Un rapide tour dhorizon… Mariste

16/Oct/2010

Les événements, qui causent une perturbation inouïe dans le monde, rendent quasiment impossibles les communications avec certaines provinces de l'Institut. Cependant, les données intermittentes qui nous arrivent de divers points de l'horizon nous autorisent à affirmer que les Petits Frères de Marie continuent leurs couvres avec un zèle éperonné justement par les circonstances exceptionnellement graves dans lesquelles ils doivent agir.

Des lettres du Frère Provincial nous ont appris que, dans la province de Grande-Bretagne et d'Irlande, les Frères ne cessent pas de donner leurs soins aux élèves de nos écoles. Au Danemark, en Hollande, en Belgique, en Allemagne, ils vaquent également de leur mieux aux travaux qui leur sont possibles.

En France, la suppression de mesures injustes et vexatoires permet d'augurer un renouveau de prospérité dans les vieilles provinces de Notre-Dame de l'Hermitage, de Saint-Genis-Laval, de Beaucamps, d’Aubenas, de Saint Paul-Trois-Châteaux, de Varennes, de Notre-Dame de Lacabane… qui ont, contribué si puissamment à créer au loin des foyers aujourd'hui si rayonnants de vie ! Le costume religieux repris par nos Frères a été accueilli partout avec une respectueuse et bienveillante sympathie.

En Suisse et dans le Liechtenstein, oasis de tranquillité dans une Europe en ébullition, les Frères continuent modestement leur besogne. Ceux de Hongrie, de Yougoslavie, de Grèce subissent plus sensiblement le contrecoup des événements.

Tandis que nos œuvres d'Italie poursuivent leur marche normale, celles d'Espagne voient s'ouvrir devant elles une ère de grande prospérité. En Syrie et au Liban, un personnel fort réduit maintient les positions acquises. En Égypte, l'activité des Frères est momentanément en veilleuse.

Du Congo, de l'Afrique du Sud, de Madagascar et des Seychelles, nous n'avons que de vagues échos et les événements tragiques qui se déroulent à l'heure présente dans l'Océan Indien et dans le Pacifique rendent plus malaisées les communications avec les confrères d'Australie, de Nouvelle-Zélande, de Nouvelle-Calédonie, des îles Fidji, de Samoa. de Ceylan et de Chine

Jusqu'à ces jours derniers, c'est des provinces de l'Amérique du Nord, du Centre et du Sud que nous parvenaient les plus abondants renseignements sur la belle marche des nombreux et prospères établissements que nous dirigeons dans ces immenses contrées. Comme nous espérons que les Chers Frères Assistants Généraux en visite de Délégation ne tarderont pas à rejoindre la maison-mère, nous aurons la joie d'entendre de magnifiques comptes rendus sur les activités variées des Petits Frères de Marie dans le Nouveau-Monde

Nous ne saurions mieux conclure ce bref coup d'œil sur notre vaste champ d'action que par les instantes recommandations de Notre Saint-Père le Pape Pie XII, dans sa récente lettre Dum sæculum armorum (15 avril 1942), adressée au Cardinal Maglione, son secrétaire d'État, pour être communiquée à l'univers entier. Le Souverain Pontife y demande une croisade de supplications à la Très Sainte Vierge, Mère de Dieu et notre Mère, à l'occasion du mois de mai, et à laquelle il convie principalement les enfants dont l'innocence est si chère au cœur de Notre-Seigneur et de son Vicaire.

Tous les fidèles sont exhortés à recourir avec foi vive et ardent amour à la puissante intercession de la Reine des anges et des hommes. « Qu'ils n'apportent pas seulement des prières et des supplications, dit le Saint-Père, mais qu'ils accomplissent aussi des œuvres salutaires de pénitence et de charité, propres à apaiser la justice divine violée par de si graves et nombreuses fautes. » Citant l'encyclique Octobri mense de Léon XIII qui montre comment « la prière et la pénitence sont parfaitement coordonnées et s'aident mutuellement à détacher, des choses terrestres, l'homme né pour le ciel et à le porter à la céleste familiarité avec Dieu », Pie XII ajoute que « ces vertus, nécessaires en tout temps, le sont d'une manière particulière dans la tristesse des circonstances actuelles; car avec leur aide et l'intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, nous pouvons obtenir du « Père des miséricordes » (cf. Il, Cor., I, 3) et du Donateur des biens célestes la paix si ardemment désirée et attendue : la paix vraie, solide, durable, alimentée et inspirée par la justice et la charité ».

« Que tous les fidèles, conclut le Saint-Père, suppliants, le cœur contrit et humilié, — surtout les enfants innocents, — ne se lassent pas d'implorer le Divin Rédempteur et sa Très Sainte Mère pour que, tandis que le ciel et la terre sont bouleversés par la tempête chaque jour plus violente, brille pour nous qui sommes au gouvernail de la nef mystique la lumière d'en-haut et l'aide du ciel ; que ne manque pas aux pauvres et aux affamés la nourriture nécessaire à l'âme et au corps ; que la patrie soit rendue aux exilés, la santé aux blessés et aux malades, la liberté aux prisonniers ; finalement que les cupidités humaines étant assujetties à la raison et rétabli l'ordre de la justice et de la charité envers Dieu et envers le prochain, soit restaurée dans la vie privée et publique la seule vraie paix, la paix chrétienne ! »

A aucune catégorie de fidèles, nous semble-t-il, les exhortations du Père commun ne sauraient mieux convenir qu'aux Petits Frères de Marie qui, par les exigences essentielles de leur vocation, doivent professer une dévotion très spéciale envers Notre-Dame et s'efforcer de conduire leurs milliers et milliers d'enfants à Jésus par Marie !…

RETOUR

Grugliasco - Maison-Mère...

SUIVANT

Encore le Centenaire......