Visite ministérielle a notre collège de Burgos, Espagne

19/Oct/2010

L'ancien et renommé « Liceo Castilla », dont le nombre d'élèves dépasse le millier, tout à fait moderne avec son magnifique bâtiment des classes, ses réfectoires, ses dortoirs, peut se présenter comme un centre d'éducation répondant parfaitement aux exigences de notre temps.

Par son histoire, par sa tradition, sa religiosité et sa culture, Burgos, capitale de la Castille est étroitement unie

L’œuvre mariste en Espagne, puisque plus de 1.600 jeunes gens y fréquentent nos écoles et il convenait d'améliorer magnifiquement le collège principal.

Depuis la croisade libératrice, la ville, qui servit de résidence au Gouvernement National, a pris une importance croissante que démontrent ses progrès en fait d'urbanisme, de démographie et d'industrie ; elle a doublé sa population qui s'élève à 80.000 habitants. Son « quartier sportif » peut se comparer aux meilleurs d'Europe. Par son climat, ses trésors artistiques et surtout sa merveilleuse cathédrale, par ses belles avenues sur les bords de l'Arlanzon, par la traditionnelle noblesse d'âme de ses habitants, Burgos est un centre de tourisme attrayant.

Les hommes de gouvernement et même le Chef de l'Etat s'y donnent souvent rendez-vous.

Le vieux Collège de la rue Conception, maintenant équipé à la moderne, a ouvert ses portes à un visiteur illustre en la personne de Son Excellence le Ministre de la Justice, Don Raimundo Fernandez Cuesta, ancien ambassadeur auprès du Saint-Siège et homme de confiance du «Caudillo » pour tout ce qui a trait à l'esprit qu'il désire inculquer à la jeunesse espagnole.

Plusieurs personnages accompagnaient M. le Ministre : le gouverneur militaire, général Juan Yagüe, glorieuse figure de la guerre de libération anticommuniste et ancien élève du Collège ; le gouverneur civil, le maire de la ville, les présidents de la Cour d'Appel et de la Députation Provinciale, tous anciens élèves des Frères Maristes ; des officiers supérieurs de la garnison et les représentants du Front des Jeunesses.

Accueillis à leur arrivée par le C. F. Assistant Général, occasionnellement en visite de délégation, et par les autorités de la maison, ils firent leur entrée à la chapelle aux accords de l'hymne national. La présence de plusieurs centaines d'élèves des classes supérieures, la brillante illumination et la décoration des autels donnaient au saint lieu un aspect impressionnant.

Tandis que les illustres visiteurs priaient devant le Saint-Sacrement, la chorale, accompagnée par l'orgue, entonna un chant à la Sainte Vierge.

Après avoir visité quelques appartements, Son Excellence et sa suite occupèrent la tribune d'honneur, face aux élèves rangés dans l'une des vastes cours du Collège.

La récente création au « Liceo Castilla » d'une centurie par le Front des Jeunesses fournit l'occasion d'un acte solennel : la remise du fanion, bénit au préalable par l'aumônier Don Laureo Ortiz.

Après quelques mots du délégué provincial pour remercier de la présence de M. le Ministre et de la coopération que les Collèges des Frères Maristes apportent au Front des Jeunesses dans la poursuite des objectifs pédagogiques et patriotiques, Son Excellence remit le fanion artistiquement brodé au cadet Pablo Martin, aux applaudissements de tous les assistants et aux notes joyeuses d'une musique de circonstance.

Le C. F. Directeur exprima ensuite en termes heureux l'honneur qui revenait au Collège de la garde du précieux insigne, priant Son Excellence de faire parvenir au Chef de l'État le message de respectueuse adhésion du Liceo Costilla.

Avec une vive émotion, Son Excellence s'approcha du micro et improvisa une vibrante allocution. « C'est moi, dit-il, qui doit remercier le C. F. Assistant Général de l'aimable invitation qui m'a fourni l'occasion de connaître ce magnifique centre d'éducation dirigé par les Frères Maristes, si solidaires de notre mouvement, surtout par le généreux apport du sang de leurs martyrs. » Il fit ensuite allusion à la signification symbolique de l'acte qui venait d'avoir lieu et à la primauté des valeurs spirituelles que la nouvelle Espagne travaille à faire apprécier de la jeunesse. M. le Ministre promit de transmettre au Caudillo les témoignages d'affection dont on l'avait chargé.

Accédant à la demande du C. F. Assistant, il accorda un congé extraordinaire et un pardon général des petites infractions au règlement.

Enfin, les autorités furent invitées par la Direction à un vin d'honneur et saluées, à leur départ, par tout le corps professoral.

RETOUR

Prière de S. Albert le Grand...

SUIVANT

Congrès caté­chistique à Valencia...