09/Fév/2020 BRéSIL

Communauté internationale LaValla200> à Tabatinga

La communauté de Tabatinga est l’une des communautés internationales pour un nouveau départ.  Elle est située au cœur de l’Amazonie, au Brésil, à la frontière de la Colombie et du Pérou, et est composée de Frère Luke Fong (Fidji), Martha Eugenia Martínez (Mexique), Mario Araya (Chili) et de Frère Paul Bhatti (Pakistan). Le dernier à avoir rejoint la communauté est le frère Luke. Dans le texte ci-dessous, il raconte son arrivée.


Le pilote d’Air Latam a demandé à l’équipage de s’asseoir pour l’atterrissage, j’ai regardé dehors et je n’ai vu que des arbres des deux côtés. Je me suis dit : « Oh, c’est Leticia ? » Je m’attendais à voir des gratte-ciel et des maisons modernes comme à Bogota, la capitale de la Colombie.

En marchant vers le terminal, j’ai vu d’énormes « dalo » (taro) qui poussaient comme des fleurs et l’odeur de l’air frais et naturel de la forêt qui m’entourait m’a rafraîchi du soleil brillant. En attendant mes bagages, je ne pouvais pas comprendre la taille (petite) de l’aéroport et en regardant autour de moi, j’ai commencé à voir la simplicité des gens et la façon dont ils s’habillaient.

Le frère Paul Bhatti, du Pakistan, m’a accueilli à l’aéroport et m’a fait découvrir Leticia, une ville de Colombie d’environ 50 000 habitants. Après environ 5 minutes de route, le frère Paul m’a dit : « Bienvenue au Brésil. Maintenant, vous êtes légalement sur le sol brésilien ». Le Frère Paul a également dit que la route agit comme une frontière. Les maisons de gauche sont en Colombie et celles de droite sont au Brésil. C’était très intéressant car c’était la première fois que je faisais l’expérience de ce type d’installation.

Plus près de chez moi, j’ai demandé au frère Paul où se trouvait l’Amazonie et il m’a répondu que nous étions en Amazonie. J’ai demandé parce que tout ce que je voyais, c’était des maisons et des magasins et aucun signe de forêt ou de jungle épaisse. Mon image de Tabatinga avant d’arriver était qu’elle est située en plein milieu de la jungle, entourée de grands arbres, d’animaux sauvages et de marécages. Mais quand nous sommes arrivés à la maison, j’ai commencé à voir que ce que j’avais imaginé était totalement différent de ce que je voyais en ce moment. Cela m’a donné un sentiment de sécurité et de calme.

Tabatinga est une ville d’environ 60 000 habitants. Avec la ville colombienne voisine de Leticia et la ville péruvienne de Santa Rosa, la zone urbaine compte plus de 100 000 habitants répartis le long du fleuve Amazone. Trois pays (Brésil, Pérou, Colombie) partagent une frontière commune dans cette région de la Haute Amazonie. Il existe des villes jumelles – Tabatinga (Brésil) et Leticia (Colombie) – qui se trouvent à 1000 km des villes les plus proches de leurs pays respectifs, sans aucune route. Elles sont donc assez isolées.

La région abrite de nombreux groupes indigènes de la forêt tropicale, des descendants d’Indiens, des métis des rivières, des « missionnaires, des mercenaires et des inadaptés », ceux qui tentent d’exploiter les ressources de l’Amazonie et ceux qui se défendent contre cela.

Jusqu’à présent, j’essaie de m’installer dans ma nouvelle communauté et aussi dans cet environnement. Je sais que la vie ne sera pas facile, mais je suis prêt à relever les défis qui se présenteront. L’un de mes plus grands défis en ce moment est la langue. Le portugais et l’espagnol sont parlés et écrits partout. Il n’y a aucune langue anglaise, parlée ou écrite, nulle part ici à Tabatinga. Pour que je me sente vraiment chez moi, j’ai besoin de connaître et d’apprendre la langue portugaise. Ce n’est pas facile, mais je ferai de mon mieux et j’espère que d’ici l’année prochaine, je vous écrirai en portugais.

Il fait très chaud pendant la journée, mais la nuit est fraiche. En ce moment, c’est la saison des pluies pour les six prochains mois environ. J’aime la nourriture et je mange tout ce qui est disponible. Nous avons différents types de fruits tropicaux qui m’aident vraiment à m’installer tout de suite parce qu’ils me rappellent les Fidji.

Je commencerai mes cours de portugais la semaine prochaine et j’espère que dans les mois à venir, je serai capable de parler et de communiquer en portugais.

La communauté doit encore déterminer un projet mariste en tant que tel mais, dans le passé, elle s’est impliquée dans le travail auprès de la jeunesse diocésain. Les autres membres de ma communauté, Martha (une laïque du Mexique) qui attend toujours son visa et Mario (un laïc du Chili), arriveront le 6 février. Une fois qu’ils seront arrivés, nous nous rencontrerons pour discuter de notre mission et de ce qu’il faut faire ici à Tabatinga. Jusqu’à présent, j’ai pu constater qu’il y a beaucoup de choses à faire, mais la langue reste une grande barrière. J’ai donc hâte d’apprendre la langue afin d’être prêt pour tout ce qui m’attend.

Je voudrais aussi profiter de cette occasion pour tous vous remercier, mes frères et nos chers Maristes de Champagnat, pour votre soutien, vos prières, vos encouragements, vos conseils et votre amour qui me permettent de réaliser l’un de mes nombreux rêves de servir en mission hors de mon propre continent.

Je sais que c’est le temps et le travail de Dieu pour moi et je suis en paix sachant cela depuis le début.

___________

Frère Luke (31 janvier 2020)

RETOUR

Vivre dans une communauté mixte et internati...

SUIVANT

Nouvelle structure pour soutenir la croissanc...