29/Avr/2021 MAISON GéNéRALE

Frère Moisés Cisneros : présence, encouragement et affection

Le 29 avril 2021 marque le 30e anniversaire de l’assassinat du frère Moisés Cisneros, dans les locaux de l’école mariste, située dans une zone marginalisée de Guatemala City. Le frère Gregorio Linacero, de la Province d’Amérique centrale, qui vit actuellement à Rome comme assistant de l’Économe général et chef de projet du Plan stratégique de l’Administration générale, nous raconte son expérience personnelle de la vie et de l’engagement du frère Moisés, qu’il connaissait personnellement.

Donner sa vie jusqu’au bout afin de choisir pour les marginaux

« Le frère Moisés était dans le bureau de la direction et a été agressé, assassiné et laissé dans une cave à côté du bureau. Cela a été rendu possible par le soutien que l’assassin a reçu de la secrétaire de l’école.

Les circonstances de l’assassinat du frère sont liées à la persécution des forces armées contre l’Église catholique en raison de son engagement social. Il faut rappeler que des années 1970 à 2000, de nombreux prêtres, religieux et catéchistes ont été assassinés. Un évêque a également été martyrisé.

Le frère Moisés a été directeur de l’école mariste à partir de janvier 1990. Pendant cette courte période, il a maintenu un engagement ferme envers les plus démunis. Ses expressions publiques et ses décisions en accord avec l’option pour les plus pauvres comme : les frais scolaires diversifiés, le prêt de livres scolaires, les visites au domicile des familles des élèves, les études socio-économiques…, étaient toutes en accord avec l’objectif que les enfants les plus pauvres puissent recevoir une éducation mariste.

Moisés a aussi fortement soutenu le mouvement de la pastorale des jeunes : REMAR. Il impliquait ces groupes dans les décisions prises en faveur des familles les plus pauvres de l’école. Cela a contribué à renforcer la conscience critique des garçons dans l’analyse de la réalité sociale.

Lors de la Pâques des jeunes de 1991, célébrée par les groupes REMAR, à l’école mariste le samedi saint, les jeunes ont produit un CREDO avec une forte composante critique qui a été proclamé lors de la veillée pascale. Quelques membres de l’école militaire étaient présents à cette célébration. Ce détail et bien d’autres ont aidé beaucoup d’entre nous à comprendre que sa mort est liée à cette persécution de l’Église par les forces armées.

Lorsque le frère Moisés a été (à mon avis) martyrisé, j’étais un jeune frère. Sa présence, ses encouragements et son affection ont été déterminants à l’époque dans ma décision de faire la profession perpétuelle.

À mon avis, la mort du frère Moisés correspond à celle d’un martyr. Sa vie, son témoignage et sa mort violente m’ont aidé à percevoir plus clairement l’option de Jésus pour les marginaux et à comprendre l’Évangile de ce point de vue.

En ce moment, alors que débute la cause de canonisation de Moisés, je pense que c’est un bon moment pour « universaliser » Moisés et diffuser le témoignage de notre frère qui a donné sa vie jusqu’au bout.

Je crois qu’il est possible de transmettre aux nouvelles générations de Maristes du monde entier que le témoignage de la vie de Moisés est semblable à celui de Jésus de Nazareth : le don de sa vie jusqu’aux dernières conséquences en optant pour les marginaux.

Que le Bon Père nous aide à vivre l’Évangile ».

_____________
Frère Gregorio Linacero – Avril 2021

RETOUR

Logo du Forum International sur la Vocation M...

SUIVANT

IXe Assemblée des Œuvres Sociales de la Pro...