Thèse sur lenseignement religieux

24/Oct/2010

Nous sommes heureux de constater que ceux de nos Frères qui suivent avec succès des études supérieures sont chaque jour-plus nombreux. La plupart nous envoient leur thèse, mais le Bulletin s'abstient en général d'en parler. Il nous a paru bon cependant de mentionner celle du C. F. Ronald, Directeur du Scolasticat interprovincial d'Australie.

Il l'a soutenue à l'Université de Melbourne qui, le 6 avril dernier, lui a délivré le diplôme de Docteur en Philosophie après avoir décidé que la thèse sera imprimée par les soins et aux frais de ladite Institution.

Le travail manuscrit compte 1.143 pages dont 387 de références, de bibliographie, de notes, et est illustré de graphiques et de reproductions de documents. Il a pour titre Principes, origine et développement de l'éducation catholique en Australie. Non seulement il fait connaître un grand nombre de faits nouveaux, mais corrige encore certaines idées fausses ayant cours, même parmi les catholiques, au sujet du développement de l'Education Catholique en Australie.

Cette thèse est divisée en quatre parties et douze chapitres.

La Première Partie, qui sert d'introduction, traite de l'éducation dans les colonies sous les premiers gouverneurs, quand l'éducation catholique se distinguait à peine de n'importe quelle autre forme d'éducation.

La Deuxième Partie traite spécialement de l'éducation catholique à l'époque où les écoles catholiques faisaient partie du système officiel d'éducation. Le texte parle de l'évolution de ces écoles et de l'enseignement qui s'y donnait.

La Troisième Partie, la plus détaillée et la plus captivante, étudie la période critique de 1870 à 1880, période où, d'un côté, les principes de l'éducation catholique devenaient plus clairement définis et, de l'autre, l'aspect de la Société se transformait sous l'influence du libéralisme. Parmi les écrivains et les hommes d'Etat se manifestait un intérêt nouveau pour la question scolaire et le système confessionnel perdait de son influence. La disparition de ce système provoqua une crise de conscience chez les catholiques.

 

Les Congrégations enseignantes.

La Quatrième Partie étudie les conséquences provoquées par les décisions de la hiérarchie en particulier, le développement du système actuel de l'éducation catholique sous l'influence des congrégations enseignantes : l'introduction de ces Congrégations dans le pays et l'étendue de leur contribution ; l'ouverture de nouvelles écoles catholiques, dirigées par des Congrégations et soumises à la législation ecclésiastique.

En expliquant le développement qui se produisit à l'intérieur des écoles elles-mêmes, par exemple, dans les programmes et dans l'organisation progressive du nouveau système dans son ensemble, l'auteur met en relief l'influence de certains faits extérieurs, par exemple le contact avec la pédagogie en général, la croissance de systèmes officiels d'éducation qui vont faire une vigoureuse concurrence.

 

L'Etat et l'Education.

Dans ses conclusions le Frère Ronald déclare que les conditions dans lesquelles le système de l'éducation catholique a été établi ont donné lieu à beaucoup de malentendus. Par exemple, on a dit que l'Etat s'est trop occupé de l'éducation. Cette opinion a été largement soutenue et peut-être bien qu'elle peut partiellement se justifier ; cependant, vu les circonstances et les difficultés où s'est trouvée l'école au XIX° siècle, il serait intéressant de s'imaginer la situation périlleuse où se trouverait actuellement l'éducation si le gouvernement n'était pas intervenu.

Selon l'opinion officielle de l'Eglise, l'Etat a le droit et le devoir d'intervenir. Le seul grief qu'on lui fait, c'est même de n'être pas assez intervenu dans la question scolaire. Il n'a pas donné aux catholiques la même liberté de conscience qu'il a accordée aux membres des autres confessions religieuses. Tandis qu'il donne des droits égaux à tout le monde dans tous les services sociaux, il les refuse aux catholiques en matière scolaire.

Nous nous contenterons de donner ce simple aperçu auquel nous ajouterons, avec nos chaleureuses félicitations pour notre confrère, ces quelques témoignages :

Le Dr Wyeth, Doyen de la Faculté d'Education, dit que la thèse du F. Ronald est le meilleur travail sur l'éducation qui ait été écrit en Australie et ajoute que tous les membres de la Faculté d'Education attendent avec impatience la publication de la thèse et avec une joie singulière comme s'il s'agissait d'un bien propre.

Un des trois membres du Jury déclare : « L'auteur fait preuve d'une grande impartialité, d'exactitude et d'objectivité ; les jugements qu'il porte sont judicieux ; il a le courage de ses convictions en exprimant ses opinions ; il donne l'impression d'être bien équipé pour écrire. Les lecteurs prendront ses vues au sérieux soit qu'ils les acceptent ou les rejettent.

« Ce travail explore en son entier un champ étudié partiellement par d'autres auteurs, et il le fait d'une façon tellement digne de félicitations ! C'est pourquoi je vois dans cette thèse un précieux apport, tant au point de vue connaissance qu'au point de vue histoire, sur le sujet qu'elle traite. »

RETOUR

Le Jardin dEnfance « Miguel y Jaime Guirola ...

SUIVANT

Le nouveau « Juvénat Bienheureux-Marcellin-...