St Paul -3?Châteaux – Second noviciat

25/Oct/2010

Les différentes sessions des Grands-Novices de Saint Paul-Trois-Châteaux ont l'habitude de se rendre en pèlerinage aux saints lieux maristes : l'Hermitage, La Valla et Marlhes, si pleins de souvenirs chers à tout bon Frère. Voici le récit qu'un Frère italien fait du dernier de ces pèlerinages. Il pourra intéresser ceux qui ne connaissent pas encore ces lieux et rappeler à d'autres d'agréables souvenirs.

« Le paysage qui se déroule le long de la route nationale, entre Pierrelatte et Lyon est loin d'être monotone ; mais, le serait-il, le bon Frère L. Bonaventure, l'économe si apprécié des Grands-Novices, est là, dont les gais propos sont capables de dérider les figures les plus maussades.

« A Fourvière, notre premier soin est d'aller prier devant l'antique statue de la Vierge, dans la vieille chapelle, là où notre Bienheureux Père vint si souvent confier à Marie ses peines et ses projets. Nous disons le chapelet suivi du chant du Salve Regina. S. Em. le Cardinal Gerlier, présent occasionnellement, veut bien s'unir à notre chant et à notre prière.

« Le temps nous manque ensuite pour visiter, comme nous le voudrions, les beautés de la splendide basilique, attenante à la vieille chapelle. Les Supérieurs Majeurs nous attendent à Saint-Genis où le R. F. Supérieur, entouré des CC. FF. Assistants présents, nous reçoit dans la salle du Conseil. L'accueil est on ne peut plus cordial. Qui ne connaît, d'ailleurs, l'aimable affabilité de notre vénéré Supérieur Général ?

« Mais Saint-Genis n'est qu'une étape. Le lendemain, le car nous reprend et nous partons vers l'Hermitage, but principal de notre pèlerinage. La route entre Saint-Genis et Saint-Chamond est des plus agréables. Notre Maison-Mère apparaît bientôt cachée dans la verdure. Comme on si; sent ému en abordant ces lieux bénis auxquels on a rêvé depuis sa jeunesse ; ces lieux choisis par la Sainte Vierge elle-même. Là tout nous parle du Bienheureux Père : voici le rocher sur lequel il frappa à coups vigoureux ; les murs bâtis de ses propres mains… On le sent présent partout. C'est ici qu'il s'est sanctifié, c'est d'ici que le parfum de ses vertus s'est répandu au loin.

« Nous partons ensuite pour La Valla. La route monte constamment. Les paysages sont toujours agréables. Le village de La Valla s'étage sur une pente assez raide. Les hameaux dispersés font bien comprendre la peine que doit avoir le curé d'une telle paroisse pour en faire la visite. « La Grange », berceau de notre Congrégation, se trouve à l'extrémité de la localité. Nous nous y rendons à pied. La distance est grande, mais nous la franchissons d'un cœur léger, heureux de contempler des lieux si chers et si remplis de souvenirs heureux.

« Il est difficile d'exprimer l'impression que produit la vue de la chambre du Bienheureux Fondateur : elle n'est pas grande, elle est basse. On y voit la table de la salade, la pierre à faire des clous… Dans ces lieux bénis, nos premiers Frères menèrent une vie héroïque dans les privations et les sacrifices, édifiant l'œuvre merveilleuse que nous sommes appelés à continuer.

« De « La Grange » part le chemin qui mène au Bessat, le même que suivait le bon Frère Laurent, ses provisions sur le dos. Le premier hameau que l'on trouve sur le même chemin est celui où le Bienheureux Fondateur arrêta la fameuse danse. A droite, on nous montre le sentier qui conduit à Maisonnette, le hameau natal du -vénéré F. François. On aperçoit aussi, en passant, la maison où le Bienheureux Fondateur confessa l'enfant malade, dont l'ignorance religieuse l'effraya et le décida à commencer son œuvre sans plus tarder.

« Dernière étape de notre pèlerinage : Le Rosey et Marlhes. Là, le paysage change. C'est un vaste plateau qui domine un joli panorama. Que de choses pourrait nous dire Le Rosey ! Ce qui nous intéresse le plus, c'est la belle chapelle élevée en l'honneur de notre Bienheureux Fondateur avec le concours de tout l'Institut. On y voit aussi un petit hôtel pour les pèlerins. Nos Frères dirigent encore à Marlhes l'école communale. C'est aux disciples de leur grand compatriote que les habitants de ce village ont toujours confié l'éducation de leurs enfants.

« Nous sommes retournés à Saint-Paul, le cœur rempli de sainte allégresse, bien décidés à profiter de notre pèlerinage pour devenir des fils toujours plus dignes de notre Bienheureux Père et des continuateurs zélés de son œuvre. »

RETOUR

Rome: Etat actuel des travaux de la Maison Gďż˝...

SUIVANT

Iles Salomon - Beau témoignage du cardinal G...