10/Sep/2020 AFRIQUE DU SUD

Effets de l’épidémie dans la province d’Afrique australe

La pandémie de Covid-19 a eu un impact important sur la vie communautaire des pays qui composent la province d’Afrique australe (Angola, Malawi, Mozambique, Afrique du Sud et Zimbabwe). Nous partageons ici un aperçu de la manière dont les communautés maristes font face à la pandémie. Vous pouvez lire un rapport complet dans le dernier Bulletin de la Province.

Afrique du Sud

La Communauté de Johannesburg a été complètement isolée pendant très longtemps car la plupart des frères qui s’y trouvent sont vulnérables. Ils ont dû s’habituer à assister aux messes en ligne, surtout le dimanche. Depuis juillet, cependant, la communauté Jo’burg célèbre la liturgie du dimanche le samedi soir.

En ce qui concerne l’apostolat, le Conseil Scolaire Mariste (MSC) et les gardiens ont travaillé ensemble pour s’assurer que les écoles continuent à offrir des programmes d’apprentissage en ligne. Les parents ont eu la possibilité soit d’amener leur enfant à l’école, soit de lui permettre de suivre les mêmes cours en ligne en direct que ceux qui lui sont dispensés.

Les enseignants et les élèves sont contrôlés quotidiennement à leur entrée à l’école. Les enseignants, le personnel de soutien et les élèves ont reçu une formation au protocole COVID19 avant la reprise de l’école.

L’impact financier a été énorme. Les écoles maristes dépendent du paiement régulier des frais de scolarité par les parents, dont beaucoup ont perdu des revenus pendant la fermeture. Les écoles ont dû refaire leur budget.

Deux écoles ont été dispensées de payer les frais de scolarité aux frères : Sacré-Cœur et St. Henrys. Les remboursements des prêts ont également été suspendus. Le voyage n’a pas été facile car le personnel travaille désormais plus qu’auparavant.

Mozambique

Tous les frères des communautés (Nivava, Bilene, Manhiça et Noviciat de Matola) vont bien.

Lors du premier état d’urgence (début mars), les établissements d’enseignement publics et privés de tous niveaux ont été fermés. Lorsque cela est possible, surtout dans les zones urbaines, l’apprentissage se fait à l’aide de plateformes en ligne telles que WhatsApp et Zoom. Ces moyens ne touchent qu’un pourcentage infime des étudiants. Dans les zones rurales, l’apprentissage en ligne était impensable. Dans les écoles de Bilene et de Manhiça, quelques enseignants ont utilisé la plateforme WhatsApp pour atteindre les élèves. Nivava ne disposait d’aucun moyen d’apprentissage en ligne.

Depuis le 1er septembre, tous les établissements de formation technique et professionnelle ont rouvert leurs portes. Les élèves des écoles maternelles, primaires et secondaires retourneront à l’école en fonction de l’approbation de l’autorité sanitaire et du ministère de l’éducation. Toutes les écoles maristes sont prêtes à rouvrir, bien que de nombreux élèves ne puissent même pas se permettre de recevoir des aides financières parce que leurs parents n’ont pas pu payer les frais de scolarité et que la crise ne permet pas de verser l’intégralité des salaires.

Zimbabwe

L’épidémie a obligé les frères des communautés à rester confinés dans leurs maisons. Deux de leurs communautés sont limitées uniquement aux services communautaires et ne peuvent pas célébrer la sainte messe.

En ce qui concerne l’apostolat, les écoles du Zimbabwe ont été fermées le 24 mars 2020. Deux des trois écoles qu’elles gèrent ne peuvent plus assister aux cours d’examen que via une plateforme en ligne, tandis que les autres élèves – qui n’ont pas accès à Internet – sont laissés sans surveillance. En outre, les frères se sentent impuissants car ils ne peuvent pas aider le personnel non enseignant de leurs écoles, durement touché, en raison de problèmes financiers.

Angola

Malgré le confinement, la communauté de Kuito a pu avoir une messe quotidienne.

En ce qui concerne les écoles, elles n’ont été que partiellement ouvertes pendant cette période. Les enseignants, en petits groupes et à l’école, continuent d’évaluer les connaissances et les compétences pédagogiques des élèves.

En ce qui concerne le juvénat de Kuito, il reste ouvert. Il y a neuf candidats en résidence. En l’absence de classes ordinaires à l’école, la communauté s’efforce de développer chez les « juniors » une plus grande appréciation de l’esprit mariste, et dispense davantage d’enseignement tant en informatique qu’en musique.

Malawi

La pandémie de Covid-19 a eu un impact important sur la vie de la communauté. Cependant, les frères ont pu participer à la sainte messe.

La fermeture des écoles a considérablement réduit les revenus disponibles, obligeant les communautés à réduire leurs dépenses et à suspendre tous les projets pour le moment.

Les écoles restent fermées depuis le 23 mars 2020. En raison du coût élevé des forfaits Internet, de nombreuses écoles n’ont pas pu atteindre leurs élèves par le biais de cours en ligne. L’école secondaire mariste a offert quelques leçons en ligne à ses élèves, bien que seule une poignée d’entre eux assistent à ces cours. Le gouvernement prévoit de rouvrir les écoles par étapes à partir du 7 septembre.

RETOUR

« Réveille-toi! » : c’est le nouveau slo...

SUIVANT

Maison de formation de Saint-Joseph...