24/Sep/2012 EL SALVADOR

Impressions de sa visite

Après la mi-juillet, et profitant de la visite canonique qu’ils firent aux frères de Comayagua, au Honduras, trois frères de la Province mariste de Compostelle nous visitèrent au Salvador. Il s’agit des frères Óscar Martin (Provincial), Antonio Leal (Conseiller) et José Santamarta, artiste reconnu dans le milieu mariste. Nous pouvons apprécier les œuvres de ce dernier dans différents endroits en Espagne et à la Maison Générale de Rome. Nous avons demandé à ce frère de nous faire part de ses impressions du pays qu’il a visité durant deux jours à peine. À cette fin, nous lui avons donné trois noms propres.

 

1 – Le Salvador

Deux jours seulement au Salvador ne donnent pas une idée complète. Mais l’intensité avec laquelle je les ai vécus m’a permis d’apprécier et de rendre grâce. Grâce à la gentillesse du frère Javier, j’ai parcouru une partie du cirque que forment les superbes volcans qui entourent la capitale. J’ai admiré la beauté du paysage, les bosquets d’un vert tropical avec leurs fleurs, les « paisibles lacs », comme le chante l’hymne salvadorien. De ma chambre, je voyais le majestueux lac Ilopango. J’ai visité un village, El Salvador, d’où sont issus des héros et des martyrs.

Je rapporte en Espagne de très beaux souvenirs de l’accueil chaleureux des frères des communautés que j’ai visitées : Lycée Salvadorien, l’École St-Alphonse, le Collège Champagnat et le Complexe Éducatif Jésus Ouvrier. J’y ai rencontré des élèves disciplinés et bien éduqués. Je ramène avec moi le souvenir d’une population salvadorienne simple et laborieuse. J’ai aussi perçu un sentiment patriotique collectif, un mélange des différentes cultures qui s’intègrent harmonieusement aujourd’hui. J’ai rencontré un Salvadorien proche, accueillant et facile d’accès, au verbe doux et chaleureux. Le Salvador est minuscule, mais c’est un grand pays !

Il est certain que l’histoire a mis le Salvador dans des situations très difficiles, mais Dieu lui a fait don d’un Óscar Romero comme témoin de l’amour de Dieu pour les hommes et les femmes de son pays, et aussi parce qu’il porte la marque d’un artiste, d’un très grand artiste : Fernando Llort. Je veux parler de ces deux glorieux Salvadoriens, sur l’insistance et l’invitation du frère Hipólito, Provincial.

 

2 – Monseigneur Oscar Romero

J’ai visité la chapelle de l’hôpital où Oscar Romero fut assassiné. J’étais avec un groupe de jeunes étudiants accompagnés de leur professeur et qui cherchaient à reconstituer fidèlement la scène de l’assassinat de Monseigneur. Une religieuse, elle-même témoin du brutal attentat, expliquait l’événement avec force détails. Cette même religieuse fut aussi témoin de la deuxième messe inachevée lors des funérailles de Monseigneur en la cathédrale de San Salvador. Témoignages touchants. Je reconnais en Monseigneur Romero un évêque engagé et défenseur de son peuple. Son peuple simple et pauvre, injustement maltraité. Les pauvres furent les préférés dans la vie de Monseigneur Romero. Oscar fut un prophète et un apôtre dans son milieu : il a éveillé la conscience critique de son peuple à la lumière de l’Évangile. À ce que j’ai pu constater, Monseigneur continue de vivre dans le cœur des hommes de bonne volonté du peuple salvadorien. Un grand défenseur de la dignité humaine, jusqu’au don de son sang pour ses convictions. C’est l’évêque des pauvres et le symbole de l’union dans un milieu aux guerres fratricides.

Les gens comprennent et sont bien conscients de sa bonté, aussi l’appellent-ils « Saint Romero d’Amérique. » Ce même peuple lui a rendu hommage par un riche monument dans la crypte de la cathédrale où reposent ses restes. Les gens s’y donnent rendez-vous avec dévotion et le vénèrent pour ce qu’il est : un saint. Pour notre monde d’aujourd’hui, Romero est un plaidoyer, un chemin, un témoin, une invitation à l’engagement pour l’homme, et principalement et par-dessus tout, pour l’homme marginalisé et exclus. Je vous avoue que sa vie m’a secoué spirituellement et émotionnellement. Oscar Romero a été assassiné pour avoir parlé et parlé clairement, et sa voix s’est faite de plus en plus forte à l’intérieur comme à l’extérieur du Salvador. Oscar Romero a changé et s’est transformé intérieurement à partir de l’assassinat du Père Rutilio Grande. Auparavant déjà, l’injustice et la souffrance de son peuple l’avaient ému au fond de l’âme.

 

3 – Fernando Llort

J’ai visité sa galerie-exposition au Salvador. Je me suis rendu compte que c'était une galerie spéciale, non une galerie courante. Cela m’a plu et j'aurais tout emporté ! C’est un artiste polyvalent, complet. Très proche de sa terre, mettant toujours plus haut son amour du Salvador. On voit qu’il le porte dans son cœur.

Je ne le connais pas personnellement, mais par son œuvre artistique, je devine sa riche personnalité humaine. Et, pourquoi me plaît-il ?

J’admire son vibrant coloris harmonieux. Sa créativité. Ses idées limpides. Il emploie beaucoup le langage du symbole et de l’allégorie pour cerner plus facilement l’art de l’homme de la rue. Ses figures sont pleines de sens cachés. Il déforme le visage, mais il en résulte, en même temps, des compositions équilibrées. À première vue, cela semble un art « décoratif ». Le message est au-delà de la technique et de la maîtrise de Fernando.

Je me le représente inquiet, amoureux de son engagement, de sa terre et grand lutteur pour la justice et pour la personne.

Je devine en lui un vécu spirituel intérieur très intense. La semence de Dieu, « L’arbre de Dieu » : c’est ainsi qu’il appelle ses ateliers d’art.

Je crois que l’art de Fernando Llort a appris aux Salvadoriens et les a aidés à regarder l’avenir avec espérance et à le vivre avec confiance malgré tout.

De toute évidence, il a un style vif, un peu naïf, comme ingénu, à cause de la teneur spontanée et écologique de ses œuvres, mais avec un grand message intérieur de paix, de vécu religieux, d’optimisme et de joie de vivre. Il sait intégrer le peuple, le petit peuple, à son art. Art de solidarité. Art au-dessus de tout. Je l’appellerais « Apôtre de l’art. » Félicitations, Fernando. 

RETOUR

Communauté Mariste de Dame-Marie...

SUIVANT

Communauté Mariste de Kobe...