notre Bx. Fondateur: « S'il ne s'agissait que d'enseigner les sciences humaines aux enfants, les Frères ne seraient pas nécessaires, car les maîtres d'école suffiraient à cette tâche, Si d'autre part, nous ne prétendions que donner l'instruction religieuse, nous nous contenterions d'être de simples catéchistes, de réunir les enfants une heure chaque jour et de leur enseigner les vérités chrétiennes. Mais notre but est de faire mieux : nous voulons élever les enfants, c'est-à-dire les instruire de leurs devoirs, leur apprendre à les pratiquer, leur donner des sentiments surnaturels, des habitudes religieuses, les vertus du chrétien et du bon citoyen42 ».

Pour accomplir tout ce que nous venons de voir, les Frères ne doivent pas abandonner l'enseignement des autres matières. Quelques-uns devront se concentrer davantage sur les activités religieuses et par suite tendront à enseigner moins de sujets profanes. D'autres peuvent n'enseigner aucune matière religieuse. Cela dépendra des situations particulières et des capacités individuelles. Même alors, tous les Frères devraient être capables d'organiser une prière communautaire, une lecture d'Ecriture Sainte ou une session d'étude, une célébration liturgique.

La chose principale, comme l'indique la recommandation No. 1343 c'est que « un ou plusieurs Frères soient responsables de la formation chrétienne ». Quelle quantité chacun devra-t-il faire et quelle forme prendra sa participation, cela dépendra des circonstances locales.

Il reste sûr, cependant, que si l'Ecole Catholique Mariste doit maintenir son « importance spéciale44 » en tant qu'elle est une école, si elle doit fournir sa « plus haute contribution45 » en tant que catholique, et si elle doit présenter un « parfait modèle de fidélité à Dieu et de dévouement aux hommes46 » en tant que mariste, alors de sérieux efforts doivent être faits par les Frères qui restent et qui doivent faire face à un nombre d'élèves de plus en plus grand lesquels s'attendent à trouver dans les écoles « la Voie, la Vérité et la Vie47».

1 L’article, français-anglais, était mis sur deux colonnes à chaque page : nous en faisons deux articles séparés NDLR.

2 Circulars and Communications: from 15-7-1968 to 24-5-1970, Vol. XXV. N° 1, pp. 43, 44, 45.

3 2) For two detailed articles: See Bulletin de l'Institut, Tome XXVIII, No. 209, Juillet 1969, p. 291; Tome XXIX, No. 211, Juillet 1970, p. 109.

4 Vatican II: Declaration on Christian Education, No. 8.

5 Commentary on Documents of Vatican II. (H. Vorgrimler) Vol. IV, p. 35.

6 Documents of 16th. General Chapter. Apostolate, p. 86.

7 Statements of Bishops' Conference: Italy, France, Medellin.

8 Documents of 16th. General Chapter. Apostolate, pp. 2, 19-20, 22-23.

9 Ibid., p. 86, No. 4.

10 Ibid., p. 87, No. 7.

11 Ibid., p. 87, No. 8.

12 Ibid., pp. 87-88

13 Ibid., p. 89.

14 Ibid., p. 88.

15 Ibid., p. 88.

16 Ibid., p. 87.

17 Ibid., p. 87.

18 Ibid., p. 87.

19 Vie du Ven. M. Champagnat, II, 23 Paris 1931, p. 597. Translated form the Bulletin de l'Institut, Tome XXVI, No. 206, April 1967.

20 Documents of 16th. General Chapter. Apostolate, p. 89.

21 Vatican II: Declaration on Christian Education, No. 5

22 Ibid.

23 Documents of 16th. General Chapter, P. 88.

24 John XIV, 6.

25 Circulaires et Communications: du 15-7-1968 au 24-5-1970, Vol. XXV, No. 1, pp. 43, 44, 45.

26 Deux articles élaborés: Bull, de l'Institut, Tome XXVIII, No. 209 Juillet 1969, p. 291; Tome XXIX, No. 211, Juillet 1970, p. 109.

27 Vatican II: Déclaration sur l'Education Chrétienne, No. 8.

28 Commentary on Documents of Vatican II. (H. Vorgrimler) Vol. IV, p. 35.

29 Documents du 16e Chapitre Général. Apostolat, p. 113.

30 Déclarations des Conférences Episcopales: Italie, France, Médellin.

31 Documents du 16e Chapitre Général. Apostolat, pp. 78, 82-83.

32 Ibid., p. 114, No. 4.

33 Ibid., p. 114, No. 7.

34 Ibid., p. 115, No. 8.

35 Ibid., pp. 115-116, No. 10,

36 Ibid., p. 117, No. 12.

37 Ibid., p. 116, No. 10-b.

38 Ibid., p. 116, No. 11.

39 Ibid., p. 115, No. 9

40 Ibid., p. 115, No. 9.

41 Ibid., p. 115, No. 9.

42 Vie du Vén. Champagnat, Paris, 1931, p. 597.

43 Documents du 16e Chapitre Général. Apostolat, p. 117.

44 Vatican II: Déclaration sur l'Education Chrétienne, No 5

45 Ibid.

46 Documents du 16e Chapitre Général. Apostolat, p. 117.

47 Jean XIV, 6.

 

RETOUR

Appel a la colaboration pour un mois de Marie...

SUIVANT

2 - 3ième ? 4ième Siècles - Le Sub Tuum...