14/May/2011 ESPAGNE

Entreprendre la culture et l?attitude 2.0 dans l?éducation

Les garçons et les filles 2.0 sont ceux que nous avons dans nos salles de classe et dans nos groupes, ceux que les parents ont dans leurs foyers. Car ces enfants sont nés avec le réseau, l’usage de l’ordinateur, la télécommande à la main et le téléphone portable très près. Des expressions rattachées à ces outils sont habituelles chez eux. Ils font preuve d’intuition et d’intérêt à l’égard de la concurrence numérique. C’est la génération 2.0.

Les enfants et les jeunes deviennent les protagonistes du changement éducatif, suite à l’apparition des ressources informatiques et numériques qui révolutionnent la communication. Internet est devenu un modèle et un moyen nécessaire pour l’éducation, l’apprentissage, les loisirs, la recherche, la communication, etc. Dès leur plus tendre enfance, les enfants utilisent Internet comme un outil intuitif où webs ludiques et contes appropriés les stimulent en fonction de leur âge.

Le défi et la responsabilité des parents et des éducateurs est d’apprendre et d’enseigner à vivre et à vivre avec le réseau. Les éducateurs et l’école en général témoignent d’une certaine crainte et insécurité face à ce nouveau monde, et se tiennent prudemment à distance devant cette réalité qui, parfois, devient gênante.

L’analyse de cette réalité, les risques et l’insécurité que suppose l’accès au réseau pour les mineurs, la nécessaire supervision et les filtres adéquats, la distance que les éducateurs et l’école montrent par rapport aux enfants, la mise à jour et le nécessaire esprit entreprenant face à la culture 2.0 et les changements méthodologiques nécessaires dans l’éducation, tels ont été les objectifs poursuivis à l’occasion de ces IIes Journées, qui se sont déroulées les 7 et 8 avril 2011 à Salamanque, organisées parl’Institut d’Études Maristes (IEM) et l’École Normale Luis Vives de la Faculté de Sciences Humaines et Sociales de l’Université Pontificale de Salamanque.

LesJournées ENFANTS 2.0 ayant pour sous-titre « Entreprendre la culture et l’attitude 2.0 dans l’éducation », ont touché 270 inscrits, et autant de participants ‘virtuels’ à travers Internet, via streaming et twiter, parmi lesquels des éducateurs, des professionnels, des parents, des étudiants et d’autres personnes intéressées.

L’inauguration des Journées a été présidée par M. Marceliano Arranz, Recteur de l’Université Pontificale de Salamanque, et par le Fr. Antonio Giménez de Bagüés, Provincial de la Province Mariste « Mediterránea », accompagnés d’autres autorités universitaires.

C’est le doyen de la Faculté de Communication de la UPSA, M. Javier Nó, qui a ouvert les Journées en situant la réflexion initiale sous le titre Entreprendre la culture 2.0. Telle doit être l’attitude de l’éducateur ‘presumer’, qui interagit dans l’éducation avec les outils du web 2.0.

C’est M. Sergio Fernández López, journaliste et écrivain spécialisé dans la croissance personnelle et leadership, qui a pris la suite. Sa causerie « Vivre sans craintes pour s’adapter à un monde changeant », nous a motivés à relever, avec initiative et créativité, les défis personnels et professionnels pour être heureux et triompher.

M. Juan Carlos Gacitúa, professeur de la Faculté de Communication de l’Université, a présenté l’éventail du « Web 2.0 et les réseaux sociaux », pour mieux en comprendre les possibilités et surtout les appliquer au domaine éducatif.

src=http://www.champagnat.org/img/caricate/news/news_1987.jpgVers la fin de la journée, les participants, guidés par des experts, se sont répartis sur huit ateliers 2.0 qui se sont déroulés simultanément. Les ateliers ont traité des services et applications web, réseaux sociaux, vidéoclip, wikis[1], blogs, mashups[2]et folksonomie[3] et ‘tableau numérique’.

Le lendemain, M. Roberto González Fontenla, formateur et consulteur en marketing 2.0, a fait un exposé sur « Hacker pour éducateurs : protection des mineurs sur le réseau ». L’objectif de sa causerie était de rendre attentif à la formation nécessaire que lesparents et les éducateurs doivent avoir pour apprendre, surtout aux mineurs, l’usage d’internet et des équipes s’y référant, dans l’application de normes et de filtres, et dans la connaissance des lois, stratégies et procédure pour une navigation sure sur internet.

Le dernier exposé, « TIC – TAC : manières d’enseigner versus formes d’apprendre » a été à la charge de Mme Carmen González Franco, professeur du secondaire et de terminale de l’école mariste de Salamanque, qui s’est vu décerner un prix récemment à cause de ses blogs éducatifs. Elle a montré comment les manières d’enseigner utilisées par les professionnels ont changé petit à petit et combien il est nécessaire d’apprendre et d’enseigner tirant profit des nouveaux outils 2.0, où l’interaction et l’activité commune des membres qui en bénéficient rehausse et simplifie l’acquisition de nouveaux apprentissages

Les IIes Journées, qui ont reçu le soutien d’EDELVIVES,se sont déroulées dans la grande salle de l’Ecole Normale Luis Vives ; L’IEM pense et programme déjà les IIIes Journées pour la prochaine année scolaire.

A la fin des Journée les inscrits ont reçu de l’IEM et de l’École Normale Luis Vives le certificat correspondant. On peut encore avoir un écho de ces Journées à travers le blog http://jornadasninos20.blogspot.com/

___________________
Fernando González Alonso, Directeur de l’Institut d’Études Maristes (IEM) [email protected]



[1]Unwikiest unsite Webdont lespagescomportent deshyperliensles unes vers les autres et sont modifiables par les visiteurs afin de permettre l'écriture et l'illustrationcollaborativesdes documents numériques qu'il contient.

[2]Un mashup est un siteInternetou une application dont le contenu résulte de la combinaison de plusieurs sources d'information.

[3]Unefolksonomie, ouindexation personnelle, est un système declassificationcollaborative décentralisée spontanée, basé sur uneindexationeffectuée par des non-spécialistes.

RETOUR

Province « México Occidental »...

SUIVANT

Préparation du Jubilée de la Vierge de la �...