Saïda. Faveur attribué au V. P. Champagnat

04/Oct/2010

Un de nos élèves du Collège St Louis, de Saïda, nommé Edmond gardait le lit depuis deux mois: fièvre typhoïde, puis rechute. Comme je passais devant l'atelier de son père, je demandai des nouvelles du petit malade: « Il souffre beaucoup des jambes qui sont enflées, me répondit le père, le médecin a prescrit le repos absolu et pense qu'une opération sera nécessaire. Mais le pauvre petit pourra-t-il la supporter, voila deux mois qu'il ne prend aucune nourriture solide, et déjà il était si malingre ».

Je répondis : « Priez donc le Vénérable Père Champagnat, ses camarades s'uniront à vous. Envoyez-moi son frère, je lui remettrai une image du Vénérable. Allons, confiance! » Le lendemain vendredi, on vient chercher l'image. En classe, j'ajoute aux prières: « Vénérable Champagnat priez pour nous ». Le dimanche, avant la première messe, le père m'aborde tout radieux: « Il est guéri, me dit-il, plus d'enflure, plus de souffrance. Le médecin craint seulement que la guérison ne soit qu'apparente et réclame encore trois jours de lit ». Le 6ième jour, Edmond est heureux de reprendre ses ébats, de venir se faire acclamer et de faire parade d'une mine à se demander de quelle pension enchanteresse il sort.

RETOUR

Pérou - Beau succès scolaire...

SUIVANT

Pour venir à la Maison-Mère...