Vêture à Mondovi

03/Sep/2010

Le 29 septembre, fête de St. Michel, a été, cette année, pour notre communauté de Mondovi, une fête mémorable. Non seulement nous avions au milieu de nous, ce jour-là; le T. R. F. Supérieur général, notre bien-aimé Frère Assistant et notre C. F. Provincial, chose qui ne nous arrive , hélas! que dans de trop rares circonstances,; mais neuf de nos jeunes novices se consacraient au Seigneur par l'émission de leurs premiers vœux; douze postulants avaient la joie de quitter les habits du monde pour revêtir les livrées de Marie, et, pour comble de faveur, notre bien-aimé Prélat, S. G. Monseigneur Ressia, qui nous traite vraiment en enfants gâtés, avait bien voulu venir rehausser tout cela de son auguste présence.

Aussi quelle allégresse sur tous les fronts! quel contentement dans toutes les âmes! quel pieux épanouissement de cœur. A la Communion générale du matin, à la grand' messe solennelle, à la cérémonie toujours si touchante de la prise d'habit et de l'émission des vœux, et au cours de Cous les autres actes de la journée! Pour les uns, c'était le terme de tant de généreuses aspirations; pour d'autres, le but prochain de si douces espérances ; pour d'autres enfin, le réveil de si agréables souvenirs !…

Et tous ces sentiments, que la fête inspirait déjà par elle-même, trouvèrent un aliment merveilleusement propre à s'entretenir dans la pathétique allocution que Sa Grandeur adressa, à l'issue de la cérémonie aux heureux jeunes Frères qui venaient d'en être l'objet. Prenant texte des paroles du Cérémonial, qu' il venait de dire à ceux qui avaient près l'habit: «  Vous avez raison d'être contents, puisque, par une faveur spéciale, vous voilà devenus, d'une façon toute particulière, les enfants privilégiés de Marie, les protégés de St. Joseph et les Frères de Jésus-Christ il commenta d'une manière charmante ces trois beaux titres, et, comme c'était la fête de S. Michel, il ajouta que par leur vêture et l'émission de leurs vœux, ils avaient acquis un autre titre non moins réel, bien qu'il ne soit pas exprimé dans le Cérémonial: celui de frères des anges, sur lequel il insista tout particulièrement ; et, après avoir exprimé le vœu que les douze nouveaux jeunes Frères soient toujours, par leurs vertus, comme un diadème resplendissant autour du front de la Vierge, et (lue les neuf nouveaux profès soient toujours de fidèles compagnons de Jésus crucifié, il termina en donnant sa bénédiction épiscopale à toute la Communauté, aux Supérieurs présents et à la Congrégation tout entière », afin, dit-il, qu' elle fasse beaucoup de bien, et que le ciel se remplisse, par le moyen du Vénérable Champagnat et. de ses fils.,, Puis, au sortir de la cérémonie, il nous laissa, le cœur rempli de saintes émotions, et de reconnaissance pour ses paternelles bontés.

Vers deux heures du soir, après le dîner et la récréation, qui naturellement s'étaient ressentis de la joie du matin, une séance récréative nous réunit dans la salle des exercices pour présenter nos hommages au R. F. Supérieur, et offrir nos souhaits de bonne fête au C. F. Assistant, dont saint Michel est le patron; et enfin, comme c'est d'usage dans toutes les maisons de l'Institut, la journée se clôtura par le salut solennel du T. S. Sacrement, la consécration à la sainte Vierge, et le chant du Te Deum, dont les paroles de flamme répondaient si parfaitement aux sentiments de nos cœurs. C'est bien vraiment a des jours pareils qu'on peut appliquer les paroles de l'Eglise: Hæc dies quant fecit Dominus!

RETOUR

Fête jubilaire à N. D. de lHermitage...

SUIVANT

Gloire à Dieu !...