18/Jan/2020 AFRIQUE DU SUD

De bénévole à promoteur de leaders étudiants maristes sud-africains à Marist Mercy Care

Jason Grieve est un laïc mariste de la province d’Afrique du Sud qui travaille à Marist Mercy Care. Sa participation à ce projet a commencé en 2009 quand il est allé – comme jeune volontaire mariste – au Centre de soins Intsikelelo, une communauté temporaire et sûre construite pour les enfants pauvres et maltraités, située dans un township informel où il n’y a ni eau courante ni électricité, à Addo, en Afrique du Sud.

Après une semaine de volontariat cette année-là, Jason a décidé d’y retourner l’année suivante dans le but d’amener plus de Maristes à partager ses expériences. Son souhait est devenu réalité : actuellement il fait partie du Marist Mercy Care, un centre qui est né de la collaboration de deux frères de 80 ans (Chris, d’Afrique du Sud et Claude, du Canada) qui se sont associés à trois Sœurs de la Miséricorde, et, il y a six ans, il a créé le programme  » Partager notre appel », auquel participent les nouveaux responsables des étudiants maristes sud-africains des cinq écoles maristes.

Vous trouverez ci-dessous une partie du témoignage de Jason où il nous en dit plus sur son engagement envers les enfants dans le besoin et sur sa vocation de laïc mariste :


« Pendant une semaine, mes amis et moi avons été chargés de diriger un camp d’été pour les enfants défavorisés de la vallée de Sundays River, Addo, Eastern Cape, en Afrique du Sud. 

Anciens élèves du Collège Mariste St Henry de Durban, nous étions tout confiants. Jusqu’à quel point s’occuper d’un camp d’été pour enfants pouvait être difficile? Comme nous avions tort ! Nous avons été accueillis par quatre-vingt-dix enfants âgés de quatre à treize ans. Aucun d’entre eux ne parlait anglais. Tous venaient de milieux très pauvres, certains vivaient avec le VIH/SIDA, d’autres avaient été maltraités, et beaucoup étaient mal nourris. Comme nous étions confrontés à des défis, nous les avons vite surmontés avec des idées et des solutions alternatives, donnant à chaque enfant un événement incroyable d’une semaine dont il se souviendra. À la fin de la semaine, nous avons dit au revoir aux Sœurs de la Miséricorde, aux Frères Maristes et à nos nouveaux amis d’Addo.

Je fais toujours partie de cet incroyable camp d’été avec les Sœurs de la Miséricorde et les Frères Maristes qui travaillent sous la bannière du Marist Mercy Care. Nous avons maintenant développé ce projet pour accueillir près de cinq cents enfants, dont vingt enfants ayant des besoins spéciaux, les responsables des élèves maristes nouvellement nommés des cinq écoles maristes d’Afrique du Sud, les anciens élèves maristes d’Afrique du Sud, les anciens élèves maristes d’Allemagne et les volontaires de toute la vallée de Sundays River. Notre projet, qui se tient chaque année en décembre, n’est plus seulement un camp d’été pour les enfants. C’est une semaine incroyablement importante pour les enfants et les volontaires, tous ceux qui vivent pour cet événement pendant l’année.

Je crois que les leaders étudiants s’épanouissent dans des environnements imprévisibles, et cela se fait en les sortant de leur zone de confort. C’est dans cet esprit que j’ai créé, il y a six ans, le programme  » Partager notre appel « , auquel participent les nouveaux responsables des étudiants maristes d’Afrique du Sud des cinq écoles maristes : St Henry’s Marist College (Durban), St David’s Marist (Inanda), les Frères Maristes (Linmeyer), Sacred Heart Marist College (Johannesburg) et St Joseph’s Marist College (Cape Town). Nos responsables des étudiants maristes travaillent dans des environnements incroyablement difficiles où il n’y a pas d’électricité, d’eau courante, en s’occupant des enfants de notre Camp qui sont des foyers dirigés pour enfants : des enfants maltraités, des enfants vivant avec le VIH/SIDA et des enfants mal nourris.

Les Sœurs, les Frères et moi-même avons tellement développé ce projet de Camp d’été que nous recevons des demandes d’anciens participants, d’anciens élèves et d’étudiants maristes du monde entier, un an à l’avance, pour faire partie de ce programme.

Quand j’ai fait mes premiers pas à Langbos, en 2009, avec mes deux amis maristes connus depuis tant d’années, je n’aurais jamais imaginé l’impact que cela a eu sur moi et l’influence positive que cela a sur les Maristes, les Volontaires et les Enfants qui y participent année après année ».

______________

Jason Grieve – Marist Mercy Care

RETOUR

Un Frère Mariste honoré pour son attitude c...

SUIVANT

Programme de formation pour les Frères du po...