13/May/2024 BRéSIL

Communiqué du Provincial sur les inondations dans la Province Brésil Sud-Amazonie

Porto Alegre, 11 mai 2024.

“Nous pouvons également sentir Dieu dans le témoignage de ceux qui s’engagent pour la paix, la justice et la solidarité avec les pauvres, et qui agissent généreusement en faveur des autres et font des sacrifices pour eux” (L’eau du rocher, n. 53).

Chère famille mariste

Dans le Rio Grande do Sul, nous sommes toujours en état de catastrophe. Les gens ne peuvent pas retourner à l’endroit où se trouvaient leurs maisons. Avec le temps, nous espérons que les eaux se retireront et que le processus de reconstruction pourra commencer. Dans certaines régions, il y a eu des glissements de terrain et des coulées de boue. Plus de 300 000 personnes se sont retrouvées sans abri et, à ce jour, 136 personnes ont été confirmées mortes à la suite des inondations, un chiffre qui risque d’augmenter puisque 125 personnes sont portées disparues (plus d’informations sur ce lien).

À Porto Alegre, les eaux se retirent lentement. Cependant, il a encore plu hier. Il y a encore des zones sans approvisionnement en eau potable et des quartiers entiers sont encore sous l’eau. Dans la région métropolitaine, des villes sont encore sous les eaux. Dans un effort conjoint des autorités publiques et de la société civile, des efforts sont faits pour reconstruire les liens entre les villes coupées, afin de permettre l’approvisionnement et l’acheminement de produits de base tels que la nourriture, l’eau et les médicaments.

Notre hôpital de São Lucas (HSL) a reçu plus de 50 patients d’un autre hôpital, dont une partie a été inondée. Nous travaillons d’arrache-pied pour nous assurer que rien ne manque en termes de santé, en organisant l’arrivée de médicaments et de fournitures pour cette région. Vila Marista, à Viamão, fournit de l’eau potable aux quartiers environnants, ce qui n’avait pas été mentionné dans les communiqués précédents. Selon les frères, un grand nombre de personnes s’y rendent.

Les unités que nous avons mises en place en tant qu’abris accueillent environ un millier de personnes. En général, elles fonctionnent bien, avec des installations pour dormir, des sanitaires, des jeux, des prières et de la nourriture, qui est distribuée par des partenaires et des bénévoles. Bref, la vie quotidienne est celle d’une grande communauté, avec les conflits et les problèmes inhérents au contexte.

Nous proposons des espaces éducatifs et récréatifs pour les enfants, avec des activités artistiques, des jeux et des activités ludiques. Dans certains endroits, nous avons des centres de prière, où les gens peuvent également partager leurs sentiments, et dans d’autres, nous offrons des possibilités de loisirs et de sport. Tout cela a pour but d’atténuer la douleur et les conséquences de cette période. Demain, c’est la fête des mères au Brésil. Certaines unités préparent un hommage pour que cette date importante ne passe pas inaperçue.

Chaque jour, je passe devant certains de nos refuges. Les histoires que nous entendons sont très tristes et déchirantes. Même si le contexte est défavorable, il existe une force intérieure qui nous motive à maintenir la flamme de l’espoir. La foi nous donne beaucoup de force et nous pousse à agir.

Quant à nos unités, plusieurs sont encore complètement submergées par l’eau. C’est le cas de la Crèche mariste Tia Jussara, du Centre social mariste N. Sra. Aparecida das Águas et de la Communauté mariste des Îles, à Ilha Grande dos Marinheiros ; de la Crèche mariste Menino Jesus et du Centre social mariste Ir. Antonio Bortolini Centre Social Mariste, dans le Loteamento Santa Teresinha ; et de l’École

à Vila Farrapos. Il s’agit de zones situées à la périphérie de la ville de Porto Alegre qui ont été totalement touchées. En outre, le premier étage du Colégio Marista São Pedro, dans le quartier de Floresta, est inondé. Ce scénario dure depuis une semaine et devrait évoluer très lentement.

Les dons arrivent de tout le Brésil et d’autres pays, et cette mobilisation a été très importante. Dans un avenir proche, nous aurons besoin de ressources pour la reconstruction. Des communautés entières ont été détruites et la plupart d’entre elles vivaient déjà dans une situation de vulnérabilité sociale. Les autorités publiques ont indiqué que certaines devront être relogées, car elles ont souffert d’inondations récurrentes ces derniers temps. Nous devons être vigilants et aider à cette reconstruction post-inondation.

Au milieu de la douleur et de la solidarité, nous continuons jour après jour, pas à pas, à faire tout ce que nous pouvons. Nous sommes encouragés par les prières et la solidarité de tant de personnes, de tant de Maristes, de différentes parties du monde.

Que Marie nous aide à être proches de son Fils crucifié dans le contexte que nous vivons et nous permette d’entrevoir un horizon d’espérance et de consolation. Que Saint Marcellin nous inspire pour minimiser la douleur des Montagnes de cette heure, qui ne se limitent pas aux enfants, aux adolescents et aux jeunes… ce sont aussi des adultes, des personnes âgées, des personnes qui souffrent.

Que le Seigneur répande son abondante bénédiction sur tous. Je vous embrasse fraternellement,

_______________
Frère Deivis Alexandre Fischer Provincial Brasil Sul-Amazônia

Mis a jour (Portugais)

RETOUR

Bicentenaire de la construction de la Maison ...

SUIVANT

La vie dans la communauté LaValla200˃ de Mo...